Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Edito : Graine d'écosystème    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Maroc-Cameroun : Objectif, ne pas jouer la survie face au Malawi    PLF 2019. Le budget voté ce vendredi    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Esbroufe    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Les bénéficiaires d'un projet immobilier à Ben Slimane expriment leur ras-le-bol    L'armateur CMA CGM lance une caravane au profit des producteurs agricoles marocains    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Pour favoriser leur accès au sport : TIBU et la MDJS partagent la passion du basket avec les jeunes ruraux    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Casablanca American School : Adoption d'un plan d'action pour les 3 années à venir    Maroc-Algérie: Le ministère fédéral des Affaires étrangères salue la proposition royale    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations        1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    Un pendentif de Marie-Antoinette adjugé 36 millions de dollars    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 17e prix Grand Atlas attribué à Mohamed Loakira
Publié dans L'Economiste le 29 - 06 - 2010

· La cérémonie de remise des prix s'est déroulée vendredi dernier à Rabat
· Le prix de traduction est revenu à Mohamed El Ammari
Les noms des gagnants du prix Grand Atlas pour sa 17e édition ont été dévoilés vendredi dernier, lors d'une conférence de presse organisée par l'ambassade de France à Rabat. A l'issue de ses délibérations, le jury a décidé de remettre le prix littérature francophone à Mohamed Loakira pour son roman «L'inavouable», publié aux éditions Marsam. Alors que le prix de traduction est revenu à Mohamed El Ammari, pour sa traduction du roman «Le livre du rire et de l'oubli» de Milan Kundera publié aux éditions du Centre culturel arabe. «Cette année, 10 romans francophones et 3 ouvrages pour la traduction ont été en compétition», rappelle l'écrivain Daniel Picouly, président du jury de cette édition, qui est une figure connue par ses émissions littéraires sur les chaînes de télévison françaises. «Nous avons trouvé des difficultés pour trancher sur les œuvres à primer dont la majorité est d'une grande qualité littéraire», ajoute Picouly.
Selon ce dernier, après sélection de trois romans, il a fallu recourir au vote secret pour choisir l'ouvrage de Loakira. Presque la même démarche a été poursuivie pour le prix de traduction. «Il fallait penser au lecteur et voir dans quelle mesure il peut tirer profit de l'œuvre primée», indique Jihad Dolez, membre du jury. Pour les écrivains gagnants, il faut noter que Loakira a déjà décroché le prix Grand Atlas de poésie en 1995. «Avec l'inavouable, je boucle ma trilogie de Marrakech entamée depuis 2006», précise l'auteur. Sa première œuvre était «L'Esplanade des Saints» consacrée à son enfance à Marrakech. La période de l'adolescence et la recherche de soi ont fait l'objet de son ouvrage intitulé «A corps perdu». Alors que «L'inavouable» décrit la partie de la vie de l'auteur durant les années 1970. Une période marquée par les mouvements et les contestations politiques durant les années de plomb. Comme résumé à ce roman, on avance que «L'inavouable» est un récit poétique d'une réalité sociale, faite de douleur, de solitude et d'exclusion. Une vie où l'être lutte pour s'évader et échapper à la déchéance. Concernant le prix de traduction, le docteur en langue littéraire arabe Mohamed El Ammari a déjà traduit Umberto Eco et travaille actuellement sur l'œuvre de Milan Kundera dont deux autres titres seront bientôt édités par le Centre culturel arabe. Il s'agit de «La valse aux adieux» et «L'identité». Rappelons par ailleurs que le prix Grand Atlas, créé en 1991 par l'ambassade de France, récompense chaque année des œuvres littéraires marocaines rédigées en français (essai ou fiction alternativement). Depuis 2004, cette récompense concerne également des traductions en arabe d'œuvres francophones. Notons enfin que les deux lauréats ont reçu des mains de l'ambassadeur de France au Maroc, Bruno Joubert, des chèques de 40.000 DH.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.