Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Visites de feu SM Mohammed V à Tanger et à Tétouan    Courriers et colis destinés à l'international : Barid Al-Maghrib prévoit des changements    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Lévinas, le visage, l'humanité    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Solidarité nationale : OLA Energy Maroc se mobilise    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Présidence du Ministère public : Appel à l'application stricte des dispositions sur le port de masque    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une intégration économique plus étroite
Le Maroc et l'UE tiennent le premier round des négociations de l'Aleca Par Rupert JOY
Publié dans L'Economiste le 22 - 04 - 2013

L'Union européenne et le Maroc jouissent d'un partenariat remarquable. Nos relations se sont enrichies par une histoire commune, des intérêts mutuels et peut-être aujourd'hui plus que jamais, des valeurs partagées. L'une des priorités essentielles de l'Union européenne est de soutenir le Maroc dans ses efforts de développement économique et social et en particulier dans son processus de réformes et de diversification du tissu économique. Dans ce contexte, je vois le commerce et l'investissement comme des moteurs importants de la croissance économique. Plus de commerce et d'investissement signifie plus de croissance et donc plus d'emplois.
Cela fait 50 ans que le Maroc a demandé à l'UE d'ouvrir des négociations commerciales, qui se concluront en 1969 avec le 1er accord commercial UE-Maroc. Depuis cette date, où nous avons fait nos premiers pas ensemble, l'UE est devenue de loin le plus important partenaire du Maroc et le premier investisseur étranger. Le commerce bilatéral des deux partenaires a plus que doublé dans la dernière décennie, grâce à la zone de libre-échange UE-Maroc. La mise en œuvre de plusieurs accords en 2012 témoigne de l'approfondissement du partenariat entre le Maroc: la mise en œuvre effective de la zone de libre-échange pour les produits industriels, la mise en œuvre de l'accord pour les produits agricoles, agricoles transformés et de la pêche, de l'accord sur le Règlement des différends, ainsi que le lancement des négociations d'un partenariat de la pêche.
Afin d'atteindre un potentiel plus vaste et une intégration plus poussée, tels qu'envisagés dans le statut avancé accordé au Maroc en 2008, l'UE propose d'aller plus loin, vers un nouvel accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) qui a comme objectif principal d'assurer une plus grande intégration de l'économie marocaine dans le marché unique européen.
L'Aleca concrétise un objectif majeur
du statut avancé et constitue un instrument
d'intégration économique primordial et une
étape clé vers un futur espace économique
commun entre l'UE et le Maroc
Après un processus préparatoire très fructueux en 2012, le Maroc et l'UE tiennent cette semaine le premier round des négociations d'un Aleca. Cet accord va au-delà de la simple notion de libéralisation des échanges commerciaux et de suppression des droits de douane applicables aux biens, en privilégiant une intégration économique plus étroite, en réduisant les obstacles non tarifaires, en libéralisant le commerce des services, en assurant la protection de l'investissement et en harmonisant les réglementations dans plusieurs domaines de l'environnement commercial et économique (marchés publics, normalisation, mesures sanitaires et phytosanitaires, droit de propriété intellectuelle, concurrence, douane et facilitation du commerce...).
Le Maroc est le premier partenaire dans la région méditerranéenne avec lequel l'UE lance une telle négociation. Nous avons entamé un processus de préparation avec d'autres pays de la région, tels que l'Egypte, la Jordanie ou la Tunisie.
La conclusion d'un Aleca nécessitera une forte volonté politique de la part du Maroc en ce qui concerne la mise en place de réformes et la modernisation des institutions qui pourraient être nécessaires afin de réaliser le processus d'intégration économique et commerciale attendu. Le Maroc rassemble toutes les conditions pour cela et j'espère que ces négociations pourront être conclues dans un avenir proche.
La mise en place de l'Aleca entre le Maroc et l'UE signifie une opportunité inédite pour les entreprises marocaines. L'accord améliorera l'accès au marché de part et d'autre ainsi que l'environnement des affaires, afin qu'il devienne plus prévisible et plus stable. L'existence d'un cadre réglementaire très proche ou identique devra accroître l'attrait du Maroc pour les investissements directs étrangers et par là, apporter plus de croissance et d'emploi pour le pays. Ce sont les opérateurs économiques des deux côtés qui seront les bénéficiaires directs de ce nouveau cadre plus dynamique et plus concurrentiel.
Il faut aussi souligner le rôle dynamisant que la mise en place de l'Aleca peut avoir dans le processus d'intégration régionale dans la région du Maghreb ou dans la région méditerranéenne en général. Je considère qu'il est essentiel de renforcer l'intégration régionale sud-sud à tous les niveaux.
L'Aleca concrétise un objectif majeur du statut avancé et constitue un instrument d'intégration économique primordial et une étape clé vers un futur espace économique commun entre l'UE et le Maroc. Je me réjouis de voir le partenariat privilégié avec le Maroc se renforcer de manière aussi importante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.