Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    Faits divers    Loi-cadre sur l'enseignement    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Artisanat à Fès. 42 MDH pour le développement des compétences    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Israël démolit des maisons palestiniennes près de Jérusalem    Proscrire la violence!    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Hervé Renard refuse la sélection des Pharaons    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    Accord de pêche. La flotte espagnole est de retour    Dakhla devient une référence nationale    Les prix des produits alimentaires en légère hausse, tirés par les légumes    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    Corée du Nord. Un taux de participation aux votes de 99.98%    Tanger. 20 blessés à cause de l'écroulement d'un manège    La traite humaine nargue la loi 27-14    Mobilisation exceptionnelle pour lutter contre un vaste incendie au Portugal    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    Les atouts touristiques de la région de Dakhla-Oued Eddahab mis en avant à Prague    Bounedjah Le réveil magique de la machine à buts des Fennecs    Les tops et les flops de l'édition égyptienne    Une approche qui n'est pas du goût de tous    C'est parti pour la 6ème édition du Festival Al Haouz    Show haut en couleur de Hamid Bouchnak et Hatim Ammor au Festival international du raï    Débat à Essaouira sur le rôle des jeunes dans la préservation du patrimoine gnaoui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Feu vert des 27 à l'accord de divorce mais les négociations continuent
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 11 - 2018

Les 27 ont donné lundi un premier feu vert à l'accord de divorce négocié avec Londres, cible de virulentes critiques au Royaume-Uni, donnant le coup d'envoi d'une ultime semaine de tractations avant un sommet exceptionnel dimanche à Bruxelles.
Les discussions ne sont pas encore closes: les deux parties doivent désormais se mettre d'accord sur la nature des liens qu'elles garderont après le Brexit. Et sur la longueur maximale de la transition envisageable après le 30 mars 2019, pour préparer cette « relation future » aux contours encore flous.
La Première ministre britannique Theresa May, qui se rendra dans la semaine à Bruxelles, fait face à une forte pression au Royaume-Uni, où ses détracteurs lui demandent d'améliorer l'accord de 585 pages conclu par les équipes de négociateurs pour organiser leur séparation.
De leur côté, les 27 ont apporté lundi leur soutien politique à ce texte, qui prévoit notamment le solde de tout compte financier que devra verser le Royaume-Uni à l'UE. Il contient aussi des mesures controversées pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.
« La première étape difficile est franchie. Nous avons réussi à préserver l'unité » des 27, s'est réjoui le ministre autrichien des Affaires européennes Gernot Blümel, après une réunion avec ses homologues à Bruxelles.
« Nous devons être clairs sur le fait que cet accord, tel qu'il est maintenant sur la table, est le meilleur accord possible », a insisté lundi le ministre luxembourgeois Jean Asselborn.
– Transition prolongée –
Des pays comme la France, qui auraient souhaité un meilleur résultat sur la question de la pêche, n'en feront pas un point de blocage, conscients que les Britanniques pourraient à leur tour présenter de nouvelles demandes.
« Nous ne souhaitons pas rouvrir l'accord mais nous serons très vigilants sur sa mise en œuvre », a expliqué lundi la ministre française Nathalie Loiseau, après la réunion. « Les 27 sont allés au bout de leurs marges de manœuvre ».
La possibilité d'étendre la période de transition post-Brexit, pendant laquelle le Royaume-Uni restera de fait dans le giron de l'UE, fait partie des seuls points encore ouverts sur la table.
La transition est actuellement prévue jusqu'à fin 2020 dans l'accord provisoire de retrait, mais le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier aurait proposé qu'elle puisse être prolongée de deux ans, selon une source européenne.
« Je pense que durant cette semaine nous ferons une proposition définitive pour une date », a dit M. Barnier devant la presse lundi, sans confirmer cette durée de deux ans. « Notre idée est qu'une éventuelle prolongation de la transition, qui exigera un accord des Britanniques sur leur contribution financière, ça ne peut pas être indéfinie, ça doit être fixée », a-t-il ajouté.
Ce sera « une semaine intense de négociations », a prédit de son côté Mme May, lundi devant les patrons britanniques, quelques jours après avoir réussi à faire endosser par son gouvernement l'accord provisoire avec Bruxelles, au prix d'une série de démissions.
Appelée par ses détracteurs à améliorer l'accord provisoire conclu avec l'UE, elle a confirmé que les négociations restant à mener concernaient non pas le traité de retrait, mais la « déclaration politique » sur la future relation entre Londres et l'UE qui sera jointe à l'accord de séparation.
« Je m'attends à ce que nous élaborions les détails complets et définitifs du cadre qui sous-tendra nos relations futures », a-t-elle estimé.
– « Défaite totale » –
La Commission européenne a prévu de publier mardi le projet de « déclaration politique » qui définira ce cadre. Il s'agira d'un texte d'une vingtaine de pages, selon une source diplomatique, sans valeur juridique mais à forte portée politique.
Londres et Bruxelles doivent y esquisser les contours de leur futur partenariat, qu'il ne pourront commencer à négocier formellement qu'une fois le Royaume-Uni officiellement parti, à compter du 30 mars 2019.
Les 27 devront approuver dimanche ce texte sur la relation future, tout comme le traité de retrait, mais au niveau cette fois des chefs d'Etat ou de gouvernement, lors d'un sommet convoqué à Bruxelles.
Si le gouvernement britannique soutient lui aussi ces deux textes, il restera ensuite à le faire ratifier par le Parlement européen d'un côté et par le Parlement britannique de l'autre.
La ratification parlementaire britannique est loin d'être acquise, sur fond de profondes divisions de la classe politique du pays sur le type de Brexit qu'elle souhaite.
Theresa May se retrouve ainsi sous la menace d'une motion de censure, et sous pression de l'aile dure des partisans du Brexit qui exigent de pouvoir renégocier le texte, inacceptable à leurs yeux.
Certains estiment qu'elle a sacrifié la souveraineté du pays en acceptant la perspective d'une union douanière avec l'UE, d'une durée indéfinie, comme solution de dernier recours pour empêcher le retour d'une frontière physique entre les deux Irlandes.
« En fait, nous sommes en train d'abandonner le contrôle à l'UE, et cette feuille de vigne de 585 pages ne fait rien pour couvrir l'embarras de notre défaite totale », a jugé l'ex-chef de la diplomatie britannique Boris Johnson dans un texte publié lundi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.