R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fès : Fondouk Nejjarine, le temple de l'art immortel
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 08 - 2007

Fondouk Nejjarine, un caravansérail céleste du 18ème siècle, a su préserver la riche histoire des maîtres artisans marocains qui ont gravé leur savoir-faire sur le bois. Visite guidée.
Entre le Souk Al Attarine et la place Nejjarine, ce magnifique monument de Foundouk Nejjarine édifié, selon l'historien marocain AI Naciri, sous le règne du Sultan Moulay Ismaïl en 1711. À l'origine, ce somptueux édifice a été conçu pour servir d'entrepôt de marchandises et de négoce. Son niveau inférieur hébergeait les marchands itinérants qui y entreposaient et vendaient leurs marchandises. L'étage dont il dispose leur permettait de passer la nuit. Le fondouk servait aussi d'entrepôt pour les marchandises précieuses appartenant au Makhzen.
Dans les années quarante, il a été érigé en un commissariat de police. Les fondations, plafonds, sols et murs commencèrent alors à se dégrader. Il a fallu six ans pour restaurer ce grand bâtiment. La restauration entamée en 1990 a porté sur l'ensemble du site : le fondouk lui-même à la place Nejjarine, la fontaine, la mosquée ainsi que les habitations situées au-dessus des boutiques de ce mail. L'enveloppe budgétaire qui a été consacrée aux travaux s'estimait à 25 millions de dirhams.
La restauration a apparemment été une véritable affaire d'art et de sciences. L'aménagement des espaces intérieurs, des ornements et revêtements en façades, des lettres gravées sur le bois du portail et le pavage de la place, tout était à revoir. Le style hispano-musulman de l'architecture de ce site fut loyalement et méticuleusement gardé. Après sa réhabilitation, l'ancien hôtel des marchands a été adapté à sa nouvelle vocation. Il abrite désormais un Musée des arts et métiers du bois géré par la Fondation Mohammed Karim Lamrani pour l'ensemble Nejjarine.
L'ancienne bâtisse se composait de trois étages de galeries répartis sur cinquante et une pièces. L'exposition y est organisée selon un ordre à caractère thématique et successif: le bois domestique, le bois d'architecture et le bois liturgique. L'esprit sobre rustique du rez-de-chaussée ne laisse pas le visiteur indifférent. Échantillons d'essences de bois, outils de menuiserie et d'autres métiers traditionnels, ainsi que des bois domestiques recèlent soigneusement un savoir faire marocain hors pair.
Au premier étage, la deuxième section domestique représente un ensemble de jouets, de coffres, d'étagères, de mobilier d'enfant et de mobilier de mariée. Cet étage contient également une collection de bois d'architecture provenant de monuments civils et religieux célèbres.
Dans ce niveau, il y a des pièces des plus anciennes du musée dont certaines remontent à la fin du 17ème siècle. Frises, plafonds, fenêtres, cloisons, portes avec leurs accessoires embellissent magnifiquement le premier étage. Le deuxième étage est consacré au bois liturgique islamique. Échantillons d'anciens instruments de musique, objets de méditations individuelles et de culte collectif ainsi que des armes devenues éléments de parade racontent discrètement tout un passé de savoir-faire et d'ingéniosité marocaine.
L'atmosphérique olfactive du bois, l'architecture hispano-musulmane, constituent de vraies invitations au raffinement et surtout à la lecture de toute une histoire de traditions architecturales et de manières de vivre particulières à nos ancêtres marocains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.