Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord nucléaire : Visite « capitale » du président iranien en Europe
Publié dans La Nouvelle Tribune le 02 - 07 - 2018

Le président iranien Hassan Rohani entame lundi un voyage en Suisse et en Autriche jugé « d'une importance capitale » à Téhéran pour la coopération entre la République islamique et l'Europe après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien.
Attendu à Zurich, M. Rohani s'est envolé de Téhéran en début d'après-midi à la tête d'une importante délégation, selon la télévision d'Etat iranienne.
La visite en Suisse doit se prolonger mardi, et, selon les autorités autrichiennes, M. Rohani sera mercredi à Vienne, où a été scellé en juillet 2015 l'accord international sur le nucléaire.
Ce voyage sera « l'occasion de parler de l'avenir de l'accord », a dit M. Rohani avant de monter à bord de son avion.
« Dans le contexte actuel du retrait des Etats-Unis (…) et des négociations intenses entre l'Iran et l'Europe pour trouver les moyens de préserver cet accord », ce voyage « est d'une importance capitale en ce qu'il pourra fournir un tableau plus précis de la coopération entre l'Iran et l'Europe », a indiqué samedi l'agence semi-officielle Isna, en citant le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Bahram Ghassemi.
L'Autriche a pris dimanche pour six mois la présidence tournante de l'Union européenne (UE), et la Suisse représente les intérêts des Etats-Unis en Iran, en l'absence de relations diplomatiques entre ces deux pays.
Avec son ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, M. Rohani, conservateur modéré réélu en 2017 avec l'appui des réformateurs, a été le principal artisan iranien de l'accord de Vienne, dont il a fait la pierre angulaire de sa politique d'ouverture vers l'Occident, qui lui vaut d'être sévèrement critiqué par le camp ultraconservateur iranien.
Le président américain Donald Trump a sorti unilatéralement son pays en mai de l'accord, s'attirant les critiques des autres parties (Iran, Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) à ce pacte validé par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.
Berlin, Pékin, Paris, Londres, Moscou, et l'UE (associée au suivi de l'accord) ne cessent de proclamer leur attachement au texte, qu'ils présentent comme une victoire diplomatique en matière de la lutte contre la prolifération nucléaire.
Mais la République islamique répète qu'elle ne s'y maintiendra pas contre ses intérêts.
– Garanties économiques –
Le retrait de Washington ouvre la voie à de nouvelles sanctions américaines contre Téhéran et les entreprises de pays tiers qui commercent avec l'Iran ou y investissent.
Alors que Téhéran se plaint de ne pas avoir récolté les promesses d'investissements auxquels il s'attendait après l'accord de Vienne, plusieurs grands groupes étrangers ont annoncé en juin leur intention de cesser toute activité en ou avec l'Iran par peur des sanctions à venir.
Le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a enjoint l'Europe de fournir des « garanties » de nature économique qui permettraient à l'Iran de rester partie à l'accord.
Faisant monter la pression, il a ordonné des préparatifs en vue d'une reprise rapide des activités nucléaires suspendues par l'Iran en vertu de l'accord de Vienne en cas d'échec des négociations avec l'UE.
M. Zarif a lui mis en garde le 24 juin contre un « échec » de l'accord de Vienne, affirmant qu'un tel scénario serait « très dangereux pour l'Iran » et que ce n'était « certainement pas la solution choisie par le système » politique iranien.
Début juin, M. Rohani s'était rendu en Chine pour des discussions sur l'avenir du texte avec ses homologues russe et chinois en marge d'un sommet international.
En Suisse, le dirigeant iranien doit rencontrer le président de la Confédération helvétique, Alain Berset. Pendant sa visite doit se tenir un forum économique irano-suisse sur l'alimentation et la santé.
Selon l'agence officielle Irna, le voyage devrait également être l'occasion de signer des accords de coopération économique.
A Vienne, M. Rohani doit rencontrer son homologue autrichien Alexander Van der Bellen et le chef du gouvernement Sebastian Kurz. Selon la presse autrichienne, plusieurs mémorandums de coopération économique doivent être signés dans l'idée d'apporter des gages à la préservation de l'accord de 2015.
Les Etats-Unis et certains pays européens comme la France accusent l'Iran de jouer un rôle déstabilisateur au Moyen-Orient (en Syrie, en Irak, au Liban ou encore au Yémen), ce dont Téhéran se défend farouchement.
M. Kurz, cité dimanche par l'agence autrichienne APA, a déclaré qu'il comptait parler « clairement » à M. Rohani « du rôle de l'Iran dans la région » et qu'il trouverait « des mots clairs sur la situation des droits de l'Homme » dans ce pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.