Décès de Hosni Moubarak: Al-Sissi reçoit un message du roi Mohammed VI    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Nouveau coup dur pour Manchester City    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Maria Sharapova annonce sa retraite    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Ministère de la Santé : tests négatifs pour les 15 cas « possibles » de coronavirus    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Attijariwafa bank termine l'année 2019 sous le signe de la performance    Parricide à Salé: ce qui s'est réellement passé    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    La CSMD organise une séance d'écoute avec les représentants de la Confédération marocaine de l'agriculture et de développement rural    DFSK introduit ses SUV sur le marché marocain    Moins d'un Marocain sur deux en âge de travailler est actif    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Entretien avec SEM. LI Li, Ambassadeur de Chine à Rabat : « Le Maroc et la Chine ont fait preuve d'une haute confiance politique mutuelle et de soutien réciproque »    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Benabdelkader: Aucun nouveau cas de spoliation foncière d'autrui n'a été enregistré    Législatives iraniennes: Une très faible participation…    Ramid : Le bilan de la mise en œuvre du droit de pétition est en deçà des attentes    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Premier cas confirmé positif au coronavirus en Algérie    Saisie de fumigènes interdits, lors du match OCS- FAR    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Insolite : Pour sauver sa main    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Divers    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    Divers sportifs    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    3e édition de l'Afrique du Rire    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : May de retour à Bruxelles, face une UE inflexible
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 02 - 2019

La Première ministre britannique Theresa May remet le cap sur Bruxelles mercredi, en quête de modifications de l'accord de Brexit déjà conclu avec l'UE, mais devrait de nouveau se heurter à des Européens inflexibles.
Mme May doit s'entretenir à 18H30 (17H30 GMT) avec le président de la Commission Jean-Claude Juncker. « Nous aurons une discussion amicale, mais je n'attends pas de percée », a prévenu ce dernier mardi, bridant tout optimisme.
Aucune rencontre n'est prévue avec le président du Conseil européen Donald Tusk. Celui-ci avait choqué au Royaume-Uni en promettant une « place spéciale en enfer » pour ceux qui avaient promu le Brexit sans plan pour le réaliser.
A moins de six semaines de la date officielle du divorce, la crainte d'une rupture sans accord se renforce, faute de solution à la question controversée du « filet de sécurité » censé éviter le retour d'une frontière physique en Irlande.
La dirigeante britannique réclame des « changements contraignants » de ce dispositif honni des « Brexiters ». Elle espère ensuite obtenir un feu vert de ses parlementaires au traité de divorce, après le rejet cinglant essuyé en janvier.
Ce « filet de sécurité » (« backstop » en anglais) prévoit le maintien du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE.
Il ne serait déclenché qu'en dernier recours, si les deux parties ne trouvaient pas de meilleure solution après le Brexit pour éviter le retour redouté d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande.
– « Pas de renégociation » –
Au Royaume-Uni, les partisans d'une rupture nette avec l'UE y voient un « piège » qui risque de garder leur pays arrimé éternellement au bloc continental. Mme May cherche donc à les rassurer en obtenant des garanties de Bruxelles sur le caractère conditionnel et temporaire de cette mesure qu'elle avait acceptée.
Mais le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, « a réitéré que les 27 ne rouvriraient pas le traité de retrait » négocié avec Mme May, a prévenu mardi le porte-parole de la Commission Margaritis Schinas.
Les Européens ne peuvent « pas accepter de donner une limite dans le temps au +filet de sécurité+, ni de clause de sortie unilatérale » de ce dispositif, a-t-il poursuivi.
L'UE est en revanche prête à « retravailler » la déclaration politique qui accompagnera le traité de retrait, et dont l'objectif est de tracer les grandes lignes de la relation que veulent bâtir les deux parties après leur divorce.
« Nous attendons que Theresa May vienne avec des propositions précises après nous avoir dit qu'elle avait des choses à nous dire », a lancé mardi à Bruxelles la ministre française des Affaires européennes Nathalie Loiseau.
– « Sang-froid » –
Mme May « n'a pas donné de signal qu'elle voulait un report du Brexit » au-delà du 29 mars, a ajouté Mme Loiseau, insistant sur le fait qu'il y aurait des conditions posées par l'UE si un tel report était demandé par Londres.
« Une prolongation n'aurait de sens que s'il y avait de nouvelles idées substantielles sur la table », a renchéri son homologue allemand Michael Roth, appelant lui aussi « urgemment à des propositions réalistes » de Londres.
« Le problème de fond, c'est que Theresa May n'a pas de mandat parlementaire. Et on ne pourra vraiment négocier avec elle que lorsqu'elle en aura un, ce qui nous amène en mars », a estimé une source diplomatique.
Mme May « n'a de majorité pour rien » dans son propre pays, a abondé une autre source diplomatique. « Il y a encore une cacophonie incroyable en Grande-Bretagne, et donc l'UE ne voit pas la nécessité de faire un pas vers les Britanniques à ce stade ».
Avec la pression croissante d'un possible divorce sans accord, « il va falloir beaucoup de sang-froid pendant un mois: le premier qui cligne des yeux a perdu », a commenté un troisième diplomate.
Les deux parties disent vouloir éviter un « no deal », source d'incertitudes du côté de l'UE et aux effets potentiellement dévastateurs pour l'économie du Royaume-Uni, où les annonces de fermetures d'usines ou relocalisations d'entreprises se multiplient depuis plusieurs mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.