Al Boraq sur la bonne voie    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    BTI Bank signe une convention avec la Confédération Marocaine de TPE-PME    Trafic de drogues : Gros coup de filet de la DGSN à Tan-Tan    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Marrakech fête le 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits d'enfants    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Inzegane : Arrêté pour avoir fait chanter une jeune fille    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    La Tunisie instaure des cours d'éducation sexuelle, une première dans le monde islamique    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Nouvelle distinction pour Auto Hall    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Edito : Modèle    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 10 - 2019

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, accusé d'espionnage par Washington et menacé d'extradition vers les Etats-Unis, a semblé désorienté lundi lors de sa première apparition en public depuis six mois, bredouillant lors d'une audience à Londres.
L'Australien de 48 ans, rasé de près et vêtu d'un pull bleu, d'une chemise blanche et d'un veste bleue, a comparu devant le tribunal de Westminster, qui examinait la date d'une prochaine audience d'extradition.
M. Assange a semblé avoir des des difficultés à se rappeler sa date de naissance et déclaré à la juge Vanessa Baraitser à la fin de l'audience qu'il n'avait pas compris ce qui s'était passé. Il s'est aussi plaint de ses conditions de détention à la prison londonienne de haute sécurité de Belmarsh.
« Je ne peux accéder à aucun de mes écrits, c'est très difficile de faire quoi que ce soit », a-t-il dit d'une voix à peine audible, expliquant aussi lutter contre des « gens (avec) des ressources illimitées ».
« Je ne peux pas penser correctement », a-t-il aussi déclaré dans la salle d'audience où s'étaient rassemblés de nombreux soutiens, dont l'ancien maire de Londres Ken Livingstone.
Son avocat, Mark Summers, a accusé l'Etat américain de s'être « immiscé dans des discussions privilégiées entre M. Assange et ses avocats à l'ambassade » d'Equateur, où M. Assange s'était réfugié, et d'avoir « illégalement copié (le contenu de) leurs téléphones et ordinateurs ».
La juge a rejeté la demande de l'avocat d'accorder plus de temps pour rassembler des preuves et fixé une prochaine audience de procédure au 19 décembre, avant une audience sur la demande d'extradition en février.
Avant l'audience, quelques dizaines de personnes, dont des « gilets jaunes » venus de France – ont manifesté devant le tribunal, scandant « Libérez Julian Assange » et tenant une pancarte proclamant « N'extradez pas Assange ».
En 2012, Julian Assange, qui faisait l'objet de poursuites en Suède pour viol, s'était réfugié dans l'ambassade d'Equateur à Londres pour éviter d'être extradé vers la Suède ou vers les Etats-Unis, en raison de la publication de documents secrets américains par son site internet.
Après sept ans passés dans la représentation diplomatique, il en avait été délogé par la police britannique le 11 avril, avec l'autorisation de Quito.
Il avait été immédiatement placé en détention puis condamné à une peine de 50 semaines de prison le 1er mai pour violation des conditions de sa liberté provisoire.
Julian Assange encourt une peine allant jusqu'à 175 ans d'emprisonnement aux Etats-Unis, qui lui reprochent d'avoir mis en danger certaines de leurs sources lors de la publication en 2010 par WikiLeaks de 250.000 câbles diplomatiques et d'environ 500.000 documents confidentiels portant sur les activités de l'armée américaine en Irak et en Afghanistan.
Fin mai, la justice américaine a ajouté plusieurs chefs à son acte d'inculpation, dont la plupart portent sur des violations des lois anti-espionnage, ce qui a suscité les critiques des défenseurs de la liberté de la presse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.