L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Les examens du bac déroulés dans de "bonnes" conditions, dans le respect des dispositifs sanitaires    Opération Marhaba : La position finale du gouvernement connue ce lundi    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6% au troisième trimestre    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Des ministres gaffeurs!    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    Maroc PME lance un appel à projets    El Otmani reçoit une délégation des parlementaires de la région Fès-Meknès    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La taxe numérique déstabilise l'obligation fiscale
Publié dans L'Economiste le 09 - 05 - 2019

Le Pr Ahmed El Allali est enseignant chercheur, coordinateur du master sciences et techniques fiscales à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de l'Université Mohammed Ier d'Oujda (Ph A.K)
- L'Economiste: En quoi la taxe numérique est-elle déstabilisatrice pour l'obligation fiscale?
- Ahmed El Allali: L'impôt a toujours été fondé sur un territoire. Mais depuis la 2e décennie de ce siècle le commerce électronique et les multinationales du numérique ont bouleversé l'ordre naturel des procédures fiscales. Les activités économiques sont de plus en plus dématérialisées. Or, la détermination de l'assiette fiscale passe par la mise en place d'un ensemble de procédures dont certaines sont obligatoires et d'autres facultatives. L'établissement de l'impôt, indispensable au recouvrement, comprend le fait générateur, l'assiette, la liquidation et le recouvrement.
- Que faut-il faire alors?
- Identifier les contribuables numérisés, ensuite localiser les transactions numérisées et enfin légiférer sur ce type de taxation. De plus, l'administration fiscale est appelée à se mettre à niveau en se dotant de ressources humaines et techniques pour taxer le commerce numérisé. L'impôt a besoin de contribuables sédentaires facilement localisables pour être taxables, mais la taxe numérique n'est pas facile à localiser, car elle obéit à une nouvelle structure qui nécessite une entente préalable entre les géants du commerce numérique et les Etats qui veulent tirer profit des transactions de leurs concitoyens.
- Quels sont les obstacles qui se dressent face à cette taxe?
- Il faut avouer qu'ils sont aussi évidents que difficiles à surmonter, car les moyens de communication sophistiqués constituent non seulement un élément perturbateur au niveau de l'assiette numérique, mais aussi au niveau de l'identification des contribuables. Cependant, l'édifice doctrinal de la théorie de l'impôt est devenu bancal, de façon moins évidente, mais plus profonde anthropologiquement. L'émergence du nomadisme fiscal et d'une nouvelle économie de cueillette numérique est en train de déstabiliser tous les cadres conceptuels fiscaux et politiques avec lesquels nos sociétés se gèrent.
- Comment se prémunir alors contre ce type de nomadisme économique?
- Certains pays ont introduit des lois pour taxer les grandes sociétés à mesure de 3% (ou plus) de leur chiffre d'affaires. Toutefois, un tel pourcentage est-il suffisant? Peut-il compenser certaines lacunes financières pour un Etat qui se voit privé d'une importante partie de ses ressources fiscales? Pour que le Maroc suive cette tendance mondiale, il doit être préparé et outillé en infrastructures adéquates. On a également besoin d'une administration fiscale compétente pour s'adapter aux transactions numérisées et savoir recouvrer la matière imposable.
Propos recueillis par Ali KHARROUBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.