Lancement de la 2e Conférence internationale sur la Justice sous les encouragements du roi    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Nabil Benabdallah: «Il faut redonner un sens à l'action politique»    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Un solde de plus de 71,5 MMDH    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Agadir célèbre la tolérance en musique    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 04 - 2019

La Fondation Attijariwafa bank a organisé, mardi 16 avril, une conférence-débat sous le thème « Peut-on faire confiance à L'Intelligence Artificielle ? », avec la participation de Rachid Guerraoui, Professeur à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et au Collège de France.
Dans son mot de bienvenue, M. Mohamed El Kettani, PDG d'Attijariwafa s'est demandé comment saisir les opportunités offertes par la révolution numérique pour accroitre la performance des entreprises, développer les services publics et privés pour le bien-être de tous les concitoyens tout veillant à protéger notre humanité. «Dans ce nouveau monde qui se montre à nous il est de notre devoir à tous, gouvernants, opérateurs publics et privés et société civile de capitaliser sur les avantages de l'intelligence artificiel tout en veillant à la protection des données personnelles et au respect des règles de confidentialité et d'éthique », a-t-il déclaré.
L'Intelligence Artificielle (IA) est un sujet scientifique qui ne laisse personne indifférent, elle est au cœur de profondes mutations des sociétés, et recouvre aujourd'hui plusieurs domaines et des champs d'application quasi-infinis.
L'IA est la capacité d'un algorithme à faire résoudre par une machine un problème que seuls les humains pensaient résoudre, une notion très volatile et relative, explique Rachid Guerraoui, qui a préféré reformuler le thème du débat et dire plutôt : «Peut-on faire confiance aux algorithmes? ».
Pour répondre à cette question, le professeur universitaire, est remonté aux premiers pas de l'Homme dans la réalisation de l'Intelligence Artificielle : la Pascaline. Cette machine fabriquée par Blaise Pascal au 17ème siècle fut la première à calculer et de ce fait effectuer une chose que seul l'humain était capable de réaliser.
Des siècles plus tard, et plus exactement en 1997, on reparle d'IA grâce au fameux ordinateur d'IBM qui a réussi à battre le champion du monde d'échecs.
Mais quelques années après, cela n'impressionnait plus les informaticiens. Ces derniers se sont attaqués à l'art, donnant à des ordinateurs de nombreux tableaux de Rembrandt, pour que ceux-ci les reproduisent à l'identique. Puis il y a eu le jeu de Go en 2017, qui, avec son nombre de combinaisons possibles supérieur au nombre d'atomes de l'univers, était considéré comme l'un des plus difficiles à maitriser. En 2018, les informaticiens ont réussi à apprendre à des algorithmes à bluffer et mentir, et ainsi un ordinateur a réussi à battre des joueurs de poker professionnels.
Après cette plongée dans l'histoire, Rachid Guerraoui a voulu expliquer au public présent d'où venait la puissance des algorithmes. « Celle-ci vient des systèmes informatiques. Ce qui fait la puissance de ces derniers, c‘est que chaque ordinateur est connecté à des milliers d'ordinateurs et permet de traiter un grand nombre de données, et à l'intérieur de chaque ordinateur il y a un réseau parallèle. La multiplicité de ces outils de calcul fait que l'ensemble est très puissant », a détaillé le professeur universitaire.
Malgré le fait que les plus grandes sociétés aujourd'hui (les GAFA) marchent toutes avec des algorithmes et que ces derniers ont fait leur preuve en médecine, pour M. Guerraoui, on ne peut pas faire totalement confiance à l'IA.
Et pour cela il a donné l'exemple de la navette Ariane 5, qui a explosé quelques secondes après son départ. Développée avec le même logiciel de navigation que celui conçut pour Ariane 4, ayant fait ses preuves pendant de nombreuses années, les moteurs d'Ariane 5 étaient bien plus puissants que ceux d'Ariane 4 et le logiciel de navigation n'était pas prévu pour une telle puissance. Un bug informatique très bête selon M. Gerraoui, faisant ainsi d'Ariane 5, l'erreur informatique la plus chère de l'histoire. Le professeur a également rappelé le bug informatique responsable du crash du Boeing 737 max.
«Parfois, on peut leur faire confiance puisque le premier à rentrer à la cathédrale Notre Dame pour éteindre le feu était un robot autonome. Cependant, il y a eu des situations dramatiques à cause des algorithmes », selon M. Guerraoui.
D'après lui, la fragilité comme la puissance des algorithmes vient des systèmes informatiques. Le professeur a conclu son intervention en affirmant qu'il ne fallait pas faire totalement confiance aux algorithmes. « En revanche, on peut comprendre et maitriser cette confiance si on connait bien les systèmes informatiques », a-t-il précisé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.