Al Boraq sur la bonne voie    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    BTI Bank signe une convention avec la Confédération Marocaine de TPE-PME    Trafic de drogues : Gros coup de filet de la DGSN à Tan-Tan    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Marrakech fête le 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits d'enfants    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Inzegane : Arrêté pour avoir fait chanter une jeune fille    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    La Tunisie instaure des cours d'éducation sexuelle, une première dans le monde islamique    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Nouvelle distinction pour Auto Hall    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Edito : Modèle    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La taxe numérique déstabilise l'obligation fiscale
Publié dans L'Economiste le 09 - 05 - 2019

Le Pr Ahmed El Allali est enseignant chercheur, coordinateur du master sciences et techniques fiscales à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de l'Université Mohammed Ier d'Oujda (Ph A.K)
- L'Economiste: En quoi la taxe numérique est-elle déstabilisatrice pour l'obligation fiscale?
- Ahmed El Allali: L'impôt a toujours été fondé sur un territoire. Mais depuis la 2e décennie de ce siècle le commerce électronique et les multinationales du numérique ont bouleversé l'ordre naturel des procédures fiscales. Les activités économiques sont de plus en plus dématérialisées. Or, la détermination de l'assiette fiscale passe par la mise en place d'un ensemble de procédures dont certaines sont obligatoires et d'autres facultatives. L'établissement de l'impôt, indispensable au recouvrement, comprend le fait générateur, l'assiette, la liquidation et le recouvrement.
- Que faut-il faire alors?
- Identifier les contribuables numérisés, ensuite localiser les transactions numérisées et enfin légiférer sur ce type de taxation. De plus, l'administration fiscale est appelée à se mettre à niveau en se dotant de ressources humaines et techniques pour taxer le commerce numérisé. L'impôt a besoin de contribuables sédentaires facilement localisables pour être taxables, mais la taxe numérique n'est pas facile à localiser, car elle obéit à une nouvelle structure qui nécessite une entente préalable entre les géants du commerce numérique et les Etats qui veulent tirer profit des transactions de leurs concitoyens.
- Quels sont les obstacles qui se dressent face à cette taxe?
- Il faut avouer qu'ils sont aussi évidents que difficiles à surmonter, car les moyens de communication sophistiqués constituent non seulement un élément perturbateur au niveau de l'assiette numérique, mais aussi au niveau de l'identification des contribuables. Cependant, l'édifice doctrinal de la théorie de l'impôt est devenu bancal, de façon moins évidente, mais plus profonde anthropologiquement. L'émergence du nomadisme fiscal et d'une nouvelle économie de cueillette numérique est en train de déstabiliser tous les cadres conceptuels fiscaux et politiques avec lesquels nos sociétés se gèrent.
- Comment se prémunir alors contre ce type de nomadisme économique?
- Certains pays ont introduit des lois pour taxer les grandes sociétés à mesure de 3% (ou plus) de leur chiffre d'affaires. Toutefois, un tel pourcentage est-il suffisant? Peut-il compenser certaines lacunes financières pour un Etat qui se voit privé d'une importante partie de ses ressources fiscales? Pour que le Maroc suive cette tendance mondiale, il doit être préparé et outillé en infrastructures adéquates. On a également besoin d'une administration fiscale compétente pour s'adapter aux transactions numérisées et savoir recouvrer la matière imposable.
Propos recueillis par Ali KHARROUBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.