Barrage sur le Nil: Vers un compromis    Des stars mondiales du surf se défient à Taghazout    Fin de saison pour Mahmoud Benhalib après un tacle meurtrier    Météo: les prévisions de ce mardi    Meknès: Arrestation d'une SDF pour enlèvement d'un nourrisson    La deuxième phase de «Jeunes des 2 rives» lancée à Agadir    Ingénierie gouvernementale. Quel bilan des 100 premiers jours ?    Les femmes mises au ban du développement    Tanger Med dresse un bilan satisfaisant de ses activités    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    La croissance du nombre de touristes internationaux a ralenti en 2019 à 4%    Bientôt une Cité des arts et de la culture pour Essaouira    A Meknès, des professionnels du tourisme pointent du doigt sur les maux du secteur    Redresser les rendements de leurs portefeuilles, un défi pour les institutionnels, dixit Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR    Analyse: Villes sans bidonvilles, ce gouffre financier !    Le Forum stratégique maroco-égyptien se félicite de l'ouverture de consulats généraux africains à Laâyoune et Dakhla    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    L'accord avec Pékin n'offre qu'un répit au secteur technologique américain    Libye: Accord international pour relancer les efforts de paix    Pour 2020, le FMI prédit une « reprise poussive » de la croissance mondiale    Conférence de Berlin sur la Libye : Le Maroc exprime son étonnement    Le financement de l'économie nationale au coeur d'un colloque à la Chambre des représentants    Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Insolite : Klinsmann épinglé    RSB-Raja, un choc qui a tenu toutes ses promesses    Les sales besognes de Larbi Naji    Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, horaires du tirage et tout ce qu'il faut savoir    Le MCO continue sur sa lancée    Le gotha du football africain sera à Salé le 1e février    Latifa Akharbach s'entretient à Rabat avec l'ambassadeur d'Australie au Maroc    Presse : Le gouvernement pense à fusionner papier et digital    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Divers    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Casablanca : Arrestation d'un «escroc en ligne»    Virus: Un troisième mort, l'épidémie s'étend en Chine et gagne la Corée du Sud    Boulemane: 1.300 bénéficiaires d'une caravane médicale    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Maroc-Chine: Deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Zina Daoudia vivement critiquée pour son ode au Prince Salmane d'Arabie Saoudite    Essaouira : Bayt Dakira, le symbole !    Festival Cas'Arts : Des stars et des hommages pour la 3ème édition    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Des milliers de binationaux en plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'aide à l'éducation, un modérateur
Publié dans L'Economiste le 21 - 05 - 2019

Sur cinq dollars consacrés à l'éducation, les gouvernements en versent quatre. Ils prennent en charge 79% des dépenses totales contre 20% pour les ménages. L'aide à l'éducation représente 12% du total des dépenses consacrées à l'éducation dans les pays à faible revenu et 2% dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure
C'est une alerte lancée par l'Unesco sur les niveaux de l'aide à l'éducation qui augmente de 1% seulement par an, voire stagne depuis 2009. En 2017, elle s'est élevée à 13,2 milliards de dollars, en baisse de 2% par rapport à 2016. Cela soulève des interrogations sur l'engagement mondial envers la réalisation de l'objectif mondial en éducation (ODD4).
L'aide extérieure en matière d'éducation pourrait aussi contribuer à limiter l'émigration. Cette idée bénéficie d'un certain soutien dans les milieux universitaires et politiques. L'éducation peut jouer un rôle modérateur important en matière de migration car l'investissement dans le développement de l'éducation et l'aide humanitaire peuvent influer positivement sur les facteurs et les conséquences des migrations et des déplacements.
Ceci étant, les estimations des dépenses annuelles d'éducation à l'échelle mondiale s'élèvent à 4.700 milliards de dollars dont 65% dans les pays à revenu élevé et 0,5% dans les pays à faible revenu. Face à ce constat, la solidarité internationale devient essentielle pour atteindre les objectifs fixés dont «une éducation secondaire de qualité pour tous les jeunes d'ici à 2030». Entre 2013 et 2017, 49% des jeunes, en moyenne, ont achevé leur cycle d'enseignement secondaire.
Le déficit de financement est estimé à 39 milliards de dollars chaque année entre 2015 et 2030 dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. Le gap pourrait être comblé si tous les donateurs membres du Comité d'aide au développement de l'OCDE et d'autres donateurs non membres tenaient leur promesse: allouer 0,7% de leur revenu national brut à l'aide et 10% de leur portefeuille consacré à l'aide à l'éducation de base et à l'enseignement secondaire. Sauf que parmi les dix premiers donateurs de l'OCDE en faveur de l'éducation, le Royaume-Uni est le seul pays du G7 à consacrer 0,7% de son revenu national brut à l'aide étrangère.
Pour les experts de l'Unesco, l'éducation semble avoir perdu son caractère prioritaire pour les partenaires de développement: sa part est passée d'un pic de 10,7% de l'aide totale en 2007 à seulement 7,1% en 2017!
Aujourd'hui, le débat sur la mise en place d'une nouvelle facilité de financement de l'éducation pour les pays à revenu intermédiaire se poursuit. La Commission internationale pour le financement de possibilités d'éducation dans le monde a proposé la création de l'IFFEd (Commission internationale pour le financement de possibilités d'éducation dans le monde).
Ce dispositif de financement devrait générer des ressources additionnelles par l'intermédiaire de banques de développement multilatérales. Il part du constat que les prêts accordés par ces banques pour financer l'éducation dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure restent rares.
L'objectif prioritaire de l'IFFEd est d'inviter les donateurs à fournir des garanties pour garnir le portefeuille et accroître la capacité de prêts à l'éducation des banques multilatérales de développement. Il vise ainsi à réduire le coût d'emprunt pour l'éducation dans les pays à revenu intermédiaire.
Khadija MASMOUDI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.