Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Approvisionnement en eau : Amara satisfait des progrès réalisés    Mutandis : Le RN en hausse de 40% en 2018    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    Algérie    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Les Marocains du monde au SIEL    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Visions multiples rend hommage aux plasticiens de Fès
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 09 - 2011

« C'est dans le somptueux cadre du Sofitel Palais Jamaî que s'est déroulée, du 16 au 18 septembre la dernière édition de « Multiples Visions ». Organisé par Maroc Premium en partenariat avec Sofitel Luxury Hotel, « Visions Multiples » est un événement itinérant dans les grandes villes du Maroc.
Il s'agit, en effet, d'un rendez-vous artistique de haute facture. Chaque exposition est l'occasion de réunir des artistes plasticiens ou originaires d'une même région. C'est une manière, selon les organisateurs, de montrer la dynamique de création et la subtilité artistique de toutes les villes marocaines. Pour Mme Jolanda Sadni Ziane, directrice générale du Sofitel Palais Jamaî, ce genre d'événements permet, d'un côté de promouvoir les artistes de la ville, de découvrir de nouveaux talents, et d'un autre de créer une animation culturelle distinguée au sein de l'hôtel. « Nous sommes prêts à soutenir tous les événements de qualité. Nous sommes même partant pour un rendez-vous mensuel. », a déclaré Mme Jolanda Sadni Ziane.
En effet, après Essaouira, Rabat et Marrakech, c'était au tour de Fès d'accueillir une nouvelle édition de « Visions Multiples ». Les amoureux d'arts plastiques ont pu découvrir une exposition exceptionnelle rassemblant des artistes marquants de la ville de Fès. Abdelhay Demnati, Abdesslam Lahrach et Cheikh Zidor, tous originaires de Fès, ont accroché leur travaux dans le magnifique cadre du Palais Jamaî. Abdesslam Lahrach, a exposé plusieurs installations originales. On y retrouve une pluralité de dichotomies : plein/vide, visible/invisible, énergie/apathie, vie/mort, force/inertie, le blanc et le noir…Des contrastes qui ne sont que le reflet de notre vie au quotidien, comme le précise l'artiste. Fils de fer, papier, bois, tissus, cordes,… autant d'objets triviaux, sont utilisés par l'artiste pour exprimer une idée, une vision, voire un instant, ou autres. Abdesslam Lahrach, refuse d'orienter la lecture de ses oeuvres. Pour lui chaque personne, selon sa propre histoire, sa culture, son humeur au moment où elle regarde la toile, y verra quelque chose de différent. Le choix de l'installation, comme mode d'expression artistique et de la bichromie, noire/blanc est une manière, selon l'artiste peintre d'accompagner l'évolution de la société moderne et de donner un sens moderne à l'acte de peindre.
Pour sa part, Abdelhay Demnati nous replonge dans l'art antique des miniatures ; A première vue, ses toiles nous rappllent Abdelali Rbat ( l'un des pionniers de cet art au Maroc ), mais Demnati va plus loin que son maître, par la finesse des traits, le foisonnement des détails, la douceur des couleurs, ... Obnibulé par son amour pour Fès, son architecture, la magie de ses rituels, Demnati nous livre des toiles qui respire la vie et les « rites féminins intimistes » au sein des riads, festivités, souks et cafés populaires, Halkas, promenades, ruelles, etc. Le public est transporté dans l'univers des légendes populaires. On a l'impression que l'art de la peinture se substitue à celui de la narration. Enfin les oeuvres de Cheikh Zidor renvoient à la spiritualité qui habite la médina de Fès. Ses oeuvres abstraites reflètent une sensibilité intérieure qui émeut et apaise l'esprit de celui qui les approche.
Leila Ouazry
------------------------------------------------------------------------
2 questions à Mme Jolanda Sadni Ziane, directrice générale du Sofitel Palais Jamaî
Quelle la valeur ajoutée d'un tel événement pour votre établissement ? Mme Jolanda Sadni Ziane : C'est une excellente initiative. Nous soutenons l'art dans toutes ses formes. Nous sommes d'ailleurs partenaires de plusieurs événements qui se tiennent dans la ville (Festival des Musiques Sacrées, du Festival des Arts culinaires, les Escales Littéraires du Sofitel, Jazz in Riads, ...). Nous gardons un très beau souvenir que ce soit pour les Musiques sacrées ou les Escales littéraires. Les débats et les rencontres étaient de très haut vol. Le fait d'accueillir les artistes peintres de la ville de Fès est une fierté pour nous. Nous avons le lieu, ils ont le talent, je pense qu'en associant nos efforts, on peut créer une dynamique culturelle dans la ville, surtout qu'il n'y a pas beaucoup de choses qui s'y passent. Nous sommes prêts à réitérer l'expérience.
Il semble que vous ayez décidé d'éditer un livre sur l'histoire du Palais Jamaî, notamment, celle de Moulay Hassan 1er, et de toutes les autres familles ayant possédé le palais par la suite ou y ayant vécu. Est-ce vrai ? C'est tout à fait vrai. Nous sommes en train de collecter les informations. En effet, l'histoire remonte à 1987. Et notre souhait est de mettre en avant le côté « palais princier » de notre établissement. De démontrer cette richesse de l'art de vivre marocain, la dextérité des artisans marocains à travers la précision du travail à la main, sur des matières nobles comme le bois de cèdre sculpté, le marbre rose, les dentelles de plâtre, ... Bref, la tradition marocaine dans toute son authenticité et un savoir faire transmis de génération en génération, que nous voulons que nos clients mettent en exergue, pour le préserver et pour que la transmission se poursuive. Et c'est pour cela que nous voulons que les gens (nos clients, mais aussi tous les Marocains) prennent conscience de cette richesse.
ropos recueillis par Leila Ouazry


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.