Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    Botola Pro D2 : L'Union Touarga accompagne le MAT en première division    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Youssef En-Nesyri assure la qualification de Séville pour la Ligue des champions (VIDEO)    Avant le derby, le Raja ne se rassure pas face à Oued Zem (VIDEO)    Maroc : L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% du trafic aérien    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Coupe de la CAF : La Renaissance Berkane qualifiée pour la finale    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Terrorisme : 6 morts dont 3 enfants dans un attentat-suicide au Pakistan    Al Hoceima / Communes : Remise de 18 bus scolaires et 7 ambulances    Sidi Kacem / CRM : La création d'un centre de formation requise    Maroc : la demande de sécurité et de l'ordre social en des mains sûres, grâce à la DGSN    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    «La voix de la Palestine», enterrée à Jérusalem    SM le Roi félicite le Président du Paraguay à l'occasion de la fête nationale de son pays    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Policy Center for the new south: La plus grande flambée des prix en 50 ans    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Marathon de Marrakech : L'Ethiopien Dida et la Marocaine Gardadi remportent la 32ème édition    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    Coupe de la CAF : La RSB veut rééditer son exploit de 2020    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    DGSN: 66 ans de sacrifices infinis au service du citoyen et de la patrie    Commémoration : Allal El Fassi, le leader à la pensée plurielle    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Paris: Rencontre sur les perspectives des écosystèmes économiques au Maroc    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    25.000 festivaliers et 5.000 écoliers à la 20ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bilan du dialogue social version CGEM : Gouvernement et Syndicats interpellés
Publié dans La Gazette du Maroc le 05 - 12 - 2008

Il est tout de même curieux que les bonnes volontés d'engagement patronal dans l'amélioration du processus social des travailleurs, ne bénéficient pas, sur les questions sensibles, d'un retour d'écho de la part des partenaires institutionnels et sociaux, du dialogue social.
L'on croyait que le climat des négociations entre les partenaires tripartites du dialogue social, dont le premier round avait connu une sortie fracassante des «refuzniks» syndicaux, était tendu entre ces derniers et le gouvernement seulement. Or, le troisième «larron» n'est pas en état de grâce également.
Sur certaines questions très sensibles, comme la législation du travail, la position des employeurs est même radicalement décrétée au motif que les amendements de la CGEM au Code du travail ont été «exclus» des travaux de la commission «Liberté syndicale et Législation», pilotée par le ministre de l'Emploi qui a pris le pli des organisations syndicales, refusant toute discussion sur ce chapitre.
«Boycott» patronal
Rappelons les points évoqués par cette instance à l'issue des premières rencontres du deuxième round du dialogue social : Protection du droit du représentant syndical, amélioration du soutien financier accordé aux centrales, projets de lois du règlement des salariés des entreprises minières et du code de commerce maritime et, en dernier lieu, la réglementation de l'exercice du droit de grève. Cette «impasse» a conduit à une résolution suspensive du patronat de sa participation dans cette commission, décision notifiée au département gouvernemental de tutelle en date du 3 novembre dernier, informant ce dernier, que «la CGEM ne se joindra plus aux réunions des travaux de ladite Commission». Ce «boycott» patronal des négociations a été en substance réaffirmé à l'issue du Conseil d'administration de la confédération économique en session ordinaire, le mardi dernier à Salé. En fait, le dialogue de sourds, entre d'une part la CGEM, et d'autre part, le gouvernement et les centrales syndicales, s'est étendu, aussi, à d'autres volets des négociations sociales, notamment la Commission en charge de l'amélioration des salaires aux travaux de laquelle l'organisation patronale ne s'est pas jointe. Motif évoqué : les questions salariales ont été traitées en avril dernier dans le cadre du 1er round du dialogue social à l'issue duquel la CGEM s'était engagée à augmenter de 10% (mieux que l'offre gouvernementale) le SMIG dans le secteur privé d'une part, et à financer l'amélioration des allocations familiales à la charge exclusive des employeurs. Ce qui a été dûment notifié au ministre Jamal Rhmani en date du 23 novembre dernier. D'autres pierres d'achoppement planent sur l'avenir d'un dialogue tripartite en mal de consensus, en raison d'un certain «ostracisme» pratiqué par le gouvernement et les syndicats à l'égard de la CGEM. Ce qui a incité cette dernière à exprimer, en attendant l'impact par la CNSS, ses réserves au sujet des scénarios avancés en matière de protection sociale. Ces mêmes réserves ont été renouvelées au sujet des études actuarielles qualifiées de «très optimistes alors que l'introduction de l'AMO est récente et les perspectives sur la consommation médicale sont très peu claires et pas évidentes». Le président de la Commission Emploi de la CGEM, qui mène le bal du dialogue social en portant le flambeau patronal, a attiré l'attention sur la nécessité d'engager une réflexion commune centrée sur l'impératif d'une maîtrise du dialogue social en raison du contenu complexe des chantiers ouverts (AMO, IPE, régimes de retraites) risquant d'entraîner une augmentation des taux de cotisations par branche, et par conséquent d'alourdir les charges patronales alors que le pays est à l'aube d'un nouveau processus. Abdelmajid Tazlaoui persiste et signe: «il faut gérer la chose sociale à l'instar de ce qui se fait à l'international et en respectant les normes prônées par les organisations internationales compétentes, en premier lieu l'OIT. La CGEM est constamment préoccupée par l'amélioration du sort des salariés au Maroc. Nous sommes décidés de contribuer à une meilleure couverture des besoins sociaux des travailleurs». Cette position s'inscrit dans la logique réaffirmée d'un patronat largement irrigué par des entreprises citoyennes soucieuses de se conformer aux règles de la responsabilité sociale de l'entreprise et d'encourager les bonnes pratiques de la gouvernance économique.
En définitive, peut-on parler d'impasse ou de dialogue de sourds dont le statu quo semble perdurer entre les partenaires du dialogue tripartite ? Si les syndicats avaient «cassé la baraque» en refusant en bloc l'offre gouvernementale de 16 milliards DH unilatéralement appliquée à partir de juillet 2008, la CGEM n'est plus disposée à naviguer en univers incertain et aléatoire  : «Nous devons avoir une visibilité globale sur les prestations nouvelles avant que la CGEM ne donne son avis. La Commission Emploi en est le gardien du temple en s'appliquant à éviter un accroissement en série des déficits et des charges supplémentaires qui ont conduit certains pays à une catastrophe de leur sécurité sociale. Il est important pour nous que soient maîtrisées les dépenses sociales», conclut Tazlaoui. ■


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.