Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    PLF-2022: Voici le nombre de postes budgétaires prévus    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Santé: Akdital se mobilise dans la lutte contre le cancer du sein    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Prix du gaz butane et produits alimentaires: ce que prévoit le PLF 2022    Budget de l'Etat: le montant des dépenses d'investissement en 2022 (note de présentation)    Attentat à la bombe en Syrie: 13 morts à Damas    Botola Pro D1 / IRT-FAR (2-0) : Une victoire dopante des Militaires avant le décisif match « retour » de la Coupe de la CAF    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    CAN féminine 2022 : Ce mercredi, ouverture des qualifications    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    L'ONU désigne Omar Hilale co-président d'un groupe sur les ODD    Le Maroc à l'expo 2020 dubai: Cap sur l'émergence    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Le Maroc suspend les vols vers l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni    Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Budget de l'Etat: ce que dit la note de présentation PLF 2022    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le gouvernement néerlandais réagit aux attaques contre les consulats marocains    Afghanistan: une grenade vise un véhicule de police    Allemagne : deux ex-soldats interpellés, soupçonnés d'avoir voulu créer un commando terroriste    « La coopération migratoire avec le Maroc est très bonne », estime un ambassadeur suisse    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Les vandales des Consulats du Maroc à Utrecht et Den Bosch condamnés par la Justice néerlandaise    Etablissements et entreprises publics : 92,1 MMDH de programmes d'investissement en 2022    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    Le détail du Projet de loi de finances 2022 [Document]    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 octobre 2021 à 16H00    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Projet de loi des Finances 2022 : 245 milliards d'investissement public, 3,2% de croissance anticipée    Examen des Orientations générales du PLF pour l'année budgétaire 2022    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trashorras officiellement inculpé
Publié dans La Gazette du Maroc le 01 - 11 - 2004


Attentats du 11 mars
Trashorras, arrêté dans le cadre de l'enquête sur la vente des explosifs qui ont servi au 11 mars, vient d'être inculpé officiellement. Ses aveux, bien que cherchant à noyer le poisson, révèle plusieurs facettes de l'affaire. Il reconnaît notamment avoir été un grand ami de Jamal Ahmidan dans le négoce de drogue et fait des révélations inattendues sur un trafic de dynamites émanant des mines espagnoles.
L'ex-minier José Emilio Suarez Trashorras n'a pas reconnu lors de ses déclarations devant les services de police et de renseignements qu'il a appuyé ou aidé d'une quelconque manière le vol de la dynamite Gomme 2 utilisée durant le 11 mars. Mais il a été, le week-end dernier, officiellement inculpé d'avoir trempé dans la vente des explosifs. Il a cependant accusé certains de ses anciens amis et compagnons de travail. Parmi ces derniers, trois ont été également incarcérés cette semaine et inculpés d'avoir aidé ou collaboré lors de la vente de la marchandise. A été également inculpé dans les attentats du 11 mars, son cousin, dénommé Antonio Toro Castro, et un ex-vigile des mines, qui ont facilité la sortie de la gomme 2.
Cet Espagnol, né le 10 décembre 1972 à Avilès, au passé trouble, que l'on repère très tôt dans l'histoire des attentats de Madrid, avait été dénoncé en 2003 par le Marocain Rafa Zouheir qui avait averti la police que Trashorras, ex-minier converti au banditisme, dealer de haschich notoire, était sur le point de faire une grosse transaction avec le groupe de jamal Ahmidan, un des Marocains suicidés à Leganès. Trashorras, selon la dénonciation de 2003, courait les rues de Lavapies, Leganés et des autres quartiers chauds de Madrid en cherchant à concrétiser le marché.
