L'agence Grand Atlas pour achever la réhabilitation post-séisme    Edito. Au nom de la démocratie locale !    Electricité: la production en hausse de 2,4% en 2023    Recettes en devises : phosphate et dérivés aux commandes    Bruxelles présente ses propositions pour réduire la charge administrative pesant sur les agriculteurs    Banques : le déficit de liquidité recule à 136,9 MMDH du 15 au 21 février    Revue de presse de ce vendredi 23 février 2024    Secteur public : l'ANGSPE lance son site institutionnel    SIAM 2024 : les organisateurs tablent sur 930.000 visiteurs (VIDEO)    Brésil : la déforestation de l'Amazonie en baisse de 60 %    Sondage popularité: Gabriel Attal s'envole, Macron en perte de vitesse    Un responsable de l'OCI salue le rôle « prépondérant » de SM le Roi dans le soutien d'Al Qods    Des peines de 4 à 6 ans de prison ferme à l'encontre de deux prévenus poursuivis pour terrorisme    Europa League : Encore décisif avec l'OM, Amine Harit meilleur passeur de la compétition    Hakimi déterminé à rejoindre Mbappé au Real Madrid à la fin de son contrat avec le PSG    Médecine et pharmacie : des diplômes scientifiques malgré la formation raccourcie    Maroc-Etats-Unis: la solide coopération en matière d'éducation célébrée à Washington    Espagne: 4 morts et une dizaine de blessés dans l'incendie d'un immeuble à Valence    Sécheresse : un état alarmant (PHOTOS)    Météo: les prévisions du vendredi 23 février    JAAL Riad Resort : nouveau hot-spot de la cité Ocre    World Summit Awards : L'UM6P primée à l'international pour sa technologie T3    Sénégal: Macky Sall confirme que son mandat prendra fin le 02 avril 2024    Océan Atlantique : Le Maroc partage les ambitions des Etats-Unis    L'Initiative royale au Sahel pousse l'Algérie à réaliser la route Tindouf – Zouerate    Tournoi international U19 de l'Académie Mohammed VI de football: le FC Copenhague et l'Ajax Amsterdam en finale    Inclusion des femmes : entre aspirations et réalité, où en est-on ?    Le SG du Raja reconnaît l'«illégalité» du contrat avec le sponsor russe 1XBET    Sahara marocain: Pedro Sanchez réitère la position de soutien de l'Espagne au plan d'autonomie    SM le Roi félicite le Prince Héritier d'Arabie Saoudite à l'occasion du Jour de la Fondation    Des parlementaires à Londres pour le renforcement de la coopération entre le Maroc et le Royaume-Uni    Conseil de gouvernement : Vers l'amélioration de la qualité d'air au Maroc    Data Tika : l'ONDH adhère au programme    Dani Alves condamné à 4 ans et demi de prison pour agression sexuelle, le Brésilien fait appel    Rafales de vent : les usagers des routes appelés à faire preuve de prudence et de vigilance    bulletin d'alerte: Fortes rafales de vent avec chasse-poussières locales vendredi et samedi dans plusieurs provinces    Mohamed Boudrika dément être recherché par la Brigade nationale    Séisme: Le Japon s'associe à l'UNESCO pour le développement des techniques de reconstruction au Maroc    Botola D1 / J20: Ce soir, MCO-CAYB, un duel de haute tension    Foot féminin / Qualif. JO 2024: Arrivée des Lionnes de l'Atlas à Tunis    Addahre : "Les nouvelles adhésions marocaines au réseau mondial des villes apprenantes de l'UNESCO consacre "l'engagement ferme" du Royaume en faveur de l'éducation"    La Cathédrale Sacré cœur, un édifice emblématique converti en levier du rayonnement culturel de Casablanca    Les bijoux berbères du Palais Royal à Doha    Dak'Art 2024. 5 artistes marocains à la Biennale de l'art africain contemporain    Coup d'envoi de l'année culturelle Qatar-Maroc 2024 avec l'exposition de bijoux berbères du Palais Royal    Interview avec Hajar Habi : « BookTube contribue à la démocratisation de la lecture »    L'Ivoirien Nincemon Fallé remporte le prix littéraire Voix d'Afriques 2024    CNN met les projecteurs sur l'artiste marocaine Amina Agueznay, lauréate d'un prix d'art contemporain africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



le tourisme haut de gamme au Maroc : Il est plutôt paradoxal de constater une volonté de développement des infrastructures plaisancières au Maroc, dans un marché étrangement inexistant. Le groupe Simo
Publié dans La Gazette du Maroc le 18 - 04 - 2008

Le constat de l'opérateur est direct : «je peux dire que le tourisme de croisière est très peu représenté, voire inexistant, bien qu'il y ait déjà beaucoup de marinas en construction au Maroc». Le PDG Luc Simon, pris dans des navettes interminables, ces derniers temps, entre l'Europe et le Maroc, met le paquet pour investir un créneau «en friche», qu'il compte résolument faire fructifier et prospérer. Concrètement, la filiale kénitréenne de construction de bateaux de luxe, dont la production est entièrement destinée à l'export pour des particuliers, sera renforcée avec le projet dans le pipe d'une nouvelle usine orientée sur le marché local. Une production industrielle ciblant le tourisme haut de gamme, qui n'est pas sans obéir aux normes les plus contraignantes de la conception qui fait travailler rudement les neurones des ingénieurs et techniciens basés à Rabat et actifs au sein du cabinet d'architecture, de design et d'ingénierie du groupe. Ces résolutions sont bonnes à prendre, encore qu'il faille simplifier la
«machine» des formalités administratives, pour ériger les 17 marinas en cours de chantier dans le Royaume, les plus attrayantes possibles pour les investisseurs étrangers et les plaisanciers européens. Ces derniers, assure Luc Simon, sont prêts à
« apporter des devises et génèreront des activités locales tout en promouvant cette nouvelle industrie de la plaisance marocaine ». L'aubaine est à saisir et, surtout, à encourager par des incitations aux opérateurs économiques, aptes à hisser les ambitions de la Vision stratégique au Maroc, au niveau des puissances touristiques de la planète. Il reste, naturellement, beaucoup à faire, mais il faut démarrer sur des bases solides pour « défricher » un terrain… glissant où l'on risque de se noyer, car pas plus de 300 bateaux de croisière mouillent dans les eaux marocaines dans l'année, surtout des plaisanciers ordinaires de moins de 20 mètres de long et valant, en moyenne, moins d'1 million d'euros.
