L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Les examens du bac déroulés dans de "bonnes" conditions, dans le respect des dispositifs sanitaires    Opération Marhaba : La position finale du gouvernement connue ce lundi    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6% au troisième trimestre    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Des ministres gaffeurs!    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    Maroc PME lance un appel à projets    El Otmani reçoit une délégation des parlementaires de la région Fès-Meknès    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Seul en face des partis politiques et de l'Etat
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

Le PJD au creux de la vague. Abdelillah Benkirane ne s'est jamais trouvé aussi isolé, même dans le pire cauchemar de l'après 2003. Partis, gouvernement, parlement, tous lui administrent un cours de dignité nationale.
Jamais le PJD n'a été dans ses petits souliers comme il l'est actuellement. Le parti Islamiste essuie des tirs croisés de toute part. D'abord la grande artillerie : le ministre de l'Intérieur a sévèrement reproché à Abdelillah Benkirane et son alter ego Abdallah Baha, l'écart impardonnable de son député à Oujda et non moins membre du secrétariat national, Abdelaziz Aftati.
Lettre mortelle
Et pour cause : ce dernier s'est fendu dans une lettre adressée à l'ambassadeur de France à Rabat «au sujet d'allégations selon lesquelles Noureddine Boubker, membre du Conseil national du même parti, de nationalité française, aurait été agressé par les forces de sécurité, lors de l'élection du bureau du Conseil de la municipalité d'Oujda». Une première condamnable dans les annales de la politique nationale». Suite logique : Le ministre de l'Intérieur, Chakib Benmoussa, a effectivement convoqué le Secrétaire général du PJD «pour lui transmettre officiellement la forte réprobation du comportement du député du PJD à Oujda ». Le ministre a signalé que ce comportement « traduit à nouveau les contradictions caractérisant les positions du PJD, plus particulièrement en ce qui concerne le respect des institutions nationales, qui doivent demeurer à l'abri de toute intervention étrangère». S'ensuit un vrai cours magistral de patriotisme : « L'action politique, au sens le plus large, est une affaire interne qui doit rester exclusivement limitée aux partis nationaux et il est inacceptable d'admettre que certains, sous quelque prétexte que ce soit, aient recours à des parties étrangères pour demander protection et intervention pour la solution de situations à caractère interne ». Même son de cloche chez le gouvernement, le parlement et surtout des partis politiques.
Unanimité ou presque
De l'opposition à la majorité, de l'UC au PAM, tous les partis, sauf l'USFP, que compte la scène nationale s'y sont mêlés. D'ailleurs, ils n'y sont pas allés de main morte. Les communiqués pleuvent de toute part et le parti des barbus s'en remet à Dieu ! Abdellilah Benkirane a lui-même déclaré que le «PJD implore le soutien du très Haut». Une manière comme une autre de demander grâce. En fait, ce n'est pas la première fois que le parti Islamiste est appelé à l'ordre par le ministère de l'Intérieur. Quelques jours seulement avant la missive mortelle, le ministère ne trouvait pas de mots assez durs, pour le clouer au pilori. On s'en souvient encore : Le ministère de l'Intérieur a dénoncé « les allégations du Parti de la Justice et du Développement (PJD), lors de la réunion de la Commission de l'Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures à la Chambre des Représentants, sur la régularité des élections des instances exécutives des conseils communaux ». On y trouve déjà l'allusion aux «parties étrangères». Précisément, le ministre a fustigé «les allégations fallacieuses et accusations dénuées de fondement de certains intervenants, membres du parti, et qui ont dépassé l'enceinte parlementaire pour atterrir dans des tribunes médiatiques nationales et chez des parties étrangères». Le ton est presque menaçant. Ce qui n'est pas sans rappeler le communiqué du Premier ministre dans l'affaire du compte pour Gaza sous les bombes israéliennes. Une Histoire lourde de sens qui se répète.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.