Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 07 - 2019

« Je suis convaincue que c'est un fasciste »: l'élue démocrate Ilhan Omar a répondu jeudi à Donald Trump au lendemain d'un meeting de campagne du président américain où elle a été violemment prise pour cible par ses supporters.
« Il ne s'agit pas de moi, il s'agit de notre combat pour ce que devrait réellement être notre pays », a lancé l'élue du Minnesota (nord), fille de réfugiés somaliens, à laquelle M. Trump a conseillé de « retourner » dans son pays d'origine.
Ilhan Omar a été saluée et acclamée jeudi soir par une foule de ses partisans à son retour dans sa circonscription du Minnesota pour une réunion publique.
« Le cauchemar (de Donald Trump) est de voir une réfugiée somalienne parvenir au Congrès », a-t-elle lancé. « Nous allons continuer à être le cauchemar de ce président, parce que sa politique est un cauchemar pour nous ».
Le jeune femme de confession musulmane, dont les déclarations sur Israël il y a quelques mois ont provoqué une vive polémique, a dénoncé avec force la volonté de M. Trump de faire taire « le débat démocratique et les divergences d'opinions ».
« Renvoyez-la! Renvoyez-la! », ont scandé mercredi soir en Caroline du Nord des centaines de partisans du milliardaire républicain, galvanisés par ce dernier lors d'un meeting « Make America Great Again ».
A 473 jours de l'élection, ce meeting de Greenville a peut-être marqué un tournant.
– Vague d'indignation –
Face au tollé, le milliardaire septuagénaire a tenté jeudi, sans convaincre, de prendre ses distances avec cette séquence qui a provoqué une vague d'indignation à travers les Etats-Unis.
« Cela ne m'a pas plu. Je ne suis pas d'accord avec cela », a-t-il déclaré, assurant –contre toute évidence– avoir essayé d'interrompre ces chants en reprenant rapidement la parole.
Debout derrière un podium portant le sceau présidentiel, il n'a, à aucun moment, tenté de calmer la foule, écoutant sans dire un mot ce nouveau slogan qui fait écho, dans un autre registre, aux célèbres « Enfermez-la! » scandés en 2016 concernant la candidate démocrate Hillary Clinton.
Pointes ironiques à l'appui, il a égrené les noms des quatre élues démocrates issues de minorités qu'il attaque avec violence depuis quatre jours. Dans une ambiance électrique, il a multiplié les piques.
S'il veut rester à la Maison Blanche quatre ans de plus, Donald Trump devra rééditer l'exploit de 2016 quand il a remporté sur le fil trois Etats clés: Michigan, Pennsylvanie, Wisconsin.
Après deux années et demi chaotiques, il aurait pu, comme l'espéraient certaines voix conservatrices, opter pour une forme de présidentialisation. Il a fait le choix inverse: souffler sur les braises des tensions raciales pour s'assurer le soutien de son socle électoral, très majoritairement blanc.
« Il a besoin que son électorat de 2016 se mobilise, de toutes les voix sans exception. Il pense que c'est la bonne stratégie pour les électriser », résume Wendy Schiller, qui enseigne les sciences politiques à Brown University.
Selon elle, « le risque est qu'il mobilise sa base électorale mais, ce faisant, mobilise aussi avec force la base électorale démocrate ».
– « Ignoble et lâche » –
Pour l'heure, Donald Trump fonce. Et durcit chaque jour un peu plus sa rhétorique, répétant à l'envi sa nouvelle ligne d'attaque: « Ils n'aiment pas notre pays. Vous savez quoi? S'ils ne l'aiment pas, dites-leur de le quitter! »
« Voter pour un démocrate en 2020, quel qu'il soit, c'est voter pour la montée en puissance du socialisme radical, la destruction du rêve américain et, pour le dire clairement, la destruction de notre pays », a-t-il conclu mercredi soir, des propos peu communs dans la bouche d'un président américain.
La séquence a suscité l'indignation dans le camp démocrate.
« C'est ignoble. C'est lâche. C'est xénophobe. C'est raciste. Cela souille la fonction présidentielle », a réagi la sénatrice démocrate Kamala Harris, candidate à la succession de Donald Trump.
Reste la question de l'attitude du parti républicain.
La réaction est, pour l'heure, la même qu'à chaque polémique aux accents xénophobes déclenchée par l'ancien homme d'affaires de New York: quelques voix s'élèvent pour exprimer leur indignation mais les ténors du parti font bloc, minimisant les propos ou faisant mine de regarder ailleurs.
Jeudi matin, un élu modéré du Grand Old Party a fait entendre sa différence: Adam Kinzinger.
« Je suis en désaccord profond avec l'extrême gauche et j'ai été écoeuré par leur ton », a tweeté le jeune élu de l'Illinois. « Mais je me suis réveillé ce matin écoeuré: les slogans +Renvoyez-la! » sont répugnants et feraient trembler nos pères fondateurs ».
Une autre voix, celle d'Anthony Scaramucci, qui fut éphémère directeur de la communication de la Maison Blanche, s'est faite entendre.
Jugeant les tweets présidentiels « racistes et inacceptables », il l'a mis en garde: « Le président doit comprendre que s'il continue dans cette voie, un bloc d'électeurs va se détacher à la manière d'un iceberg qui se brise et s'éloigne ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.