Kénitra, capitale du tourisme de luxe
Ce qui est très insuffisant pour un pays pourtant favorisé par deux façades maritimes, et qui est en droit de mériter plus. Et en attendant que le marché intérieur des milliardaires secoue le cocotier, notre pays s'astreint à satisfaire la demande extérieure, en livrant une soixantaine de bateaux de luxe signés Simon, dans son usine d'équipements nautiques Team Industry et employant 250 collaborateurs, générant un chiffre d'affaires de 60 millions de DH, et capable de produire par ses soins, 95% des gros œuvres dans la fabrication d'un yacht. Le dynamisme de la société et la qualité des ressources humaines de notre pays, ont décuplé la demande en yachts, qui est passée d'une seule et unique commande en 2006, année de démarrage, à une douzaine d'unités en 2007, contre les 3 initialement prévues. Cette année, les choses s'accélèrent avec 17 commandes et 1400 demandes de devis de prospecteurs animés par des intentions d'achat. Les prévisions sont plus qu'encourageantes en visant le cap de la centaine de yachts en 2013 pour un chiffre d'affaires avoisinant le milliard de DH. L'architecte naval persiste et signe sur ses choix de développement sur le marché marocain : «le challenge est de taille pour une destination comme le Maroc, qui a l'ambition de promouvoir la niche touristique de luxe. Les marinas donneront désormais une autre envergure à la plaisance. De même, l'aboutissement proche des programmes d'aménagement de nouvelles zones touristiques de luxe, dans le cadre du Plan Azur, incitera à une demande croissante en bateaux de luxe». Il reste à inventer le tourisme de croisière au Maroc et à partir du Royaume, d'autant plus que nos promoteurs tardent à se manifester sur ce secteur, alors qu'il existe un gros potentiel en plaisance de luxe, pour un pays baigné par deux mers et idéalement relié aux plus merveilleux espaces de villégiature maritime à l'instar des Bahamas, des Antilles ou des côtes d'Amérique du Sud. Des excursions paradisiaques en naviguant à bord de catamarans à voile et des monocoques à moteur mesurant entre 15 et 50 mètres de longueur, et qui ne demandent qu'un marché porteur pour les fabriquer sous la signature de Simon.
C'est dans les cordes du groupe, leader mondial de bateaux de luxe et dans le top 20 des fabricants mondiaux de yachts avec sa nouvelle unité industrielle en projet, qui s'étend sur une dizaine d'hectares prête à accueillir 400 nouveaux collaborateurs, toujours à Kénitra. Autant dire que la capitale du Gharb est bien partie pour se tailler une réputation loin d'être usurpée de capitale mondiale du tourisme de croisière de luxe.
Luc Simon
Un aventurier mû en créateur
D'aucuns le qualifient de téméraire pour avoir concocté un «projet fou» dans le style propre à l'ancien aventurier français d'origine suisse, qui a mis tout son monde d'accord en signant un succès aussi… fou encore. Luc Simon, architecte naval qui s'affairait, en début de carrière, dans l'anonymat des commandes fourguées par les bureaux d'études, a réalisé son ambition de devenir indépendant en créant le «bateau de ses rêves» sur le modèle d'un design révolutionnaire, économe en énergie, respectueux de l'environnement et, surtout, solide et robuste pour les grandes traversées d'un navigable en solitaire, domestiquant l'immensité des eaux océanes de par le globe. Mais le PDG du Groupe Simon, leader planétaire de la fabrication des bateaux de luxe et dans le cercle restreint des constructeurs de yachts, a fortement séduit les décideurs du Salon nautique de Cannes par ses plans audacieux, restituant au tourisme de croisière haut de gamme, toute ses lettres de noblesse. Réussite instantanée de Luc Simon, qui reçoit six commandes de bateaux en l'état futur d'achèvement. Ce grand vadrouilleur et inlassable voyageur, qui a fait plusieurs fois le tour du globe, a porté son dévolu sur le Maroc, accueillant son premier chantier naval pour lancer, à partir de Kénitra, une gamme de catamarans à voile et de monocoques qui pèsent leur poids d'or sur les prix du marché, avec des bateaux variant de 7 millions à 252 millions de DH l'unité. Armateurs, grands patrons de groupes privés, milliardaires, se bousculent au portillon pour acquérir leur yacht et réaliser leur rêve d'enfant en partant à la conquête du monde. Et même si Simon se démène dans un milieu où l'argent semble couler à flots, il ne tolère guère les «tripatouillages» en lavant main propre. C'est d'ailleurs pour ces raisons qu'il a fixé l'ancre à Kénitra, «un port propre et sans magouilles».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.