L'ex-minier, devenu confident de la police madrilène à partir de 2001, a pourtant précisé que la dynamite utilisée pour les attentats a pu être extraite d'une mine abandonnée dénommée “Farandon” située dans la région de Tineo. Il a ajouté que “tous les jours, depuis très longtemps, des sacs de dynamite Gomme 2 sortaient des mines espagnoles”. A quelle fin ? Et dans quelles circonstances ? Voulait-il affirmer par là que les mines espagnoles sont sujettes à un vaste pillage ou commerce illicite d'explosifs qui auraient alimenté le marché international ces dernières décennies?
Un pas que n'hésitent pas à franchir certains responsables espagnols. Trashorras n'a pas manqué de demander à ce que la police enquête sur l'entreprise Caolines de Merilles, responsable des sites, puisque, a-t-il affirmé “c'est l'entreprise qui tient les comptabilités et sait ce qui sort de ses mines”. Puis il nomme un certain Jorge comme étant un homme auquel la police espagnole doit s'intéresser. Trashorras revient plus tard sur ses déclarations et assure qu'il a vu de ses propres yeux des caisses de dynamite sortir de la mine Farondon.
Au sujet de la mine “Conchita”, d'où sont peut-être sortis, selon la police, les explosifs du 11 mars, José Emilio Suarez Trashorras raconte qu'il y a tellement de Gomme 2 qui en est extraite qu'il devient impossible de nier le trafic de dynamite en Espagne. Trashorras a raconté “que de la mine Conchita sortait de la Gomme 2 pour quatre ou cinq mines”. L'ex-minier a été arrêté le 18 mars 2004. Les agents du Commissariat Général d'Informations avaient pu le coincer en pistant les appels du portable de son épouse. Quand Trashorras a été présenté au commissariat d'Aviles, le chef de la brigade des Stupéfiants, Manuel Garcia Rodriguez, a dit devant tous que le détenu était un “confident”, ce qui signifie qu'il rendait service à la police en balançant les escrocs et autres trafiquants qui croisaient son chemin.
En contrepartie, Trashorras a admis à chaque moment qu'il connaissait Jamal Ahmidan et qu'il avait fait des négoces de drogue avec lui.
Il a aussi reconnu qu'il était proche de certains islamistes, pour des raisons “professionnelles” ; il a également fait savoir durant les interrogatoires et autres comparutions devant le juge d'instruction qu'il était un ami de Rafa Zouheir, avec qui il s'est réuni à plusieurs reprises dans le centre commercial Sexta Avenida, à quelques kilomètres de Madrid. A chaque rencontre, les fiancées des deux amis étaient présentes, mais selon l'ex-minier, elles “ne savaient rien de ce que l'on disait puisque nous allions faire un tour pour bavarder”.
Suarez Trashorras a assuré qu'en tant que confident de la police, il a livré d'autres noms à l'enquête, comme le signalement de Emilio Llano Alvarez, né à Cangas de Narcea, en 1960, vigile de la mine Conchita et actuellement incarcéré, celui de Roberto Lopez Fernandez, vigile de la mine Collada et Anexas, et d'un dernier homme qui répond au pseudonyme de “Baby”. Selon Trashorras, ces hommes sont impliqués dans la vente des explosifs au groupe de terroristes madrilènes.
L'ex-minier a aussi affirmé qu'il était très facile d'acheter les vigiles des mines espagnoles pour 6000 ou 8000 euros, pour qu'ils ferment l'œil sur des sorties de cargaisons louches. Malgré ces déclarations, la police espagnole est convaincue que la dynamite utilisée durant le 11 mars a été facilitée par Trashorras depuis le site de Conchita. Par ailleurs, la Guarda civil est convaincue, après confrontation des points de vue, que c'est Trashorras qui a joué l'intermédiaire entre les vendeurs (les gardes des mines ?) et le groupe islamiste de Lamari. Enfin c'est lui qui a conduit, selon le PV de la police, le véhicule qui ouvrait la voie les 28 et 29 février à Jamal Ahmidan pour faire acheminer la Gomme 2 de la région des Asturies vers Madrid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.