ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fondouk Nejjarine
Publié dans La Gazette du Maroc le 01 - 05 - 2006

L'impressionnant fondouk Nejjarine est l'un des édifices les plus célèbres de Fès. Construit par L'âmine Adyel, au XVIIIème siècle, ce caravansérail servait de loge pour les caravanes de commerçants de produits de luxe qui venaient de l'intérieur du pays. Son architecture témoigne des nouvelles tendances qui ont marqué l'art de bâtir et la décoration à Fès au début de l'époque alaouite.
Sa porte monumentale est unique par sa structure, sa forme et ses éléments décoratifs (bois de cèdre, élégantes arcades). Au rez-de-chaussée, ornées de moucharabiehs, les galeries divisées en cellules abritaient les bêtes. À l'étage, les hôtes étaient logés dans des chambres. Cet ancien entrepôt de marchandises et lieu de négoce est construit en 1771 sous le règne du Sultan Moulay Ismail. Le bâtiment connaît d'autres fonctions par la suite. De 1944 à 1956 ,il abrite un commissariat de police où sont incarcérés les nationalistes marocains pendant le protectorat français. En 1956, il se transforme en internat pour les étudiants. Vers la fin des années 70, le bâtiment est désaffecté en raison de son délabrement.
Classé monument historique en 1916 et inscrit par l'Unesco au patrimoine mondial, sa restauration s'inscrit dans le projet global de la réhabilitation de la médina de Fès. Elle comprend l'ensemble Nejjarine, la place, la fontaine et le souk des menuisiers, ainsi que la réhabilitation du fondouk en musée. Les travaux commencés en 1990 s'achèvent en 1998. De l'agencement des espaces intérieurs aux ornements et revêtements en façades, tout était à repenser. Des lettres gravées sur le bois du portail, à la peinture ensevelie sous les couches d'huile de lin et de poussière, jusqu'au pavage de la place, la restauration n'a rien laissé au hasard.
L'installation du musée, au sein de ce superbe caravansérail, est conçue et réalisée en parfaite harmonie avec la typologie du Fondouk et ses caractéristiques historiques et architecturales. Seuls des accès, à travers certaines cloisons séparant les petites pièces, ont été aménagés.
Ils offrent ainsi des espaces d'exposition et des parcours de visites plus adaptés à la nouvelle vocation du bâtiment. Le fondouk Nejjarine est aujourd'hui le premier Musée privé spécialisé dans les arts et métiers du bois au Maroc. Des outils traditionnels en bois, des coffres, portes, fenêtres et étagères, y sont exposés.
Il abrite également une galerie d'exposition, une salle d'exposition permanente, une bibliothèque spécialisée ainsi qu'un laboratoire de restauration du bois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.