Réorganisation des directions provinciales des Cours d'appel    Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Nouvelles solutions de Bank of Africa destinées aux étudiants    Les enjeux de la digitalisation de l'entreprise marocaine au centre d' un webinaire de l'Institut CDG    Décès de Mohamed Talal    Khalid Aït Taleb : 247 marchés passés avec plus de 98 entreprises pour un coût total de 1,9 MMDH    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    La gaffe de Drew Barrymore    Qui a hérité de la fortune d'Amy Winehouse ?    Pourquoi la famille Kardashian a voulu que l'émission s ' arrête    En RDC, les fonctionnaires fictifs rattrapés par la justice    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    France: fermeture de 89 établissements scolaires    Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises    Tramway. Un voyageur blessé    Casablanca : La quarantaine prolongée deux semaines à partir de lundi prochain    Le Maroc signe avec les Russes une pré-commande d'un vaccin suédo-britannique    Casablanca: arrêté pour avoir menacé le directeur d'un média    Chambre des conseillers : création d'un groupe de travail thématique provisoire chargé de la Couverture sociale    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Ait Taleb: « la situation au Maroc est préoccupante, mais… »    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    Rabat : fermeture temporaire des bureaux du siège de l'ONMT après la détection de huit cas asymptomatiques    Promotion immobilière : voici les trois principaux chantiers des opérateurs pour relancer l'activité    Projet de loi sur la grève: Moukhariq fustige «un gouvernement au service du patronat»    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Soudan du Sud : progrès très lents du processus de paix et nouveau risque de famine    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Football féminin: la LNFF et la DTN ambitionnent la restructuration des clubs    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Fondation Mohammed VI des oulémas africains est née
Publié dans L'Economiste le 15 - 06 - 2016

L'intérêt primordial de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains réside essentiellement dans la réalisation de la paix, de la stabilité et d'œuvres utiles portées par les valeurs de la religion, pour autant que celle-ci soit pertinemment comprise et que sa pratique soit prémunie de l'ignorance, de la déviation et de l'extrémisme (Ph. MAP)
Réorganisation du champ religieux, formation des imams, unification du culte... sont autant d'actions qui ont porté leurs fruits et font du Maroc un modèle qui partage son expérience. En ce sens, et sous la conduite du Roi Mohammed VI, Commandeur des croyants, le champ religieux a entamé une démarche innovante et conciliante pour un Islam moderne, tolérant, et de paix. La démarche marocaine a séduit en Europe, dont plusieurs pays réclament aujourd'hui l'accompagnement du Royaume, mais aussi en Afrique. Pour notre continent, le modèle marocain est dupliqué au Sénégal, Côte d'Ivoire, Gabon, et autres. Et c'est dans cette vision de communion, partage et complémentarité que le Souverain a présidé, hier à Fès, la cérémonie d'installation du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains. A l'heure où nous mettions sous presse, le Roi devait prononcer un discours à cette occasion.
Créée il y a tout juste un an, cette Institution a parachevé les mécanismes préparatoires pour le lancement de ses activités. Avec l'installation de son conseil supérieur, elle devient opérationnelle hier mardi 14 juin. En effet, le dahir portant création de cette fondation a été publié au Bulletin officiel n° 6372 en date du 25 juin 2015. Dans son préambule, sont explicités les motifs de cette création, en considération des liens religieux et culturels qui unissent le Royaume du Maroc à de nombreux pays d'Afrique, et eu égard aux impératifs liés à la situation actuelle avec la mise en place d'un cadre de coopération entre les oulémas du Maroc et ceux des pays africains, d'une part, et entre ces oulémas africains, d'autre part.
Regroupant des oulémas et alimates d'une trentaine de pays, cette fondation vise à préserver la religion contre les déviations et l'extrémisme, de sorte que ses valeurs magnanimes soient au service de la stabilité et du développement dans ces pays. Elle a pour vocation de constituer le cadre institutionnel au sein duquel les oulémas assument leur responsabilité et accomplissent leur devoir. La «Fondation Mohammed VI des oulémas africains» se veut un espace pour l'effort d'Ijtihad recommandé, afin de tirer bénéfice, de manière circonstanciée et selon les possibilités offertes, du modèle de gestion du fait religieux tel que le Roi l'a initié, dans ses volets relatifs à la pensée, à l'encadrement et aux prestations de services. Il s'agit en l'occurrence du partage de la sagesse en matière de gestion religieuse. Et c'est ce qui a été relaté par le dahir portant création de cette fondation. Lequel lui définit des objectifs multiples, entre autres d'unifier et coordonner les efforts des oulémas au Maroc et dans les autres pays africains, pour faire connaître, diffuser et consacrer les valeurs de paix et de tolérance. Entreprendre des initiatives s'inscrivant dans le cadre de tout ce qui est de nature à valoriser les idéaux magnanimes de l'Islam dans toute réforme participant de l'œuvre de développement en Afrique, tant au niveau du continent qu'à l'échelle de chaque pays, pris à part, et dynamiser le mouvement de la production intellectuelle, scientifique et culturelle dans le champ religieux islamique, figurent parmi ses missions. La Fondation ambitionne aussi de renforcer et développer les relations historiques qui unissent le Maroc aux autres pays africains, encourager la création de centres et d'institutions religieux, scientifiques et culturels, et assurer le renouveau du patrimoine culturel africain islamique commun à travers sa vulgarisation, sa diffusion et sa préservation. Elle peut nouer des contacts et des relations de coopération entre les associations et les institutions ayant des centres d'intérêt commun, et pourrait avoir des sections en dehors du Maroc. A cet effet, le dahir portant sa création mentionne la possibilité de créer des sections de l'Institution dans les différents pays et stipule que la création de telles structures doit se faire conformément à la législation et au contexte du pays concerné.
Une protection contre les déviations
Au regard du rôle des oulémas comme encadrants naturels des imams, l'organisation et la coordination entre les oulémas sont devenues primordiales. Le but commun recherché étant de protéger la pratique cultuelle des fidèles des déviations, de l'ignorance et des agissements désinvoltes et la mise en œuvre des valeurs religieuses pertinentes pour répandre la sécurité et la paix, et la réalisation du développement. C'est dans cette optique qu'intervient l'ordre de créer cette fondation «scientifique» qui devra permettre aux oulémas africains de conjuguer leurs efforts, de définir les programmes et de dynamiser la concertation et l'échange d'avis et d'expériences. Une mission assignée à des oulémas qui sont parmi les meilleurs oulémas musulmans.
Des femmes alimates
La présence des femmes alimates dans la Fondation Mohammed VI des oulémas africains est tout à fait naturelle, sachant que la femme dans les pays africains est connue par sa forte religiosité, son imprégnation spirituelle, et la grande responsabilité qu'elle assume dans l'éducation des générations aux hautes valeurs, avec dévouement et abnégation. Pour cela, son action mérite d'être reconnue et valorisée. La présence des alimates aux côtés des oulémas revêt, ainsi, une double signification: d'abord, la nécessité de conférer une grande solennité à cette participation féminine dans l'encadrement religieux, avec tout ce que cela exige en termes de qualification et de mise en valeur de la place de la femme dans cet encadrement et, deuxièmement, la volonté de partager l'expérience marocaine dans ce domaine, du fait de la forte participation de la femme marocaine dans l'encadrement religieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.