Allam succède à Chaouki    Ouverture prochaine d'un consulat général de Gambie à Dakhla    S.M le Roi procède à la désignation des membres de la Commission spéciale sur le modèle de développement    RAM rejoint l'Alliance Oneworld en mars prochain    WAC-ASFAR, match phare de la mise à jour    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Un grand pas dans le projet national pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    La CGEM veut améliorer la performance environnementale des PME    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Egypte-Algérie: Un président controversé en félicite un autre    L'emprunt obligataire AWB visé par l'AMMC    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Marrakech. Arrestation d'un homme pour possession et trafic de drogue    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Algérie : Abdelmadjid Tebboune, nouveau président    Les Jugements sont exécutoires    Participation massive au championnat du Maroc de lutte    Vidéo Commune de Dar Bouazza : Abattus comme des chiens…    Quelque 5.000 participants attendus au "10 km de M'diq"    Et de 6 pour Lydec qui se voit décrocher le « Top Performer RSE » !    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    Le PPS au Parlement    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Les 100 femmes les plus puissantes du monde, selon Forbes    Prison locale de Bouizakarne : Journée sportive pour les détenus mineurs    Asilah : 12 millions de dirhams pour réhabiliter et fermer l'actuelle décharge publique    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    PLF2020: L'article de la discorde    La France et Maroc tiennent leur forum interparlementaire    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Les Guinéens contre le 3ème mandat d'Alpha Condé…    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Iberia annonce une ligne Madrid-Fès pour l'été 2020    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi    Présidé par SM le Roi : Adoption de plusieurs textes en Conseil des ministres    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    Festival du film de Marrakech: Moins de glamour et plus de cinéma    Un colloque pour débattre du rôle de la darija    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





INTERVIEW AVEC LE PR MOHAMED HAMADI BEKOUCHI AUTEUR DU LIVRE :
Publié dans La Gazette du Maroc le 19 - 01 - 2008

Sociologue, expert en management et en communication, le Pr. Mohamed Hamadi Bekouchi est aussi un spécialiste des secrets de l'univers entrepreneurial. En sa qualité de consultant international, il conseille de grands dirigeants aux quatre coins du monde. Après son dernier succès, «La Diaspora Marocaine», son nouvel ouvrage, « La rage de gagner » il s'attaque au sujet passionnant et épineux de l'intelligence collective et de l'épanouissement de l'entreprise marocaine.
C'est le fruit de trente années d'expérience au Canada, en France, en Grande-Bretagne, aux Pays Scandinaves, au Brésil et au Maroc.
La Gazette du Maroc : Dans un Maroc en plein chantier, et qui est face à des bouleversements et défis économiques mondiaux, on peut dire que votre livre tombe à pic ?
Pr. Mohamed Bekouchi : C'est le but (rire), l'économie du marché impose à toute entreprise ou nation qui misent sur l'excellence de se renouveler et de générer de nouvelles forces, de nouvelles idées et de nouvelles pratiques.
Actuellement, l'entreprise a pris une dimension internationale. Les frontières physiques sont remplacées par d'autres virtuelles où les laissés-pour-compte sont nombreux et voués à disparaitre.
Les-laissés-pour-compte ? À vous entendre, il va falloir inventer un nouveau type de visa !
Dans mon livre, je ne parle pas de visa mais de SMIC culturel. Il n'est plus question, pour pouvoir être concurrentiel et survivre économiquement, de savoir lire et écrire, il faut maîtriser un métier, avoir une formation qualifiante et un niveau minimum de culture générale, connaitre au moins deux langues, être initié aux nouvelles technologies de l'information et être capable de s'adapter à un monde en constant changement. Actuellement, 3 marocains sur 5 sont exclus de cette équation.
Dans une société inondée de produits à 10 DH made in china, y-a-t-il des alternatives à un défaitisme et un étouffement économique annoncés ?
Deux choix intrinsèques s'imposent à la société marocaine : Un premier tiercé perdant composé de la corruption, l'incivilité et l'analphabétisation, qui, malheureusement, rongent le quotidien du citoyen Marocain,
ou de miser sur un tiercé gagnant, celui-ci allie Travail, Richesse et Bonheur capable d'amener le Maroc dans la galaxie des nations heureuses.
Ce deuxième choix exige de tous ceux qui sont aux postes de commandes, de faire montre de plus d'engagement et de prise de risque et d'aimer «le Produit Maroc» et d'en être fier.
