Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    HCP : la confiance des ménages poursuit sa tendance baissière    Une nouvelle banque dans le giron de la BCP    Brexit : Les principaux points d'accord entre Londres et Bruxelles    L'ancien SG du FLN Amar Saâdani affirme la marocanité du Sahara    Salon du cheval. El Jadida à l'heure de la fantasia    FIFM: Tilda Swinton, Présidente du jury de la 18e édition    Aéroport Hassan 1er de Laâyoune : Le trafic aérien grimpe de 11,68% à fin août    Le Forum régional des coopératives agricoles féminines les 18 et 19 octobre à Al Hoceima    Prix Katara du roman arabe : Deux Marocains distingués    Surf : Le magazine américain «Traveller» consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Don d'organes, quelle est la procédure ?    Fatema Nouali Azar : «Nous n'avons aucune crainte quant à la pérennité du Festival»    Cartes d'abonnement. Après le Raja, succès chez le WAC    Catalogne: La mobilisation se poursuit après de nouvelles violences    Climat: Des ONG fustigent les banques impliquées dans l'entrée en Bourse d'Aramco    Tensions dans le Golfe: La diplomatie aux abonnés absents, regrettent des experts    Crédit Agricole du Maroc. Une émission de 850 MDH dans le pipe    Pour sa première implantation au Maroc : Giovanni Galli opte pour le Morocco Mall    Communiqué du Bureau politique du PPS    Rien à attendre    Elide Fire: La boule anti-feu fait son entrée au Maroc    Argentine: Le social au cœur de la campagne    Le Maroc s'incline face au Gabon en amical    Malika Demnati expose «le vivre ensemble» à Dar Souiri    Témara : Un policier utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    La FAO salue les efforts du Maroc pour éradiquer la malnutrition    Affaire Hajar Raissouni : Grâce royale pour les condamnés, un grand pas en avant    Afriquia : «1.000 idées» pour développer l'entrepreneuriat    La lettre « agressive » de Trump à Erdogan    La raison ou la haine ?    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Marketing International: “Think global Act local”
Publié dans La Gazette du Maroc le 24 - 07 - 2009

Rares sont les fonctions de firmes qui échappent à l'emprise de la globalisation, ce phénomène si complexe et porteur de nouveaux enjeux pour les entreprises est devenu comme une constante dans les préoccupations des chefs d'entreprises.
Dans une vision de marketing libéral, plus ouvert sur l'international et plus adapté aux contextes interculturels, les entreprises se voient confrontés aux changements de modes de consommation à l'international, elles doivent cependant modifier leur mode de gestion, non parce que le marketing international fait appel à des notions ou principes nouveaux, mais parce que les disparités entre les pays remettent en cause leurs idées sur la manière dont le consommateur réagisse aux stimuli commerciaux.
« Selon Mr Porter, une entreprise devient compétitive dès lors qu'elle répond aux besoins de ses clients de manière plus efficace et/ou efficiente de ses concurrents »
De ce fait, la globalisation du marketing ne peut se concevoir qu'en respectant avant tout les identités locales de chaque pays cible, puisqu'elle n'aura avenir qu'avec l'alliance du global et du local.
« Penser global, agir local » serait-il le compromis salvateur ?
Cette formule vise à situer un équilibre, dans la configuration de la stratégie de marketing global, entre deux logiques opposées, la globalisation et l'attrait des économies d'échelle dune part, et l'adaptation aux spécifités locales d'autre part.
Cette question a été longtemps posée depuis les années 60 aux Etats-Unis d'Amérique, fallait-il standardiser ou bien adapter le Marketing Mix ?
« L'idéal serait d'équilibrer entre standardisation et adaptation. »
L'expérience l'a démontré puisque la plupart des entreprises qui ont réussi à l'international comme par exemple Renault s.a.s dans l'industrie automobile, Procter & Gamble dans l'Agro-alimentaire, Mc Donald dans la restauration rapide ou Coca Cola dans les boissons gazeuses, ont su adapter leur marketing mix aux marchés dans lesquels ils sont présents.
Cette combinaison leur a permis de mieux s'intégrer dans leurs marchés cible et de capitaliser une bonne image de marque, et un ensemble de valeurs liées à la marque et qui demeurent universelles. Standardiser et adapter la stratégie du marketing mix passe par tous ses éléments à savoir les 4 P, le produit, le prix, la distribution, la communication.
En marketing international, la complexité de la problématique relative à l'éthique se développe dans le contexte de la diversité culturelle.
D'après le philosophe A Comte Sponville, « la morale commande et l'éthique recommande ». La morale définit le bien du mal alors que l'éthique distingue plutôt le bon du mauvais. Dans certains pays comme la chine par exemple il est interdit d'utiliser des ruses pour des fins commerciales, alors que dans les pays occidentaux c'est tolérable. L'utilitarisme prend racine dans la notion de la capacité des entreprises à donner du bonheur au plus grand nombre d'individus.
Cependant, la quasi totalité des définitions du marketing insistent sur la satisfaction du besoin du consommateur, ce qui ramène la plupart des entreprises à agir de façon éthique en adoptant naturellement une démarche utilitariste.
« Il faut bien comprendre pour se faire comprendre »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.