ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Forum de Davos: Le nouveau rôle de la Turquie
Publié dans La Gazette du Maroc le 06 - 02 - 2009

Depuis plusieurs années, Ankara s'impose comme un interlocuteur privilégié dans toute tentative de mettre un terme à la tension qui prévaut dans la région. La récente «sortie» de son Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, lors du Forum économique de Davos, s'inscrit dans ce sens.
L'atmosphère feutrée des discussions organisées dans le cadre du Forum économique de Davos a été troublée par l'altercation qui a opposé le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan au modérateur d'un débat consacré à la situation dans la bande de Gaza. Furieux de se voir privé de micro alors qu'il souhaitait répondre au président de l'Etat d'Israël, Shimon Peres qui l'avait interpellé en lui demandant ce qu'il aurait fait si Istanbul avait été bombardée quotidiennement, le chef du gouvernement turc a quitté la tribune. Cette «sortie» tonitruante lui a valu d'être accueilli triomphalement à son retour à Ankara et de devenir le nouveau porte-parole de la cause palestinienne. Cette analyse mérite d'être considérablement nuancée. D'une part, la Turquie entretient d'étroites relations politiques, militaires et économiques avec Israël. D'autre part, le geste du Premier ministre turc semble avoir été dicté essentiellement par des considérations de politique intérieure. A quelques jours des élections municipales décisives, Recep Tayyip Erdogan a voulu marquer un point décisif contre l'opposition.
Il n'en demeure pas moins que le jugement sévère porté par le Premier ministre turc sur l'opération Plomb durci déclenché dans la bande de Gaza par le gouvernement israélien et le soin qu'a pris ce dernier à réaffirmer sa volonté de poursuivre sa coopération avec Ankara sont révélateurs du rôle central joué par la Turquie à l'échelle régionale.
La question d'Orient
C'est ainsi que la Turquie a abrité, de 2006 à 2008, les conversations indirectes tenues entre Syriens et Israéliens à propos d'une restitution à Damas des hauteurs du Golan. De même, la Turquie, membre à part entière de l'OTAN, a joué un rôle modérateur en ce qui concerne son voisin immédiat, l'Irak, facilitant de discrètes discussions entre diplomates iraniens et américains. L'ensemble des initiatives récemment prises par Ankara et l'écho favorable qu'elles ont suscité, car venant d'un pays officiellement laïc mais dirigé par un parti islamiste modéré, montrent que nul ne pourra à l'avenir se passer de ses services. Le geste de Recep Tayyip Erdogan à Davos s'inscrit dans cette vision à long terme du rôle diplomatique de la Turquie. Il fut un temps, au XIX° siècle notamment, où les chancelleries qualifiaient la Turquie, à l'époque l'empire ottoman, de «vieil homme malade» dont l'agonie soulevait bien des interrogations et des inquiétudes. Ce n'est pas le moindre des paradoxes que de constater qu'en 2009, la Turquie est à nouveau au centre de la fameuse «Question d'Orient» mais qu'elle se trouve cette fois en position de force.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.