Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Coronavirus : Vivo Energy Maroc soutient les professionnels de santé    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    La BCP se mobilise pour accompagner le dispositif de soutien aux ménages    Le HCP appelle les entreprises à une adaptation des échanges de l'information économique    L'ombre d' une pénurie de médicaments plane sur l'Europe    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Les pharmaciens déclinent leur vision de la réforme    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Gare aux contrevenants!    Obligation du port du masque de protection depuis hier    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    «Après la pandémie, la reprise serait très difficile»    La Suède rejette le confinement…    Nabil Benabdallah: «Il est temps de repenser le rôle de l'Etat»    PPS : L'amnistie royale, un geste généreux dans ces circonstances difficiles    Télétravail : Gare aux failles de sécurité !    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Edito : Soldats invisibles    Pour accompagner les citoyens : Inwi se mobilise dans le contexte de crise    Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»    Changement de modèle ?    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dix ans d'économie   & de développement
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009


Mohamed KARIM*
24 Juillet 2009
L'évolution de l'économie marocaine au cours de la dernière décennie s'est caractérisée globalement par des progrès et une décélération de son rythme de progression.
Alors que la croissance réelle du PIB a été respectivement de 4,1% au cours de la période 1986-1991; elle n'est que de 1,8% au cours de la période 1991-1999 et, de 5% au cours de la période 1999-2008. Certes, en menant fortement et sans discontinuité une gestion macroéconomique rigoureuse, le Maroc s'est donné une crédibilité et une stabilité solide. Il a même réussi à retrouver la confiance du marché financier international et, à attirer des investissements étrangers et des capitaux. Toutefois, les performances des dernières années en matière de croissance économique, soit 5% en moyenne sur la période 1999-2008, ne doivent pas nous cacher quelques zones d'ombre qui obscurcissent le panorama général. Une des ombres les plus épaisses est incontestablement le développement humain et le développement social. En effet, le programme d'ajustement structurel avait un impact négatif sur les secteurs sociaux, ce qui a contraint les pouvoirs publics à mettre en œuvre en 1983, une politique sociale de lutte contre les inégalités et la réduction des disparités sociales et régionales, particulièrement entre les milieux urbain et rural. Cette politique s'est matérialisée par la mise en œuvre d'un certain nombre de programmes sectoriels ou intégrés. La stratégie de développement social, adoptée par les pouvoirs publics en 1993, constitue la référence fondamentale à ces programmes. Cette orientation à caractère social a été renforcée par le relèvement du budget alloué aux secteurs sociaux de 41% à 55% entre 1992 et 2008. Cependant, les résultats n'ont pas été à la hauteur des attentes en raison des problèmes liés au déficit de gouvernance, à l'insuffisance des études d'évaluation d'impact et au problème de ciblage. Depuis 1998, d'importants progrès ont été réalisés. Ce changement requiert une grande complémentarité entre rigueur financière et réformes économiques. La partie économique des dix ans de règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, se structure autour du contexte macro-économique et des progrès accomplis, des évolutions sociales et le développement humain, et enfin, des grands projets structurants.
* Professeur Habilité
à l'Université Mohammed V- Souissi
Spécialiste en Economie et Finance


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.