Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Daniel Galvan», retraité espagnol ou agent irakien exfiltré au Maroc ?
Publié dans Lakome le 02 - 08 - 2013

Le pédophile espagnol gracié par le roi lors de la fête du trône prétend avoir été professeur en Espagne. Or il n'y a aucune trace de lui selon le journaliste d'El Pais Ignacio Cembrero. Présenté comme un Espagnol d'origine irakienne, Daniel Galvan est-il un agent irakien exfiltré en 2003/04 lors de la guerre d'Irak ?
Pourquoi Daniel Galvan, pédophile de nationalité espagnole condamné pour agression sexuelle sur des mineurs marocains, a-t-il obtenu une grâce royale ? Selon les informations recueillies par Lakome auprès de source proches du dossier, c'est sur l'insistance des services de renseignements espagnols que le cabinet royal l'a mis sur la liste des graciés. De son côté, Mustapha Ramid, ministre de la justice a affirmé dans un communiqué que Daniel Galvan a été libéré pour des "raisons d'intérêt national". Quelles sont ces raisons d'intérêt national? Une demande d'un pays ami, l'Espagne en l'occurrence ?
Aucune trace d'un Daniel Galvan à Murcia
Les déclarations de son avocat, Mohammed Benjaddou, à Lakome apporte un élément nouveau qui pourrait donner une dimension de mauvais roman d'espionnage au dossier. Selon Mr Benjaddou, son client lui a, à plusieurs reprises, confié qu'il était un officier du renseignement irakien. La version officielle dont la seule source demeure le pédophile lui-même est qu'il avait quitté l'Irak en 1984 pour aller s'installer en Espagne à Murcia où il prétendait avoir été professeur au département des «sciences océaniques» dans la région de Murcia, avant de prendre sa retraite et venir s'installer au Maroc.
Or selon le journaliste d'El Pais, Ignacio Cembrero qui a tenté de retracer le parcours espagnol de Daniel Galvan, il n'y a tout simplement pas trace d'un Daniel Galvan ayant enseigné dans une université de la région de Murcia. Daniel Galvan semble être une vraie-fausse identité octroyée par les services espagnols.
Le Maroc et la guerre d'Irak
On sait par ailleurs que Daniel Galvan est venu s'établir au Maroc en 2003/2004, c'est à dire au moment du déclenchement de l'invasion de l'Irak par une coalition menée par les Etats-Unis, dont faisait partie l'Espagne de José Maria Aznar, et qui était soutenue en sous-main par le Maroc. On se rappelle du fameux épisode des singes "de reconnaissance" fournit par le Maroc à la coalition.
Une hypothèse serait que Daniel Galvan fait partie des agents irakiens de l'ère Saddam qui ont collaboré avec les services de renseignements des pays de la coalition, puis qui ont été récompensés d'un joli pactole, d'un nouveau pays de résidence et d'une nouvelle identité. L'attitude du pédophile telle qu'elle ressort du dossier d'instruction est justement celle d'un homme qui commettait ses crimes sans craintes des conséquences, comme s'il bénéficiait d'une protection particulière.
Dans un entretien téléphonique avec Lakome, l'avocat Benjaddou a par ailleurs révélé que le neveu de son client était arrivé d'Irak pour recevoir un mandat de son oncle afin de pouvoir administrer ses biens en Irak. «Ce détail confirme les origines irakiennes de Daniel», a déclaré son avocat. Daniel Galvan serait un chrétien originaire du Kurdistan irakien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.