Qui peuvent être les bénéficiaires de «la rage de gagner» ?
Cadres, chefs d'entreprises, étudiants et même dirigeants politiques, sont à la recherche d'outils managériaux qui prennent en compte la «différence» marocaine, mais sont constamment confrontés à l'absence de ce type d'ouvrage dans nos librairies et bibliothèques universitaires.
A ce titre, il est regrettable que les leaders Marocains (dirigeants de grands groupes industriels et décideurs politiques), par pudeur ou par négligence, ne fassent pas partager leurs succès stories.
C'est pour cela que j'ai voulu un livre qui s'adresse à tous, d'où un souci de vulgarisation et de pragmatisme. Je l'ai imaginé comme un carnet de route vivant et modulable pour toutes les catégories socio professionnelles. En d'autres mots, il concerne tout aussi bien les petites et moyennes entreprises que les grands groupes, les municipalités, les partis politiques et les syndicats.
Tout le monde rêve de devenir son propre chef mais ne serait-ce pas un peu un fantasme ?
Concevoir un projet d'entreprise, au-delà de l'effet de mimétisme de la téléboutique ou du café entre deux cafés, est un processus excitant mais aussi complexe et douloureux. Avoir l'idée, savoir l'exploiter au bon moment, comprendre les rouages et la psychologie d'une administration rigide et trouver l'accompagnement financier et informationnel. Nous sommes loin du fantasme, l'entrepreneur doit d'une part avoir la tête dans les étoiles pour avoir cette aptitude d'anticipation et de création et être solidement ancré dans la réalité et être à l'affut.
Ce n'est pas un hasard s'il n'y a que 2% des jeunes marocains qui sont, à priori, attirés par l'entreprenariat. Quand on sait que plus de 95% du tissu économique marocain est constitué de Petites et Moyennes Entreprises, on peut se poser des questions sur le renouvellement et la vitalité du secteur.
J'ai envie de dire mais que fait la police ? Je veux dire, que fait-on pour aider les entrepreneurs à créer et à s'épanouir dans l'entreprise ? Existe-t-il des structures d'accompagnement pour donner plus de chance aux projets d'aboutir à l'instar de l'émission challengers ?
Au-delà de la caricature médiatique, il existe en théorie, un certain nombre de structures d'accompagnement pour la création d'entreprise (CJD, CRI, ANAPEC, différentes fondations…). En pratique, il n'existe aucun espace réservé à la création ou l'épanouissement de projet d'entreprise, y compris au niveau de l'université (Facultés, Grandes écoles, Ecoles de commerce). Le jeune entrepreneur se retrouve livré à lui-même dans un monde où personne ne semble comprendre sa langue, certains banquiers semblent être étonnés par la réussite de projets ingénieux portés par des jeunes entrepreneurs avec peu de moyens.
Il est important de penser et de créer des structures ad hoc d'incubation de projet, d'écoute et d'accompagnement concrets qui soient souples et de proximité.
Il faut passer à la vitesse supérieure en créant une banque de projets innovants et en facilitant les rencontres par le biais de réseaux, que ce soit au niveau local ou via la diaspora (250 000 marocains à l'étranger recensés par le Bureau International du Travail interviennent au niveau de grandes multinationales, de centre de recherche, d'universités, de municipalités…)
Finalement, quels sont les dix commandements pour réussir son entreprise ?
Sans être donneur de leçons, l'entreprise est, avant tout, une affaire d'hommes et de femmes d'intelligence collective. Il est indispensable que patrons et collaborateurs travaillent main dans la main et partagent les mêmes objectifs, la même philosophie, la même éthique et les mêmes valeurs pour le bien personnel et celui de l'entreprise, en visant toujours haut et loin. Seconds facteurs qui me paraissent tout aussi importants, il faut avoir une motivation profonde et des convictions ainsi qu'un fort sentiment d'appartenance à un groupe et avoir le désir d'être et de travailler ensemble.
Vient ensuite la formation tout au long du cursus professionnel, la prise de risque, la capacité d'adaptation au changement, la recherche et le développement, l'anticipation et assimilation des nouvelles règles du jeu.
Tout ceci ne saurait être possible, sans l'exigence de travailler beaucoup, travailler encore et travailler toujours.
En fin de compte, une fois patron et collaborateurs motivés, formés et épanouis, ils pourront dégager des forces inestimables et aller au bout du monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.