Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : May de retour à Bruxelles, face une UE inflexible
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 02 - 2019

La Première ministre britannique Theresa May remet le cap sur Bruxelles mercredi, en quête de modifications de l'accord de Brexit déjà conclu avec l'UE, mais devrait de nouveau se heurter à des Européens inflexibles.
Mme May doit s'entretenir à 18H30 (17H30 GMT) avec le président de la Commission Jean-Claude Juncker. « Nous aurons une discussion amicale, mais je n'attends pas de percée », a prévenu ce dernier mardi, bridant tout optimisme.
Aucune rencontre n'est prévue avec le président du Conseil européen Donald Tusk. Celui-ci avait choqué au Royaume-Uni en promettant une « place spéciale en enfer » pour ceux qui avaient promu le Brexit sans plan pour le réaliser.
A moins de six semaines de la date officielle du divorce, la crainte d'une rupture sans accord se renforce, faute de solution à la question controversée du « filet de sécurité » censé éviter le retour d'une frontière physique en Irlande.
La dirigeante britannique réclame des « changements contraignants » de ce dispositif honni des « Brexiters ». Elle espère ensuite obtenir un feu vert de ses parlementaires au traité de divorce, après le rejet cinglant essuyé en janvier.
Ce « filet de sécurité » (« backstop » en anglais) prévoit le maintien du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE.
Il ne serait déclenché qu'en dernier recours, si les deux parties ne trouvaient pas de meilleure solution après le Brexit pour éviter le retour redouté d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande.
– « Pas de renégociation » –
Au Royaume-Uni, les partisans d'une rupture nette avec l'UE y voient un « piège » qui risque de garder leur pays arrimé éternellement au bloc continental. Mme May cherche donc à les rassurer en obtenant des garanties de Bruxelles sur le caractère conditionnel et temporaire de cette mesure qu'elle avait acceptée.
Mais le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, « a réitéré que les 27 ne rouvriraient pas le traité de retrait » négocié avec Mme May, a prévenu mardi le porte-parole de la Commission Margaritis Schinas.
Les Européens ne peuvent « pas accepter de donner une limite dans le temps au +filet de sécurité+, ni de clause de sortie unilatérale » de ce dispositif, a-t-il poursuivi.
L'UE est en revanche prête à « retravailler » la déclaration politique qui accompagnera le traité de retrait, et dont l'objectif est de tracer les grandes lignes de la relation que veulent bâtir les deux parties après leur divorce.
« Nous attendons que Theresa May vienne avec des propositions précises après nous avoir dit qu'elle avait des choses à nous dire », a lancé mardi à Bruxelles la ministre française des Affaires européennes Nathalie Loiseau.
– « Sang-froid » –
Mme May « n'a pas donné de signal qu'elle voulait un report du Brexit » au-delà du 29 mars, a ajouté Mme Loiseau, insistant sur le fait qu'il y aurait des conditions posées par l'UE si un tel report était demandé par Londres.
« Une prolongation n'aurait de sens que s'il y avait de nouvelles idées substantielles sur la table », a renchéri son homologue allemand Michael Roth, appelant lui aussi « urgemment à des propositions réalistes » de Londres.
« Le problème de fond, c'est que Theresa May n'a pas de mandat parlementaire. Et on ne pourra vraiment négocier avec elle que lorsqu'elle en aura un, ce qui nous amène en mars », a estimé une source diplomatique.
Mme May « n'a de majorité pour rien » dans son propre pays, a abondé une autre source diplomatique. « Il y a encore une cacophonie incroyable en Grande-Bretagne, et donc l'UE ne voit pas la nécessité de faire un pas vers les Britanniques à ce stade ».
Avec la pression croissante d'un possible divorce sans accord, « il va falloir beaucoup de sang-froid pendant un mois: le premier qui cligne des yeux a perdu », a commenté un troisième diplomate.
Les deux parties disent vouloir éviter un « no deal », source d'incertitudes du côté de l'UE et aux effets potentiellement dévastateurs pour l'économie du Royaume-Uni, où les annonces de fermetures d'usines ou relocalisations d'entreprises se multiplient depuis plusieurs mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.