La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Communiqué du Bureau politique du PPS    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    A Nador, interpellation de deux hommes pour trafic international de drogue et psychotropes de grande ampleur    Météo : De fortes pluies prévues vendredi dans plusieurs régions    L'association Jood lance son camion-douche pour les sans-abris    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Giovanna Barberis «La mise en œuvre effective de la politique intégrée de la protection de l'enfance pourrait être accélérée»    Nouvelle distinction pour Auto Hall    La pénurie des infirmiers pèse sur le système de santé    Nouveau modèle de développement: Le Maroc que nous voulons (Document exclusif)    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Financement extérieur : Plus de 4 MMDH mobilisés en 2018    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Al Boraq: 2,5 millions de voyageurs en une année    Edito : Modèle    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Distinction : SMAA sacré «Meilleur importateur» d'Opel    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Londres, une capitale qui se déguste!    MEDays: Le monde face à la subversion et aux incertitudes    Si l'école ne parle pas la langue de ses élèves…    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    S'toon Zoo, les pros de l'impro sont de retour !    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Négociations sur le Brexit : Ce que l'on sait
Publié dans La Nouvelle Tribune le 09 - 02 - 2018

Une nouvelle séance de négociations sur le Brexit s'est close vendredi à Bruxelles avec un avertissement de l'Union européenne: la période de transition souhaitée par Londres après la sortie n'est pas acquise.
Voici ce que l'on sait sur le futur retrait britannique du bloc européen:
– La date de sortie de l'UE –
Le Royaume-Uni quittera le bloc européen le 29 mars 2019, soit deux ans après avoir officiellement déclenché la procédure de divorce d'avec l'UE, et près de trois ans après le référendum du 23 juin 2016 qui a vu les Britanniques voter à 52% pour la séparation.
Cette date ne pourrait être retardée qu'en cas d'accord entre le Royaume-Uni et les 27 autres Etats membres.
– Les termes de la sortie –
En décembre, Londres et Bruxelles sont parvenus à un accord préliminaire sur les trois questions définies comme clés: la facture de sortie, la frontière irlandaise et les citoyens européens.
Le Royaume-Uni a accepté de continuer à contribuer au budget de l'UE jusqu'en 2020 et d'honorer tous les engagements pris. Ce qui correspondrait selon ses calculs à 40 à 45 milliards d'euros.
Concernant les citoyens, il est stipulé que les droits des plus de trois millions d'Européens vivant au Royaume-Uni et du plus d'un million d'expatriés britanniques dans l'UE seraient préservés et qu'ils pourront réclamer le statut de résident permanent.
Ceux qui arriveront après le 29 mars 2019 auront toutefois des droits différents, a prévenu Londres.
Enfin, le Royaume-Uni s'est engagé à éviter le rétablissement d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la république d'Irlande.
– La période de transition post-Brexit –
Lors d'un discours à Florence le 22 septembre 2017, la Première ministre britannique Theresa May a réclamé le maintien des liens actuels avec l'UE pendant une période de transition de deux ans après le Brexit pour éviter un changement brutal des règles pour les citoyens et les entreprises.
Les 27 ont approuvé fin janvier le principe « d'une transition +statu quo+ », soit avec maintien de la libre circulation des biens, services et personnes mais lors de laquelle Londres n'aura plus son mot à dire sur les décisions de l'UE. Elle courrait jusque fin 2020.
Mais compte tenu des désaccords qui ont surgi cette semaine, cette période de transition « n'est pas acquise », a prévenu vendredi le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier. Il a cité notamment la question des citoyens européens qui arriveront après le Brexit et auxquels Londres refuse d'accorder les mêmes droits, et le fait que le gouvernement britannique veut continuer de pouvoir s'opposer à de nouvelles règles votées pendant la transition si elles ne lui conviennent pas.
– La future relation commerciale –
Le Royaume-Uni veut quitter le marché unique et l'union douanière pour pouvoir négocier ses propres accords commerciaux et mettre fin à la liberté de circulation des citoyens européens mais souhaite dans le même temps maintenir la relation commerciale « la plus fluide possible » avec l'UE.
Theresa May a souligné que son pays voulait un « accord sur mesure » mais Michel Barnier a prévenu qu'il fallait faire un choix et que des barrières commerciales étaient « inévitables » en dehors de l'union douanière et du marché unique.
Les négociations sur la future relation commerciale doivent débuter au printemps 2018. Sans accord, le Royaume-Uni se verrait appliquer les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de barrières douanières et tarifaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.