Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 07 - 2019

La colère grondait lundi à Hong Kong au lendemain d'attaques brutales contre des manifestants pro-démocratie commises par des agresseurs soupçonnés d'appartenir aux triades, des violences qui ont fait des dizaines de blessés et aggravent la crise dans laquelle est plongée l'ancienne colonie britannique.
La vague de contestation qui déferle sans discontinuer depuis le 9 juin sur ce haut lieu de la finance internationale a pris un tour sinistre dimanche. Des gangs d'hommes armés de bâtons, tringles métalliques et battes, vêtus pour la plupart de t-shirts blancs, ont fondu sur des manifestants antigouvernementaux qui rentraient chez eux après une nouvelle manifestation monstre.
Sur les images des attaques commises à Yuen Long, dans le nord de Hong Kong, et diffusées en direct sur Facebook, on pouvait voir des gens hurler pendant que les agresseurs passaient à tabac manifestants et journalistes dans une station de métro et dans les rames elles-mêmes. Il y avait des flaques de sang au sol.
D'après les autorités hospitalières, 45 personnes ont été blessées. Un homme est dans un état critique et cinq autres personnes sont dans un état grave.
De nombreuses voix se sont élevées pour critiquer la police de l'ex-colonie britannique revenue en 1997 dans le giron chinois. Elle est accusée d'avoir mis plus d'une heure pour arriver sur place, malgré les appels à l'aide répétés des personnes attaquées, et de n'avoir arrêté aucun assaillant alors que les agresseurs sont restés autour de la station de métro jusqu'aux petites heures du matin.
Des images ont montré également des hommes portant des t-shirts blancs en train de quitter les lieux dans des véhicules arborant des plaques d'immatriculation chinoises.
Lam Cheuk-ting, un député démocrate, figure parmi les blessés, avec des lacérations au visage et aux bras.
Il a critiqué la réaction de la police et mis en cause « les triades », bandes criminelles présentes à la fois à Hong Kong et sur le continent.
– « Barbares » –
« Ces agissements très barbares et violents violent complètement la ligne rouge de la société civilisée hongkongaise », a-t-il lancé.
Nathan Law, militant pro-démocratie, a ajouté sur Twitter: « quand les voyous chinois attaquent les citoyens, aucun policier n'est présent. Honte au gouvernement ».
Des députés démocrates ont renchéri en accusant le gouvernement local pro-Pékin d'avoir fermé les yeux sur les agressions. « On a des triades qui tabassent le peuple de Hong Kong », fulminait Alvin Yeung. « Et vous faites comme si de rien n'était? »
Le chef de la police Stephen Lo a défendu ses troupes en expliquant qu'elles avaient déjà fort à faire avec les violentes manifestations antigouvernementales qui avaient lieu simultanément sur l'île de Hong Kong.
« Nous avons des problèmes d'effectifs », a-t-il dit, qualifiant de « diffamation » l'idée d'une collusion entre policiers et triades. Les assaillants seront poursuivis, a-t-il assuré.
Yuen Long est situé dans les Nouveaux territoires, près de la frontière avec la Chine, où les gangs et les comités ruraux pro-Pékin sont très influents.
Des attaques similaires contre des manifestants lors de l'immense « mouvement des parapluies » de l'automne 2014 avaient également été imputées aux triades.
Hong Kong est plongée dans la pire crise de son histoire récente, avec de gigantesques manifestations pacifiques contre le gouvernement, mais aussi des affrontements sporadiques entre contestataires radicaux et policiers.
Le mouvement est parti du rejet d'un projet de loi désormais suspendu visant à autoriser les extraditions vers la Chine.
Mais la contestation s'est élargie à des revendications plus vastes, l'exigence de réformes démocratiques, l'instauration du suffrage universel et la fin de l'érosion des libertés du territoire semi-autonome.
– Atteinte au « peuple chinois » –
Tandis que les bandes armées se déchaînaient à Yuen Long, la police faisait face à des manifestants radicaux au coeur de la mégapole à l'issue d'un nouveau défilé gigantesque dans l'après-midi.
Des policiers anti-émeutes ont tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes contre les contestataires, qui s'en sont pris au Bureau de liaison du gouvernement chinois à Hong Kong.
Les manifestants ont ainsi jeté des oeufs et inscrit des graffitis sur la façade du bâtiment, nouveau défi à l'autorité de Pékin après la mise à sac en début de mois du Parlement hongkongais.
Wang Zhimin, le chef du Bureau de liaison, a dénoncé lundi une atteinte à « l'ensemble du peuple chinois ».
La cheffe du gouvernement Carrie Lam a condamné à la fois l'attaque du Bureau de liaison et les gangs d'assaillants, déclarant que la ville toute entière était « scandalisée ». « Nous n'approuvons absolument pas ce genre de violences ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.