Privatisation : Les dessous de l'opération Maroc Telecom    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Diabète : Novo Nordisk et le ministère lancent 2 unités de soins    Eaux de baignade: Ces plages à éviter    Construction prochaine d'une nouvelle cimenterie dans la région d'El Jadida    Le dirham s'apprécie de 1,4% par rapport à l'euro et de 0,3% vis-à-vis du dollar    Les opportunités d'investissement au Maroc présentées à Barcelone    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Cheikh El-Ghazouani se proclame vainqueur et l'opposition rejette les résultats de la présidentielle en Mauritanie    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    "Comment est-ce possible ?" Maroc-Namibie disputé sans pause fraîcheur    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Insolite : Mis en examen    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement : Bencahaaboun mise sur la transparence    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    « MOULTAKA AL YOUSR »/LE COLLOQUE SCIENTIFIQUE DE BANK AL YOUSR: UNE 2EME EDITION POUR CONSOLIDER LES AVANCEES DE LA FINANCE PARTICIPATIVE AU MAROC    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Hausse de 1,9% des ventes de ciment à fin mai    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    La cheffe de l'ONU pour les droits humains réclame le rapatriement des familles de Daech    Groupe D Côte d'Ivoire – Afrique du Sud : Prendre une option sur le 2e tour    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Clôture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde : Le succès toujours au rendez-vous    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Abdellah Bekkali, reconduit pour un nouveau mandat    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    L'UIC lance son premier DBA en association avec ESC Clermont    Gouvernance spatiale et développement    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Casa-Settat : Le taux de réussite au bac en très forte augmentation    CAN 2019 : « Le meilleur reste à venir », promet Boussoufa    Sahara marocain : La Barbade décide de retirer sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 05 - 2019

Donald Trump et les démocrates américains sont entrés mercredi dans une véritable guerre ouverte, donnant au débat sur une procédure de destitution contre le président américain une intensité nouvelle.
Visiblement irrité, le milliardaire a exhorté les démocrates du Congrès à arrêter leurs « investigations bidon », en niant s'être livré à toute tentative d'étouffer les conclusions de la vaste enquête russe.
« Je ne pratique pas la dissimulation », a martelé M. Trump lors d'une conférence de presse convoquée à la hâte.
Il venait de couper court à une réunion organisée à la Maison Blanche avec les dirigeants démocrates des deux assemblées du Congrès, Nancy Pelosi et Chuck Schumer.
Peu avant l'entretien, censé porter sur un vaste programme d'infrastructures, Mme Pelosi l'avait publiquement accusé d'être « engagé dans une opération de dissimulation ».
Les faits reprochés au président pourraient « justifier une procédure de destitution », a plus tard ajouté l'élue de 79 ans.
Une déclaration très remarquée puisque la puissante chef démocrate s'applique au contraire depuis des mois à décourager les élus de son parti favorables à une telle option, trop risquée et impopulaire selon elle.
Mais le débat a pris une nouvelle ampleur après de nouveaux refus de l'administration Trump cette semaine de coopérer avec leurs enquêtes parlementaires.
Au point que Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, a organisé une réunion pour discuter de la question avec certains élus, peu avant sa visite à la Maison Blanche.
« Hier soir j'ai entendu qu'ils allaient se réunir juste avant cette réunion pour parler du mot +i+. Vous vous rendez compte? », s'est indigné Donald Trump, 72 ans, en référence au mot anglais pour « destitution »: « impeachment ».
En colère, le président américain est arrivé en retard à la réunion. Sans serrer les mains des démocrates et sans s'asseoir, il a accusé Nancy Pelosi d'avoir dit quelque chose de « terrible », selon une source démocrate. Puis il est reparti.
– « Se remettre au travail » –
Infrastructures, mais aussi budgets ou réformes: la guerre entre démocrates et le républicain menace désormais de bloquer toute initiative dans un Congrès divisé.
Une perspective potentiellement néfaste à l'orée des élections de novembre 2020.
Les démocrates ont le choix, a martelé le président sur Twitter:
Soit « continuer la chasse au sorcières », en référence à l'enquête du procureur spécial Robert Mueller qui a conclu que l'équipe de campagne de Donald Trump n'avait pas coopéré avec Moscou, mais s'est gardé de blanchir le président des soupçons d'entrave à la justice.
« Soit se remettre au travail… »
Briguant un second mandat, le président républicain a choisi son argument de campagne: en gaspillant leur énergie à le « harceler » avec leurs enquêtes parlementaires, les démocrates négligent leur travail, et donc les électeurs.
Les chefs démocrates craignent cet angle d'attaque.
Comment en effet rendre audible leur message sur les questions qui préoccupent vraiment les Américains si le débat sur une procédure de destitution brouille toutes les ondes ?
D'autant qu'avec un Sénat contrôlé par les républicains, une telle tentative irait droit dans le mur.
– Stratégie de Trump? –
Mais même chez les réticents, comme le candidat à la présidentielle Bernie Sanders, l'idée semble faire son chemin.
« Je ne suis pas sûr que ce président ne veuille pas en fait être visé par une procédure de destitution. Il estime peut-être que cela le sert politiquement », a analysé sur CNN le sénateur indépendant.
Mais si Donald Trump continue de ne pas respecter la Constitution américaine et le droit du Congrès de mener des enquêtes, a-t-il poursuivi « il sera peut-être temps qu'une enquête en vue d'une destitution soit ouverte ».
Les démocrates ont renvoyé en bloc sur Donald Trump la responsabilité de l'échec de la réunion sur les infrastructures, l'accusant de faire un « caprice » qui prive les Américains « de bons emplois ».
« Malheureusement, le président ne semble s'inquiéter que de son propre emploi », a taclé Nancy Pelosi dans une lettre aux élus démocrates.
Comptant sur le solide soutien de son équipe dirigeante, cette habile stratège avait tenté jusqu'ici de faire patienter les voix, encore minoritaires, favorables à une destitution, en affirmant que leur batterie d'enquêtes parlementaires permettraient de révéler aux Américains les fautes supposées du milliardaire.
Sa position est justement sortie renforcée mercredi, lorsqu'un juge a tranché en faveur des démocrates contre l'administration Trump, qui refusait de livrer des documents financiers.
Leur deuxième victoire juridique en trois jours contre la Maison Blanche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.