QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Infinix offre gratuitement BeIN connect pour regarder les matchs de la CAN    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Baignade. Quelles sont les plages à éviter ?    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : "La transformation digitale est en marche"    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Brexit: Boris Johnson contre-attaque et plaide pour « une sorte d'accord »    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Insolite : Mis en examen    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Hervé Renard : L'essentiel est d'empocher les trois points de la victoire    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fin d'Android sur Huawei, un bouleversement pour le marché des smartphones
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 05 - 2019

La fin des mises à jour d'Android sur les smartphones du fabricant chinois Huawei peut rapidement compliquer la vie des utilisateurs de ces appareils mais surtout largement redessiner le marché des applications mobiles.
– Des centaines de millions d'appareils concernés
Désormais numéro deux mondial sur le marché du smartphone, Huawei vend des dizaines de millions d'appareils chaque mois dans le monde: près de 203 millions au total en 2018, contre 150 millions en 2017, selon le cabinet Gartner. Sur le premier trimestre 2019, Huawei a continué sur sa lancée, avec 59 millions d'appareils vendus selon le cabinet IDC, talonnant le numéro un mondial Samsung et laissant loin derrière le numéro trois, Apple.
Pour les utilisateurs de smartphones Huawei, les conséquences peuvent être importantes car Google met régulièrement à jour ses différentes versions d'Android, le plus souvent pour des raisons de sécurité. Les smartphones Huawei pourraient donc présenter des failles non réparées, à moins que le fabricant chinois ne décide de réaliser lui-même ces mises à jour. Ce risque n'est toutefois pas immédiat car Android a précisé qu'il continuerait pour l'instant à effectuer les mises à jour concernant la sécurité.
L'autre conséquence, plus lointaine, concerne les applications. Car à mesure que Google met à jour Android, les centaines de millions d'applications proposées sur son App Store le sont également, les développeurs souhaitant les voir rester compatibles. Or ces mises à jour des applications entraînent une forme d'obsolescence des appareils qui ne disposeraient pas des dernières mises à jour d'Android, avec à terme des applications tout simplement incapables de fonctionner.
– Peu de solutions pour Huawei
A court terme, Huawei ne dispose que peu de solutions. Sur ses appareils actuels, la mise en place d'un nouveau système d'exploitation, au lieu d'Android, est compliquée. Sur ses appareils à venir, une alternative s'avèrerait également difficile à trouver: le seul système d'exploitation suffisamment répandu est l'iOS d'Apple, disponible exclusivement sur les iPhones. Microsoft avait tenté de lancer une version mobile de son célèbre Windows en 2010, qu'il n'avait réussi à proposer que sur ses propres téléphones. Mais les Windows Phone n'ont pas rencontré le succès et Microsoft a abandonné l'aventure en 2017.
A moyen terme, cette décision de Google pourrait inciter Huawei à suivre l'exemple d'Apple et proposer son propre système d'exploitation, une idée qui trottait depuis un moment déjà dans les têtes des dirigeants du géant chinois. Aujourd'hui numéro deux mondial, Huawei est en effet difficilement contournable pour les développeurs d'applications, qui seraient donc forcés de proposer une version « Huawei » de leurs produits afin d'éviter de se couper d'une part significative du marché. Sans aller aussi loin, Huawei peut parfaitement développer un « fork » d'Android, une version qui lui serait propre tout en réutilisant la plupart des codes d'Android, qui sont en « open source », libres de droit, ce qui lui permettrait de garder un produit compatible aux applications développées pour Android.
– Un risque pour Google également
Pour Google également, la décision de couper les ponts avec Huawei est tout sauf neutre. En dehors des iPhones, Google jouit sur le marché du smartphone d'une position monopolistique avec Android, un produit qui lui a permis de développer ses services associés, les moteurs de recherche mobiles, la géolocalisation avec Google Maps, etc. Ces services lui sont essentiels dans la captation des données des utilisateurs, au centre de son modèle économique fondé sur la vente d'espaces de publicité ultra-ciblés, à l'image de Facebook. Sur le moyen terme, une coupure avec Huawei peut faire perdre à Google l'accès à des données essentielles de centaines de millions d'utilisateurs.
Mais c'est surtout le développement d'un système d'exploitation propre à Huawei qui peut représenter un vrai risque pour Google. Par ailleurs, le bras de fer entre Huawei et Google représente un coup de semonce pour les autres fabricants chinois (Xiaomi, Oppo, OnePlus…), qui sont tous en embuscade derrière Samsung, Huawei et Apple. En cas de développement d'un système d'exploitation par Huawei, ses concurrents chinois pourraient être incités à y passer, pour éviter d'être à leur tour victimes de futures pressions américaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.