Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Vers un accompagnement juridique pour les startups    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    L'équipe marocaine de basket-ball en fauteuil roulant remporte la Coupe d'Afrique    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Il fait l'actu : Mostafa Terrab, PDG du Groupe OCP    Bombardier fait du Maroc son hub pour l'Afrique et l'Europe    La gare LGV de Casablanca, un site stratégique    Microcrédit : Un encours de 6,6 milliards de dirhams à fin juin    Brasseries du Maroc : retour sur le marché des boissons gazeuses    Drame d'Essaouira : Saad Eddine El Othmani souligne la nécessité d'encadrer les actes de bienfaisance    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Air Arabia réajuste les horaires de vols entre Fès et Marrakech    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    Un incident maîtrisé à Atlanta Assurances    Visa For Music: La musique Gnaoua enchante le théâtre national Mohammed V    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    Traite des êtres humains: Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat    Sahara : Köhler se dit «encouragé»    Une réponse militaire proche à l'Iran et Hezbollah ?    La CGEM lance le guide des produits financiers pour l'Afrique    La DGAPR édite un «Guide du prisonnier»    Brexit: Londres et l'UE doivent « avancer ensemble » pour un accord, insiste May    Tunisie : Sauvetage de 22 immigrants clandestins, dont 9 Marocains    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Qualification Mondial Basketball Chine 2019    Le rôle de la société civile dans le développement local en débat à Benguérir    Dalkurd, le club suédois qui fait la fierté des Kurdes    Birmanie et Bangladesh s'accordent sur le retour des Rohingyas    Les stars africaines se mobilisent contre l'esclavage en Libye    Les jeux vidéos réduiraient le risque de démence chez les personnes âgées    Insolite : Le musée de Bangkok    Symposium "Cancer du sein au Maroc'' à Marrakech    Ligue des champions : Barça et Chelsea qualifiés    Le WAC s'offre le DHJ et sa première victoire de la saison    Nouvelles dates des éliminatoires de la CAN 2019    L'enregistrement des enfants étrangers à l'état civil passé au crible à Rabat    Les meilleurs films de tous les temps    Le Festival de Cannes change ses habitudes pour sa 71ème édition    Le tifinagh a toujours été présent dans la culture amazighe    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benkirane : "Il n'y a pas un seul prisonnier du M20 au Maroc"
Publié dans Lakome le 24 - 02 - 2013

Dans une interview accordée à TV5monde, le Chef du gouvernement s'est penché sur plusieurs thématiques liées à la politique marocaine, au printemps arabe et au conflit au nord-Mali.
Durant près de 50min d'interview en face de journalistes de TV5monde, de Rfi et du Monde, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a exposé différents aspects de la pratique du pouvoir par son gouvernement et ses rapports avec la monarchie.
Sur la situation politique du pays, Benkirane a assuré aux journalistes que le Maroc ne comptait pas de prisonniers politiques. "Je ne pense pas qu'il y ait un prisonnier politique du mouvement du 20 février au Maroc" a-t-il déclaré. Quand à la question de la torture dans les centres de police qualifiée comme récurrente par les Nations unies, elle est inexistante, selon notre chef du gouvernement. "La torture existait au Maroc, et ça date de 30 à 40 ans. Maintenant c'est fini (...) Nos services et notre ministre de la Justice disent que c'est fini".
Sans donner de détails, Benkirane a expliqué que les réformes de la compensation, des retraites, de la fiscalité et de la justice sont inévitables, même si elles sont douloureuses. "Bien sûr que les fonctionnaires ne seront pas contents de voir leur pouvoir d'achat baisser, mais cet argent, je ne le mets pas dans ma poche. Je suis en train de réparer les équilibres budgétaires de l'Etat", rappelant que les Marocains adorent la politique de la vérité et du "consensus" : "Il suffit qu'une décision émane de réunions rassemblant tout le monde, syndicats, partis...etc pour qu'elles soient acceptées par le citoyen".
Interrogé sur la question de la Ligne grande vitesse (LGV), Benkirane évoque directement la position de la France dans la question du Sahara, jugée "raisonnable et dans le bon sens", "ça pourrait expliquer des choses qui pourraient être difficiles à comprendre pour les gens", avant de se rattraper et rappeler que le Maroc n'a pas que des besoins sociaux "Vous ne voudriez jamais que le Maroc ait aussi son TGV?!"
A propos de la guerre au Mali, Benkirane explique qu'il a été chargé par le roi Mohamed VI de lire une lettre saluant les efforts de la France "qui a eu
beaucoup de courage", tout en critiquant l'Algérie "qui n'a pas fait son devoir, poussant la France à réagir". Concernant la politique de l'Etat marocain à l'égard du conflit, Benkirane ne dira rien, car "ce sont les prérogatives de sa majesté dont je ne suis pas au courant. Sa majesté ne m'informe que quand il le veut" en réponse à si oui ou non le Maroc avait envoyé un commando de 300 soldats marocains au nord Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.