Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Human Rights Watch dénonce une offensive mondiale inédite de Pékin contre les droits humains
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 01 - 2020

Pékin utilise son pouvoir économique et diplomatique pour attaquer avec une intensité inédite les mécanismes internationaux de protection des droits humains, a estimé mardi l'organisation Human Rights Watch, suscitant la colère d'un responsable chinois.
« Le gouvernement chinois mène une intense offensive contre le système international de protection des droits humains », « la plus intense qu'on ait vue depuis l'émergence de ce système au milieu du XXe siècle », a martelé Kenneth Roth, directeur exécutif de l'ONG, en présentant ce rapport annuel depuis le siège de l'ONU à New York.
Le premier secrétaire de la délégation chinoise à l'ONU, Xing Jisheng, qui assistait à la présentation, a balayé ces critiques, jugeant le rapport « plein de préjugés et d'inventions ».
Selon Kenneth Roth, le parti communiste a bâti en Chine « un Etat policier orwellien high-tech et un système sophistiqué de censure d'internet pour surveiller et supprimer les critiques publiques », qui dénoncent notamment « le système cauchemardesque » de répression instauré contre les musulmans du Xinjiang.
Et à l'étranger, le gouvernement chinois « utilise son influence économique croissante pour museler les critiques », selon l'ONG.
« Si d'autres gouvernements commettent des entorses graves aux droits humains, aucun autre gouvernement ne montre les muscles avec autant de vigueur et de détermination pour saper les normes internationales des droits humains et les institutions qui pourraient les soutenir », juge-t-elle.
M. Roth avait espéré présenter ce rapport cinglant depuis Hong Kong. Mais « pour la première fois », a-t-il souligné mardi, il a été interdit d'entrée dans l'ex-colonie britannique, au prétexte que l'ONG y encourage le mouvement pro-démocratie qui l'agite depuis sept mois.
« Le gouvernement chinois est terrifié d'admettre qu'il y a un désir authentique de démocratie sur un territoire qu'il gouverne, car s'ils admettaient que c'est un désir spontané plutôt qu'une idée imposée de l'étranger, alors ce qui se passe à Hong Kong pourrait s'étendre » à toute la Chine, selon M. Roth.
– Trump, Guterres et l'UE épinglés
Human Rights Watch dénonce l'inaction, voire la complicité d'autres pays face à cette « menace existentielle » que fait peser Pékin sur les droits humains, selon l'ONG.
« Plusieurs gouvernements sur lesquels on pouvait compter pour que leur politique étrangère défende les droits humains au moins une partie du temps ont largement abandonné cette cause », a affirmé M. Roth.
« Certains dirigeants comme le président américain Donald Trump, le Premier ministre indien Narendra Modi et le président brésilien Jair Bolsonaro brident le même ensemble de lois protégeant les droits humains que la Chine, galvanisant leur public en combattant les +mondialistes+ qui osent suggérer que tous les gouvernements devraient respecter les mêmes normes. »
« Trump a perdu sa crédibilité, en donnant trop souvent l'accolade aux autocrates », a-t-il ajouté.
Il a aussi critiqué l'Union européenne, « occupée par le Brexit, handicapée par des Etats membres nationalistes et divisée sur les migrants ».
HRW reproche notamment au président français Emmanuel Macron de « ne pas avoir mentionné publiquement les droits humains » lors de sa visite en Chine en novembre.
M. Roth a aussi vivement critiqué le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, accusé de ne parler de droits humains qu'en « termes génériques ».
« Il faut des critiques publiques précises », a souligné M. Roth, « et il n'y en a pas assez émanant du secrétaire général ».
M. Roth reproche notamment au patron de l'ONU – une enceinte dans laquelle Pékin « fait tout » pour éviter une discussion sur la situation au Xinjiang – de ne pas avoir « demandé publiquement que la Chine mette fin à l'emprisonnement massif de musulmans » au Xinjiang.
Plus généralement, HRW accuse gouvernements, entreprises et universités de préférer se taire plutôt que de risquer de perdre l'accès à l'immense marché chinois.
L'ONG cite notamment les récentes représailles de Pékin à un tweet de Daryl Morey, directeur général de l'équipe de basket des Houston Rockets, en soutien aux manifestants de Hong Kong.
Human Rights Watch appelle les démocraties à s'unir pour contrer les efforts anti-droits humains de Pékin, en gelant notamment les comptes bancaires à l'étranger de tous les responsables impliqués dans la répression au Xinjiang.
L'ONG les appelle aussi à conditionner toute visite d'Etat de dirigeants chinois à « de véritables progrès en matière de droits humains ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.