Le Roi Mohammed VI a présidé une veillée religieuse à l'occasion de l'Aïd Al-Mawlid Annabaoui    SM le roi reçoit le président du gouvernement Espagnol Pedro Sanchez    Madrid réitère son soutien aux efforts de l'ONU pour une solution politique et durable à la question du Sahara    Un projet royal mis sur les rails    Alger fait le dos rond    Ghosn Gate. Qu'est-il reproché à l'homme puissant de Renault-Nissan?    Les jeunes golfeur marocains se distinguent lors des 19ème Championnats Panarabes Juniors    Dir iddik Summit, le nouveau rendez-vous incontournable du volontariat par inwi    Flash hebdomadaire    Comment BAM a bravé la crise    Rabat : Pedro Sanchez annonce un forum économique maroco-espagnol    La princesse Lalla Hasnaa reçoit à Tokyo plusieurs femmes japonaises leaders dans différents domaines    FIFM: Hommage à Jillali Ferhati    Migration : L'Espagne veut débloquer le budget européen    Arabie saoudite : Le roi Salmane fait l'éloge de l'appareil judiciaire sans mentionner Khashoggi    Les diplomates de l'UE valident le projet de Brexit    Scolarisation : Elaboration d'une cartographie territoriale des enfants migrants    CMC : PLF 2019, un budget aux objectifs potentiellement contradictoires    Vidéo – Casablanca : Une habitation s'effondre (encore) au cœur de la Médina    La Chine tient son propre soleil artificiel    Conversation téléphonique et commérages, le sketch hilarant de The Tberguig !    Arrivée à Rabat du président du gouvernement espagnol    La France veut augmenter les frais de scolarité pour les non-européens    La HACA présente son bilan 2016-2017    La Fondation Attijariwafa bank, partenaire de la 12e édition de la caravane AMGE    Point de vue : La jeunesse nous met face à nos responsabilités!    Aide à la production cinématographique : 16 projets subventionnés    CAN-2019 : Première qualification pour la Mauritanie    Le cheval Taymour remporte le Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI du pur-sang Arabe    Amazigh. Les parlementaires appelés à rapprocher leurs visions    Financement sportif. Comment rétablir la confiance des investisseurs    La Renaissance de Berkane remporte la coupe du trône, la toute première de son histoire    Sanofi récompense les travaux de recherche sur le diabète au Maroc    Takrim 2018: L'inventeur marocain Rachid Yazami remporte le prix Innovation scientifique et technologique    Les relations maroco-libanaises en débat à la FSJES de Mohammedia    Grâce au PSOE et au PP, le Parlement espagnol n'a pas servi de lieu de propagande séparatiste    Un collectif espagnol dénonce l'instrumentalisation de la question féminine par le Polisario    China Trade Week Morocco 2018 se tiendra à Casablanca    La CDG présente à Rabat son programme international pour l'Afrique    Divers    Michael Gove, l'improbable sauveur de Theresa May    Pourquoi l'équipe de France est passée au travers    Doublement gagnant    News    Le Maroc à la conquête de l'espace    Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés    Dakhla abrite la 11ème édition du Festival de la mode africaine    Le Liban invité d'honneur au Festival international du cinéma d'auteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hadj Ahmed Balafrej : Chef de gouvernement et premier secrétaire général de l'Istiqlal
Publié dans La Gazette du Maroc le 31 - 07 - 2006

Pionnier de la lutte pour l'indépendance, premier chef de la diplomatie marocaine, premier secrétaire général du parti de l'Istiqlal, l'un des trois chefs de gouvernement dans l'histoire du Maroc, représentant personnel de Feu le Roi Hassan II, Ahmed Balafrej est assurément l'une des personnalités politiques les plus respectées du Maroc. Il termina sa vie sur une grande déception après l'arrestation de son fils en 1973 suite à son adhésion aux courants révolutionnaires de gauche. Portrait
Hadj Ahmed Balafrej est né il y exactement 98 ans. En 1908 plus précisément, il a vu le jour à Rabat. Il était connu dés les années trente en tant que jeune militant marocain enthousiaste plein de confiance et de détermination. Un nationaliste convaincu doublé d'un intellectuel et politicien hors-paire. Il poursuivit ses études au Caire puis à Paris. Ce qui lui a permis d'acquérir une double formation imprégnée tout à la fois des valeurs orientales arabo-islamiques et aussi occidentales et modernistes. Ce qui fera de lui l'un des plus brillants universitaires de sa génération.
Il entreprend son action au service de l'indépendance du Maroc aussi bien en Orient qu'en Occident. Il sera notamment l'un des fondateurs de l'association des étudiants musulmans en France créée en 1926 et dont les membres étaient essentiellement des jeunes marocains, algériens et tunisiens.
