Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La taxe numérique déstabilise l'obligation fiscale
Publié dans L'Economiste le 09 - 05 - 2019

Le Pr Ahmed El Allali est enseignant chercheur, coordinateur du master sciences et techniques fiscales à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de l'Université Mohammed Ier d'Oujda (Ph A.K)
- L'Economiste: En quoi la taxe numérique est-elle déstabilisatrice pour l'obligation fiscale?
- Ahmed El Allali: L'impôt a toujours été fondé sur un territoire. Mais depuis la 2e décennie de ce siècle le commerce électronique et les multinationales du numérique ont bouleversé l'ordre naturel des procédures fiscales. Les activités économiques sont de plus en plus dématérialisées. Or, la détermination de l'assiette fiscale passe par la mise en place d'un ensemble de procédures dont certaines sont obligatoires et d'autres facultatives. L'établissement de l'impôt, indispensable au recouvrement, comprend le fait générateur, l'assiette, la liquidation et le recouvrement.
- Que faut-il faire alors?
- Identifier les contribuables numérisés, ensuite localiser les transactions numérisées et enfin légiférer sur ce type de taxation. De plus, l'administration fiscale est appelée à se mettre à niveau en se dotant de ressources humaines et techniques pour taxer le commerce numérisé. L'impôt a besoin de contribuables sédentaires facilement localisables pour être taxables, mais la taxe numérique n'est pas facile à localiser, car elle obéit à une nouvelle structure qui nécessite une entente préalable entre les géants du commerce numérique et les Etats qui veulent tirer profit des transactions de leurs concitoyens.
- Quels sont les obstacles qui se dressent face à cette taxe?
- Il faut avouer qu'ils sont aussi évidents que difficiles à surmonter, car les moyens de communication sophistiqués constituent non seulement un élément perturbateur au niveau de l'assiette numérique, mais aussi au niveau de l'identification des contribuables. Cependant, l'édifice doctrinal de la théorie de l'impôt est devenu bancal, de façon moins évidente, mais plus profonde anthropologiquement. L'émergence du nomadisme fiscal et d'une nouvelle économie de cueillette numérique est en train de déstabiliser tous les cadres conceptuels fiscaux et politiques avec lesquels nos sociétés se gèrent.
- Comment se prémunir alors contre ce type de nomadisme économique?
- Certains pays ont introduit des lois pour taxer les grandes sociétés à mesure de 3% (ou plus) de leur chiffre d'affaires. Toutefois, un tel pourcentage est-il suffisant? Peut-il compenser certaines lacunes financières pour un Etat qui se voit privé d'une importante partie de ses ressources fiscales? Pour que le Maroc suive cette tendance mondiale, il doit être préparé et outillé en infrastructures adéquates. On a également besoin d'une administration fiscale compétente pour s'adapter aux transactions numérisées et savoir recouvrer la matière imposable.
Propos recueillis par Ali KHARROUBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.