Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



DEPART DE FOUAD ALI EL HIMMA : Les leaders politiques réagissent
Publié dans La Gazette du Maroc le 31 - 07 - 2007

Les réactions des partis politiques à l'issue de l'annonce du départ de Fouad Ali El Himma de son poste de ministre délégué
à l'Intérieur fusent de partout. Les spéculations aussi. Nous relatons, ici, les réactions des principaux
leaders politiques marocains.
Un branle bas de combat a été déclenché au sein du paysage politique marocain. Après l'annonce du départ de Fouad Ali El Himma les états majors des partis politiques multiplient les réunions de concertations. A cela, première réaction : «Je pense qu'on a donné une importance démesurée au geste de Fouad Ali El Himma », lance de prime à bord le président du Rassemblement National des Indépendants, Mustapha Mansouri. Pour lui, il n'y a pas d'exception possible : «M. El Himma, qui jouit d'une grande confiance de la part du Souverain, était déjà un député. Aujourd'hui, il a décidé de revenir. C'est son droit le plus absolu». «Evidemment, poursuit Mansouri, il y a eu dès l'annonce de cette nouvelle une série de réactions et d'interprétations, les unes plus farfelues que les autres.» Personnellement, Mansouri pense que tous les ministres doivent se lancer dans l'opération électorale pour connaître de près les conditions de vie des citoyens.
Pour ce qui est d'un éventuel retour de Fouad Ali El Himma au gouvernement au lendemain des élections (une hypothèse défendue par bon nombre d'observateurs), Mustapha Mansouri est catégorique : «Seul SM le Roi Mohammed VI est habilité à nommer le Premier ministre et les membres du gouvernement. Toute autre supposition n'est que perte de temps». Si le président du RNI était visiblement à l'aise, en parlant de cette affaire, ce n'est pas le cas de tout le monde. C'est le cas de Mohamed Elyazghi, Premier secrétaire de l'USFP. La réaction du leader socialiste est on ne peut plus laconique: «Le départ de Fouad Ali El Himma est une affaire personnelle, il ne me revient pas de la commenter». Toutefois, à la question de savoir si l'USFP serait intéressé par un candidat aussi prestigieux que l'ancien ministre délégué à l'Intérieur, Elyazghi répond: «Le Conseil national du parti a déjà dressé la liste des candidats». En clair, c'est trop tard. Même réaction pratiquement chez Abbas El Fassi, secrétaire général de l'Istiqlal. «Ma réaction, a lancé El Fassi, se limitera à une phrase : Tout citoyen a le droit d'être candidat aux élections législatives». Part ailleurs, le leader istiqlalien a assuré à La Gazette du Maroc que son parti se réunira très prochainement, au niveau du Comité exécutif, afin d'examiner cette affaire, étudier les différentes interprétations possibles et élaborer une réaction officielle. Pour sa part, le secrétaire général du Mouvement populaire, Mohand Laenser a estimé que «le départ de Fouad Ali El Himma est un acte de civisme qui respecte la déontologie politique». Et pour cause, poursuit le leader haraki, «l'ancien ministre délégué était un membre du gouvernement, dans un département qui prépare et gère l'opération électorale». C'est donc une «réaction tout à fait digne de sa part, de quitter l'exécutif après avoir obtenu l'agrément de SM le Roi». Le secrétaire général du PPS, Moulay Ismaïl Alaoui, adopte une position similaire. «Je pense que c'est un décision tout à fait logique et normale, pour quelqu'un qui souhaite se présenter aux élections législatives», estime-t-il. Et d'ajouter : «Bien évidemment, certains se sont attardés sur le pourquoi de cette décision. Lui-même a répondu en disant qu'il avait besoin de se ressourcer et de prendre des distances. Etant donné sa jeunesse personne ne peut lui reprocher sa démarche».
Et l'opposition ?
Du côté de l'opposition, les avis sont divergents. Le PJD, à travers son secrétaire général adjoint, Lahcen Daoudi, a estimé que la décision d'El Himma risque de créer un «amalgame» dans les esprits des électeurs. En d'autres termes, l'ancien ministre délégué devait s'y prendre bien en avance et pas à la dernière minute. L'Union Constitutionnelle, quant à elle, à travers Mohamed Tamaldou, membre du bureau politique, pense que «le départ de Fouad Ali El Himma est un point positif pour le Maroc, car le Parlement gagnera des compétences chevronnées en matière de gestion de la chose publique». Et d'ajouter : «L'ancien ministre délégué à l'Intérieur jouit d'une grande expérience professionnelle, il est connu pour sa bonne gestion des dossiers, c'est donc une migration salutaire de l'exécutif vers le législatif. C'est un phénomène nouveau puisque bon nombre de parlementaires ont quitté le cercle législatif pour se consacrer à l'exécutif». Au PND, le secrétaire général adjoint, Abderrahmane Mtioui, également président du groupe UC-PND à la Chambre des représentants, a estimé que «si Fouad Ali El Himma a choisi sciemment les tourmentes de la gestion des affaires publiques pour se consacrer entièrement à la députation, c'est donc une décision courageuse que nous devons saluer».
Toutefois, poursuit Mtioui, «si sa démarche s'inscrit dans une stratégie de retour, là encore nous ne pouvons que la respecter, car il sera la bonne personne dans le bon poste».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.