Météo: le temps qu'il fera ce mardi 25 février    Le Roi Mohammed VI félicite la présidente de la République d'Estonie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Selon l'OMS, le monde doit se préparer à “une éventuelle pandémie”    Aux camps de Tindouf, des manifestations de colère après des soupçons de «complicité» dans l'évasion de dangereux prisonniers    #RunforNEET2020 : une course pour l'insertion des jeunes    Les autorités de La Mecque ordonnent l'arrestation d'une rappeuse saoudienne    Les belligérants libyens élaborent un projet d'accord de cessez-le-feu à Genève    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le socialiste Sanders en super-favori, les démocrates modérés s'inquiètent    Des performances commerciales et financières favorables pour Crédit du Maroc    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Qualification de trois taekwondistes marocains aux JO de Tokyo    Coronavirus: Marocains d'Italie, ceci vous concerne    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Festival "Stop drogue" : Une matinée dédiée à la promotion de la pratique du sport chez les femmes    Divers    Un chauffeur de camion arrêté à Agadir en possession de 589 kg de chira    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Une conférence scientifique internationale organisée par l'association Ibn Battouta    Rabat: Nasser Bourita s'est entretenu avec un responsable saoudien    Le père de Dounia Batma arrêté à Marrakech    Jumelage Maroc-UE, quel apport pour la loi-cadre sur l'éducation ?    17ème journée de la Botola Pro D1 : Qu'arrive-t-il au Wydad ?    Eliminatoires africaines de taekwondo : La Marocaine Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO-2020    15ème Jazzablanca : L'appel à candidature lancé    La tournée «Stars 80» bientôt à Casablanca    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilisé pour Al Moustatmir Al Qaraoui    Inwi adhère officiellement à la «Déclaration Numérique GSMA»    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Italie : 100.300 Marocains mis en quarantaine    Résultats financiers : CIH Bank termine l'année 2019 en forme    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Maîtriser la question religieuse!    Palestine: Vivement l'union!    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Le Salon international de l'agriculture de Paris a ouvert ses portes samedi : Le terroir marocain à l'honneur    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition russe en désarroi après la réforme éclair de Poutine
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 01 - 2020

Après la stupeur, le désarroi: prise au dépourvu, l'opposition russe ne sait sur quel pied danser pour réagir au remaniement éclair du système politique russe entrepris par Vladimir Poutine.
Le président russe a fait sortir d'un coup la classe politique de la torpeur des vacances d'hiver en proposant le 15 janvier une refonte de la Constitution russe, provoquant dans la foulée la démission de l'impopulaire Premier ministre Dmitri Medvedev et de son gouvernement.
Cinq jours plus tard, il avait déjà soumis ses amendements au Parlement. Unanimement hostiles à la réforme, les opposants peinent cependant à riposter à cette opération éclair qu'ils ne savent comment interpréter.
« Personne ne comprend ce qu'il se passe. Rien n'est clair. Du tout », note sur son blog le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny. « La vie clarifiera nos stratégies dans un avenir proche », avoue-t-il.
Seule chose dont il soit sûr: « Poutine veut être le dirigeant à vie du pays ».
L'homme d'affaires et opposant exilé Mikhaïl Khodorkovsky dénonce lui des mesures qui permettront « la préservation à vie d'un système qui garantira l'inamovibilité du gang de Poutine ».
– « Tellement pressé » –
Mais les amendements à la Constitution ne disent pas comment Poutine compte garder une telle influence au-delà de 2024, lorsqu'il sera obligé, touché par la limite des mandats, de quitter le Kremlin, condamnant observateurs et opposants à se perdre en conjectures.
Ces réformes proposent de transférer certaines prérogatives au Parlement, comme celui de choisir le Premier ministre, mais elles renforcent par ailleurs le pouvoir de nomination du président.
Elles musclent aussi le rôle d'un organe consultatif, laissant place à des spéculations selon lesquelles ce Conseil d'Etat pourrait devenir le coeur du régime après 2024.
« C'est peut-être la première fois que je ne comprends pas la logique interne de Poutine », admet l'ancien député d'opposition Guénnadi Goudkov.
« Je ne comprends tout simplement pas pourquoi il était tellement pressé », dit-il.
Certaines formations d'opposition, comme le parti libéral Iabloko, disent vouloir répliquer en préparant des propositions alternatives à la réforme de la Constitution, adoptée sous le premier président, Boris Eltsine, en 1993.
Mais les députés de la Douma – où les partis pro-pouvoir dominent – ont déjà commencé l'examen des amendements et devraient les approuver au pas de course. Puis ils seront soumis aux Russes, peut-être dès le printemps.
Selon certains détracteurs, le Kremlin va aussi vite pour ne pas laisser le temps à l'opposition de mobiliser, elle qui avait avec succès fait descendre dans la rue cet été des milliers de personnes à l'approche des élections locales à Moscou.
– Manifester six semaines après –
En 20 ans de pouvoir, Vladimir Poutine a déjà largement réussi à museler les médias et à exclure l'opposition du jeu politique.
Les derniers mouvements de contestation d'ampleur, en 2012 comme en 2019, se sont soldés par une dure répression policière. Certains militants ont aussi été condamnés à de lourdes peines de prison.
Selon l'opposant Ilia Iachine, les détracteurs du Kremlin prévoient une manifestation d'envergure contre les récentes annonces de Poutine, le 29 février, soit six semaines après leur annonce.
En attendant, les critiques du système dénoncent la précipitation du Kremlin, jugeant dangereux de se presser à modifier la loi fondamentale.
D'autant que le groupe de travail de 75 personnes formé par le chef de l'Etat justement pour plancher sur la réforme constitutionnelle a été vidé de toute substance avec l'annonce lundi du détail des amendements.
« Tout ce qui arrive est une humiliation de la Constitution et de la société », affirme Lev Chlosberg, un élu en région du parti Iabloko, dénonçant un « Blitzkrieg ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.