Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Températures min et max prévues - Samedi 20 Juillet 2019    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival d'Essaouira, le Maâlem El Kasri concilie le nord et le sud
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 05 - 2016

Le maâlem Hamid El Kasri a gratifié le public d'un florilège de ses plus belles chansons puisées dans un répertoire riche et diversifié conciliant les rythmes gnaouies du Nord et du Sud du Maroc, le temps d'une soirée animée, samedi soir à la Place Moulay El Hassan, dans le cadre de la 19ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde d'Essaouira (12/15 mai). Muni de son guembri, cet artiste a fait vibrer le public venu nombreux, bravant le vent froid et violent de la Cité des Alizés, suivre un concert qui a tenu toutes ses promesses avec des moments forts et une soirée haute en couleurs et en émotions.
Selon des critiques d'art, le Maâlem Hamid El Kasri est sûrement celui qui aura donné un coup de jeune à la musique gnaouie et qui s'est le plus internationalisé.
Né à Ksar El Kébir en 1961, il est formé par les maâlems Alouane et Abdelouahed Stitou dès son jeune âge. Il a été bercé par cette musique et cet art dès sa tendre enfance sous l'influence du mari de sa grand-mère.
En 2004, Hamid El Kasri avait crée l'événement avec Joe Zawinul, l'illustre pianiste autrichien, en présentant une des fusions les plus marquantes du Festival.
Le public avait rendez-vous sur la scène de la Plage avec un nom qui résonne dans la famille des Gnaoua et connu dans le milieu, Mustapha Baqbou, qui a grandi dans une zaouia gnaouie où son père, le Maâlem El Ayachi Baqbou l'a initié très tôt à l'art de « tagnaouite ». Mustapha Baqbou, qui a rejoint le célèbre groupe Jil Jilala, a participé au mouvement musical « folk » des années 70. Un hommage lui sera rendu dimanche et, à travers lui, à toute la famille Baqbou, des mordus de « tagnaouite ».
La 19ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde investit les espaces les plus emblématiques de la ville, comme la Place Moulay El Hassan, la plage, en plus de la terrasse du Borj Bab Marrakech, Dar Loubane, Bab Doukkala et Zaouia Issaoua. Les organisateurs ont fait montre d'audace dans la concrétisation de l'esprit du festival, en allant chercher des musiques et des cultures aussi lointaines que différentes pour les inviter à fusionner avec la musique gnaouie. Ce festival défend l'ancrage africain du Maroc à travers cette culture. Et c'est précisément à ce titre qu'avec le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), les organisateurs consacrent un forum à l'Afrique pour la 3ème année consécutive.
Pour cette année, le festival propose encore une programmation jazz et world music de grande facture pour les mélomanes et les centaines de milliers de fidèles de ce rendez-vous à l'ambiance unique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.