Quelques années plus tard, on le retrouvera parmi les fondateurs et animateurs des premières cellules du mouvement national à travers la Koutla de l'action nationale, d'ou émergera plus tard le parti de l'Istiqlal. Un parti pionnier qui va connaitre une première scission à la suite du différend qui éclata entre les leaders Allal El Fassi et Hassan El Ouazzani au sujet de la vision de ce parti partagé entre nationalistes et unionistes arabes.
On retiendra de Hadj Ahmed Balafrej sa grande culture et ses grandes ambitions politiques. C'est ce qui le poussera à s'intéresser très tôt à la presse et à l'information et aussi à l'action diplomatique. En 1932 il fonde la revue «Al Maghrib» éditée en langue française. Il participe également à la préparation et à la rédaction du mémorandum présenté en 1934 à Feu le Roi Mohammed V et qui comportait toute une liste de revendications portant sur les réformes internes réclamées par le mouvement national.
Dans la foulée, il entame toute une série de consultations avec les leaders du mouvement national et anime des débats centrés sur le meilleur moyen d'engager la lutte pour l'indépendance du Maroc.
Deux années plus tard, c'est à dire en 1936, il sera élu premier secrétaire général du parti de l'Istiqlal qui venait de naître juste après l'exil de feu Allal El Fassi au Gabon et qui dura une bonne dizaine d'années.
Le 11 janvier 1944, on retrouve encore Ahmed Balafrej, parmi les signataires
du manifeste de l'Indépendance. Il sera immédiatement arrêté et exilé vers la Corse. Libéré en 1946, il retrouve la mère patrie et lance le journal «Al Alam» dont il était le principal théoricien et éditorialiste.
Au Caire, Ahmed Balafrej décide de prendre contact avec le Prince du Rif Mohammed Abdelkrim El Khattabi, symbole de la résistance au colonialiste dans le nord du Maroc. Il participe également aux premières discussions sur l'affaire marocaine engagées au niveau
de l'Organisation des Nations-Unies à New-York. Il entame également une tournée à travers les grandes capitales mondiales en vue d'expliquer le sens du Manifeste de l'Indépendance et sensibiliser le plus grand nombre de personnalités internationales à soutenir le mouvement national marocain. On lui doit beaucoup dans l'action entreprise pour le retour d'exil du libérateur et père de la Nation Feu S.M Mohammed V.
En 1956 avec le retour du Roi et l'avènement de l'indépendance, Ahmed Balafraj est nommé au poste stratégique de ministre des Affaires Etrangères.
On le considère jusqu'à aujourd'hui comme le vrai fondateur et initiateur de la diplomatie marocaine.
C'est lui qui ouvrit les premières ambassades du Maroc à l'étranger, qui installa les premiers consulats et qui concrétisa l'adhésion du Maroc aux grandes organisations internationales dont notamment les Nations Unies, La Ligue des Etats Arabes et l'organisation de l'Unité Africaine. En 1958, son itinéraire est couronné par sa nomination au poste de Chef de gouvernement. A cette époque les différends commençaient à éclater
au sein de l'Istiqlal et la scission n'était plus qu'une question de jours. Suite à cette crise, Ahmed Balafrej décide d'abandonner ses fonctions politiques au secrétariat général du parti de l'Istiqlal En 1962, Sa Majesté le Roi Hassan II, qui venait d'accéder au Trône, décide de le nommer une deuxième fois au poste de ministre des Affaires étrangères et devient à partir de 1963 représentant personnel de Sa Majesté le Roi. Poste qu'il assuma durant une bonne dizaine d'années, soit jusqu'en 1972.
Sa maladie l'obligera à abandonner toute action politique et diplomatique jusqu'à sa mort annoncée officiellement le 14 avril 1990. Tout au long de sa carrière politique il força le respect de toute la classe politique marocaine qui voyait en lui à la fois un leader charismatique du parti de l'Istiqlal, un serviteur de la famille Royale. Il termina sa vie sur une grande déception après que son fils choisit d'opter pour le courant révolutionnaire de gauche.
Au Caire, Ahmed Balafrej décide de prendre contact avec le Prince du Rif Mohammed Abdelkrim El Khattabi, symbole de la résistance au colonialisme dans le nord du Maroc. Il participe également aux premières discussions sur l'affaire marocaine engagées au niveau de l'Organisation des Nations Unies à New-York.
Traduit de l'arabe
par Omar El Anouari
Prochain article
Cheikh El Hiba Maa El Aynaine
Le Sultan sans couronne


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.