GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    COVID19: 56 nouveaux cas ce mercredi à 18H00    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Benzema a très envie de revenir à la compétition    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





1 femme sur 2 victime de violence psychologique
Publié dans L'Economiste le 12 - 01 - 2011

· Elles sont aussi privées du droit d'étudier, de travailler, de choisir sa tenue vestimentaire…
· L'atteinte physique prédomine dans le Grand Casablanca et l'Oriental
· Les résultats de l'enquête du HCP
C'est une première du genre. Le Haut Commissariat au Plan vient de dévoiler les résultats de l'Enquête nationale sur la prévalence de la violence à l'égard des femmes (ENVF). Cette enquête a été réalisée entre juin 2009 et janvier 2010 et a porté sur un échantillon de 8.300 femmes âgées de 18 à 65 ans issues de toutes les régions du Maroc.
Première information qui émane de cette enquête est que la violence est urbaine. En effet, 62,8% de femmes ont subi un acte de violence. Les résultats de l'enquête ont mis en évidence l'existence de plusieurs aspects de violence qui s'exercent contre les Marocaines et ce dans les différents milieux sociaux. En effet, la violence psychologique est la plus répandue avec un taux de prévalence de 48,4%, soit 4,6 millions de femmes. Elle touche 38,8% des femmes mariées surtout les inactives avec un pourcentage de 53,9% contre 43% pour celles qui sont actives. Dans le milieu professionnel, près d'une femme sur cinq en milieu urbain et une sur vingt en milieu rural en sont victimes. Les divorcées sont les plus vulnérables à cette violence avec un taux de 20,5% contre 10,7% parmi les mariées. Les atteintes aux libertés individuelles viennent en deuxième position. Elles affectent 3 millions de femmes dont le taux de prévalence est plus élevé dans le milieu conjugal où il dépasse 30%. Cette violence se manifeste par le contrôle des sorties de la femme, de la liberté d'étudier, de travailler, du choix de sa tenue vestimentaire (13% des femmes n'ont pas la liberté de porter les habits qu'elles auraient souhaité, 8% sont obligées de porter le voile contre 22% de l'enlever et 13,6% de consulter un médecin de sexe masculin). Quant à la violence physique, elle fait près d'un million de violentées dans les lieux publics dont le taux de prévalence est 5 fois plus élevé en milieu urbain que dans le rural. Les auteurs des agressions sont dans 6 cas sur 10 des jeunes de moins de 35 ans. La violence est également dans le milieu conjugal où la prévalence est élevée parmi les femmes dont le mari est sans niveau d'instruction (6,8 contre 3,9% pour ceux ayant un niveau d'enseignement supérieur). Les Marocaines font aussi l'objet d'autres types de violence: sexuelle (8,7% dont 9,8% des cas en urbain contre 7,7% en rural) et économique avec une prévalence de 13 % en rural contre 6% en urbain. L'enquête a montré que la violence se propage dans tous les milieux, à savoir le conjugal avec un taux de 55%, extraconjugal (47,4%), lieux publics (32,9%), établissement d'enseignement (24,2%), milieu professionnel (16%) et familial (13,5%). Les plaintes contre les violences ont attiré l'attention des enquêteurs. Ainsi, la violence conjugale n'est rapportée à une autorité compétente que dans 3% des cas et les actes les plus dénoncés sont les agressions avec un objet contondant ou produit dangereux (41,7%), la privation des enfants (21,2%) et l'expulsion du domicile conjugal (6,9%). La majorité des plaintes s'achève soit sur l'établissement d'un procès-verbal (25%) ou par la conciliation entre les conjoints et la renonciation à la poursuite 38%.
Selon Ahmed Lahlimi, haut-commissaire au Plan, ces violences existent partout au Maroc. Cependant, quelques régions se distinguent par la prévalence de certaines de ces violences. A titre d'exemple, l'atteinte physique est prédominante dans le Grand Casablanca et l'Oriental. Les viols sont fréquents au niveau de l'Oriental, Casablanca, Rabat, Salé, Tanger et Tétouan. A l'opposé, Al Hoceïma et Taza sont deux régions où il y a un taux réduit de prévalence de la violence. Le haut-commissaire a invité l'assistance à s'interroger sur les faces cachées de ces résultats. «Cela nous indique l'existence d'une crise d'identité, une sorte de schizophrénie chez une tranche de la population au sein d'une société en pleine mutation. La mentalité n'évolue pas au même rythme que les autres phénomènes sociaux que connaît le Maroc», a souligné Ahmed Lahlimi. Pour rappel, cette enquête a bénéficié de l'appui financier du Fonds du développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM) et la participation des institutions nationales et les ONG. Elle avait pour objectif de mesurer la prévalence de la violence à l'encontre de cette frange de population, sous ses diverses formes et dans les différents cadres de vie où elle a été commise: public, familial, conjugal, extraconjugal, professionnel et éducatif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.