2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Un mirage F-1 des FAR s'écrase en mission d'entraînement près de Taounat    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Le Raja de Casablanca bat l'Africain Stars de la Namibie    Etat des lieux : Le sexisme fait des ravages en France    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fondouk Nejjarine
Publié dans La Gazette du Maroc le 01 - 05 - 2006

L'impressionnant fondouk Nejjarine est l'un des édifices les plus célèbres de Fès. Construit par L'âmine Adyel, au XVIIIème siècle, ce caravansérail servait de loge pour les caravanes de commerçants de produits de luxe qui venaient de l'intérieur du pays. Son architecture témoigne des nouvelles tendances qui ont marqué l'art de bâtir et la décoration à Fès au début de l'époque alaouite.
Sa porte monumentale est unique par sa structure, sa forme et ses éléments décoratifs (bois de cèdre, élégantes arcades). Au rez-de-chaussée, ornées de moucharabiehs, les galeries divisées en cellules abritaient les bêtes. À l'étage, les hôtes étaient logés dans des chambres. Cet ancien entrepôt de marchandises et lieu de négoce est construit en 1771 sous le règne du Sultan Moulay Ismail. Le bâtiment connaît d'autres fonctions par la suite. De 1944 à 1956 ,il abrite un commissariat de police où sont incarcérés les nationalistes marocains pendant le protectorat français. En 1956, il se transforme en internat pour les étudiants. Vers la fin des années 70, le bâtiment est désaffecté en raison de son délabrement.
Classé monument historique en 1916 et inscrit par l'Unesco au patrimoine mondial, sa restauration s'inscrit dans le projet global de la réhabilitation de la médina de Fès. Elle comprend l'ensemble Nejjarine, la place, la fontaine et le souk des menuisiers, ainsi que la réhabilitation du fondouk en musée. Les travaux commencés en 1990 s'achèvent en 1998. De l'agencement des espaces intérieurs aux ornements et revêtements en façades, tout était à repenser. Des lettres gravées sur le bois du portail, à la peinture ensevelie sous les couches d'huile de lin et de poussière, jusqu'au pavage de la place, la restauration n'a rien laissé au hasard.
L'installation du musée, au sein de ce superbe caravansérail, est conçue et réalisée en parfaite harmonie avec la typologie du Fondouk et ses caractéristiques historiques et architecturales. Seuls des accès, à travers certaines cloisons séparant les petites pièces, ont été aménagés.
Ils offrent ainsi des espaces d'exposition et des parcours de visites plus adaptés à la nouvelle vocation du bâtiment. Le fondouk Nejjarine est aujourd'hui le premier Musée privé spécialisé dans les arts et métiers du bois au Maroc. Des outils traditionnels en bois, des coffres, portes, fenêtres et étagères, y sont exposés.
Il abrite également une galerie d'exposition, une salle d'exposition permanente, une bibliothèque spécialisée ainsi qu'un laboratoire de restauration du bois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.