Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coupe de France: Nayef Aguerd de retour dans le groupe dijonnais    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    PAM : Abdesslam Boutayeb annonce sa candidature au poste de Secrétaire général du parti    Marathon international de Marrakech: Victoire de Hicham Laquahi    Négociations post-Brexit: Barnier met en garde contre une rupture brutale    Aït Bennasser : On verra pour mon avenir en fin de saison    Rumeurs de nouveaux compteurs électriques, le démenti formel de l'ONEE    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Football féminin : Le Maroc affronte la Tunisie en amical    Hand-CAN 2020 : Le Maroc décroche son billet pour le Mondial    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    Conférence initiée par la CDG à Rabat : De la transformation structurelle pour booster la croissance    Décès d'une détenue au centre hospitalier Al Ghassani de Fès : la mise au point de la DGAPR    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fin d'Android sur Huawei, un bouleversement pour le marché des smartphones
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 05 - 2019

La fin des mises à jour d'Android sur les smartphones du fabricant chinois Huawei peut rapidement compliquer la vie des utilisateurs de ces appareils mais surtout largement redessiner le marché des applications mobiles.
– Des centaines de millions d'appareils concernés
Désormais numéro deux mondial sur le marché du smartphone, Huawei vend des dizaines de millions d'appareils chaque mois dans le monde: près de 203 millions au total en 2018, contre 150 millions en 2017, selon le cabinet Gartner. Sur le premier trimestre 2019, Huawei a continué sur sa lancée, avec 59 millions d'appareils vendus selon le cabinet IDC, talonnant le numéro un mondial Samsung et laissant loin derrière le numéro trois, Apple.
Pour les utilisateurs de smartphones Huawei, les conséquences peuvent être importantes car Google met régulièrement à jour ses différentes versions d'Android, le plus souvent pour des raisons de sécurité. Les smartphones Huawei pourraient donc présenter des failles non réparées, à moins que le fabricant chinois ne décide de réaliser lui-même ces mises à jour. Ce risque n'est toutefois pas immédiat car Android a précisé qu'il continuerait pour l'instant à effectuer les mises à jour concernant la sécurité.
L'autre conséquence, plus lointaine, concerne les applications. Car à mesure que Google met à jour Android, les centaines de millions d'applications proposées sur son App Store le sont également, les développeurs souhaitant les voir rester compatibles. Or ces mises à jour des applications entraînent une forme d'obsolescence des appareils qui ne disposeraient pas des dernières mises à jour d'Android, avec à terme des applications tout simplement incapables de fonctionner.
– Peu de solutions pour Huawei
A court terme, Huawei ne dispose que peu de solutions. Sur ses appareils actuels, la mise en place d'un nouveau système d'exploitation, au lieu d'Android, est compliquée. Sur ses appareils à venir, une alternative s'avèrerait également difficile à trouver: le seul système d'exploitation suffisamment répandu est l'iOS d'Apple, disponible exclusivement sur les iPhones. Microsoft avait tenté de lancer une version mobile de son célèbre Windows en 2010, qu'il n'avait réussi à proposer que sur ses propres téléphones. Mais les Windows Phone n'ont pas rencontré le succès et Microsoft a abandonné l'aventure en 2017.
A moyen terme, cette décision de Google pourrait inciter Huawei à suivre l'exemple d'Apple et proposer son propre système d'exploitation, une idée qui trottait depuis un moment déjà dans les têtes des dirigeants du géant chinois. Aujourd'hui numéro deux mondial, Huawei est en effet difficilement contournable pour les développeurs d'applications, qui seraient donc forcés de proposer une version « Huawei » de leurs produits afin d'éviter de se couper d'une part significative du marché. Sans aller aussi loin, Huawei peut parfaitement développer un « fork » d'Android, une version qui lui serait propre tout en réutilisant la plupart des codes d'Android, qui sont en « open source », libres de droit, ce qui lui permettrait de garder un produit compatible aux applications développées pour Android.
– Un risque pour Google également
Pour Google également, la décision de couper les ponts avec Huawei est tout sauf neutre. En dehors des iPhones, Google jouit sur le marché du smartphone d'une position monopolistique avec Android, un produit qui lui a permis de développer ses services associés, les moteurs de recherche mobiles, la géolocalisation avec Google Maps, etc. Ces services lui sont essentiels dans la captation des données des utilisateurs, au centre de son modèle économique fondé sur la vente d'espaces de publicité ultra-ciblés, à l'image de Facebook. Sur le moyen terme, une coupure avec Huawei peut faire perdre à Google l'accès à des données essentielles de centaines de millions d'utilisateurs.
Mais c'est surtout le développement d'un système d'exploitation propre à Huawei qui peut représenter un vrai risque pour Google. Par ailleurs, le bras de fer entre Huawei et Google représente un coup de semonce pour les autres fabricants chinois (Xiaomi, Oppo, OnePlus…), qui sont tous en embuscade derrière Samsung, Huawei et Apple. En cas de développement d'un système d'exploitation par Huawei, ses concurrents chinois pourraient être incités à y passer, pour éviter d'être à leur tour victimes de futures pressions américaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.