L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Visions multiples rend hommage aux plasticiens de Fès
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 09 - 2011

« C'est dans le somptueux cadre du Sofitel Palais Jamaî que s'est déroulée, du 16 au 18 septembre la dernière édition de « Multiples Visions ». Organisé par Maroc Premium en partenariat avec Sofitel Luxury Hotel, « Visions Multiples » est un événement itinérant dans les grandes villes du Maroc.
Il s'agit, en effet, d'un rendez-vous artistique de haute facture. Chaque exposition est l'occasion de réunir des artistes plasticiens ou originaires d'une même région. C'est une manière, selon les organisateurs, de montrer la dynamique de création et la subtilité artistique de toutes les villes marocaines. Pour Mme Jolanda Sadni Ziane, directrice générale du Sofitel Palais Jamaî, ce genre d'événements permet, d'un côté de promouvoir les artistes de la ville, de découvrir de nouveaux talents, et d'un autre de créer une animation culturelle distinguée au sein de l'hôtel. « Nous sommes prêts à soutenir tous les événements de qualité. Nous sommes même partant pour un rendez-vous mensuel. », a déclaré Mme Jolanda Sadni Ziane.
En effet, après Essaouira, Rabat et Marrakech, c'était au tour de Fès d'accueillir une nouvelle édition de « Visions Multiples ». Les amoureux d'arts plastiques ont pu découvrir une exposition exceptionnelle rassemblant des artistes marquants de la ville de Fès. Abdelhay Demnati, Abdesslam Lahrach et Cheikh Zidor, tous originaires de Fès, ont accroché leur travaux dans le magnifique cadre du Palais Jamaî. Abdesslam Lahrach, a exposé plusieurs installations originales. On y retrouve une pluralité de dichotomies : plein/vide, visible/invisible, énergie/apathie, vie/mort, force/inertie, le blanc et le noir…Des contrastes qui ne sont que le reflet de notre vie au quotidien, comme le précise l'artiste. Fils de fer, papier, bois, tissus, cordes,… autant d'objets triviaux, sont utilisés par l'artiste pour exprimer une idée, une vision, voire un instant, ou autres. Abdesslam Lahrach, refuse d'orienter la lecture de ses oeuvres. Pour lui chaque personne, selon sa propre histoire, sa culture, son humeur au moment où elle regarde la toile, y verra quelque chose de différent. Le choix de l'installation, comme mode d'expression artistique et de la bichromie, noire/blanc est une manière, selon l'artiste peintre d'accompagner l'évolution de la société moderne et de donner un sens moderne à l'acte de peindre.
Pour sa part, Abdelhay Demnati nous replonge dans l'art antique des miniatures ; A première vue, ses toiles nous rappllent Abdelali Rbat ( l'un des pionniers de cet art au Maroc ), mais Demnati va plus loin que son maître, par la finesse des traits, le foisonnement des détails, la douceur des couleurs, ... Obnibulé par son amour pour Fès, son architecture, la magie de ses rituels, Demnati nous livre des toiles qui respire la vie et les « rites féminins intimistes » au sein des riads, festivités, souks et cafés populaires, Halkas, promenades, ruelles, etc. Le public est transporté dans l'univers des légendes populaires. On a l'impression que l'art de la peinture se substitue à celui de la narration. Enfin les oeuvres de Cheikh Zidor renvoient à la spiritualité qui habite la médina de Fès. Ses oeuvres abstraites reflètent une sensibilité intérieure qui émeut et apaise l'esprit de celui qui les approche.
Leila Ouazry
------------------------------------------------------------------------
2 questions à Mme Jolanda Sadni Ziane, directrice générale du Sofitel Palais Jamaî
Quelle la valeur ajoutée d'un tel événement pour votre établissement ? Mme Jolanda Sadni Ziane : C'est une excellente initiative. Nous soutenons l'art dans toutes ses formes. Nous sommes d'ailleurs partenaires de plusieurs événements qui se tiennent dans la ville (Festival des Musiques Sacrées, du Festival des Arts culinaires, les Escales Littéraires du Sofitel, Jazz in Riads, ...). Nous gardons un très beau souvenir que ce soit pour les Musiques sacrées ou les Escales littéraires. Les débats et les rencontres étaient de très haut vol. Le fait d'accueillir les artistes peintres de la ville de Fès est une fierté pour nous. Nous avons le lieu, ils ont le talent, je pense qu'en associant nos efforts, on peut créer une dynamique culturelle dans la ville, surtout qu'il n'y a pas beaucoup de choses qui s'y passent. Nous sommes prêts à réitérer l'expérience.
Il semble que vous ayez décidé d'éditer un livre sur l'histoire du Palais Jamaî, notamment, celle de Moulay Hassan 1er, et de toutes les autres familles ayant possédé le palais par la suite ou y ayant vécu. Est-ce vrai ? C'est tout à fait vrai. Nous sommes en train de collecter les informations. En effet, l'histoire remonte à 1987. Et notre souhait est de mettre en avant le côté « palais princier » de notre établissement. De démontrer cette richesse de l'art de vivre marocain, la dextérité des artisans marocains à travers la précision du travail à la main, sur des matières nobles comme le bois de cèdre sculpté, le marbre rose, les dentelles de plâtre, ... Bref, la tradition marocaine dans toute son authenticité et un savoir faire transmis de génération en génération, que nous voulons que nos clients mettent en exergue, pour le préserver et pour que la transmission se poursuive. Et c'est pour cela que nous voulons que les gens (nos clients, mais aussi tous les Marocains) prennent conscience de cette richesse.
ropos recueillis par Leila Ouazry


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.