Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 11 - 2018

Le procureur général saoudien a requis jeudi la peine de mort contre cinq accusés dans l'affaire Jamal Khashoggi, du nom de ce journaliste saoudien tué au consulat de son pays à Istanbul, mais a totalement dédouané le puissant prince héritier.
Le meurtre le 2 octobre de ce journaliste, critique du pouvoir saoudien et collaborateur –notamment– du Washington Post, s'est progressivement transformé en scandale planétaire, ternissant l'image de la monarchie pétrolière au fur et à mesure des révélations sur les circonstances macabres de l'assassinat.
Mohammed ben Salmane, surnommé « MBS », n'avait aucune connaissance du dossier, a affirmé jeudi lors d'une conférence de presse à Ryad le porte-parole du procureur général, Shaalan al-Shaalan.
Selon lui, le chef-adjoint des services de renseignements saoudiens, le général Ahmed al-Assiri, avait ordonné à une équipe d'agents dépêché à Istanbul de ramener de gré ou de force Khashoggi dans son pays.
Mais le chef de cette équipe a donné l'ordre de le tuer, a ajouté M. Shaalan, également procureur général adjoint, admettant que le journaliste avait alors été drogué et démembré au sein même de la mission diplomatique.
Les restes de l'éditorialiste –59 ans au moment des faits– ont ensuite été remis à un agent à l'extérieur du consulat, a-t-il ajouté, cité par l'agence officielle SPA.
Sur un total de 21 suspects, le procureur général a inculpé à ce jour 11 personnes qui seront déférées devant la justice. Il a requis la peine capitale pour cinq d'entre elles, d'après la même source, sans rendre public leur identité.
Ryad a par ailleurs demandé à Ankara de signer un accord « spécial » de coopération sur l'enquête, est-il précisé.
Dans une première réaction, la France a estimé que l'enquête saoudienne allait « dans le bon sens ».
La Turquie, en revanche, a jugé « insuffisantes » les explications fournies, en insistant sur le caractère prémédité de l'opération.
– « Qui a donné l'ordre? » –
« On nous dit que (Khashoggi) a été tué parce qu'il se serait opposé à ce qu'on le ramène dans son pays. Mais en réalité, ce meurtre, comme nous l'avons déjà dit, a été planifié à l'avance », a déclaré le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu.
« Le dépeçage du corps n'était pas spontané. Ils avaient d'abord ramené les personnes et les outils nécessaires pour le faire », a-t-il ajouté, appelant à « révéler les vrais commanditaires ».
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a, plusieurs fois, affirmé que l'ordre de tuer Khashoggi avait été donné « aux plus hauts niveaux de l'Etat » saoudien. Il a écarté la responsabilité du roi Salmane, mais n'a pas absous, en revanche, son fils, le prince Mohammed, régulièrement mis en cause par des responsables et des médias turcs.
Avant de reconnaître la mort du journaliste, les autorités saoudiennes avaient démenti dans un premier temps la mort de Khashoggi, affirmant qu'il était entré au consulat et en était ressorti peu après.
Plus de deux semaines plus tard, face à la pression internationale grandissante, Ryad limogeait notamment M. Assiri et Saoud al-Qahtani, tous deux membres de la garde rapprochée du prince héritier.
Pour HA Hellyer, chercheur non-résident à l'Atlantic Council de Washington et au Royal United Services Institute de Londres, Ryad cherche à « démontrer au monde qu'un semblant de justice sera appliqué », avec les déclarations jeudi du procureur général.
Mais, selon lui, la question que tout le monde se pose reste sans réponse. « Qui a donné l'ordre (de tuer Khashoggi) à ces responsables? Le prince hériter semble à présent écarté de l'enquête, malgré les multiples liens qu'il a avec ces responsables ».
– « Ils savent » –
Les Etats-Unis de Donald Trump, qui ont d'abord tenté de ménager leur allié saoudien, avaient fini ces derniers jours par durcir le ton, tout comme les autres pays occidentaux ayant des liens étroits avec la monarchie.
Dimanche, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait prévenu, dans un entretien téléphonique avec le prince héritier Mohammed ben Salmane, que Washington allait « demander des comptes à toutes les personnes impliquées dans le meurtre de Jamal Khashoggi ». Il avait estimé que Ryad devait en « faire de même ».
Côté turc, le ton était au préalable monté, avec des déclarations de M. Erdogan affirmant avoir communiqué aux Américains des enregistrements supposément réalisés au consulat le jour de la mort de Khashoggi.
« Ils ont écouté les conversations qui ont eu lieu ici. Ils savent », avait assuré le président turc lors d'une conférence de presse télévisée.
Vendredi dernier, la fiancée de Jamal Khashoggi a appelé, dans une tribune publiée dans plusieurs médias, à « prendre des mesures réelles, sérieuses et concrètes pour mettre au jour la vérité et traduire les responsables en justice ».
Cette affaire a considérablement terni l'image de l'Arabie saoudite, royaume ultra-conservateur engagé jusque-là –à l'initiative du prince héritier– dans une stratégie de modernisation et d'ouverture, via l'annonce de mesures de libéralisation économiques et sociétales.
Elle a aussi affaibli la diplomatie saoudienne, Ryad étant sur la défensive notamment au Yémen, où son intervention militaire a fait de nombreuses victimes civiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.