Foncier: L'incroyable méli-mélo    Le portugais Pestana Hotel Group renforce son offre    Propreté: Le nouveau matériel inutile?    Un Monde Fou    LDC Afrique: Victoire et qualification du WAC en quart de finale    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Programme des principaux matchs du vendredi 24 janvier    Coronavirus : un Marocain résidant à Wuhan lance un appel de détresse à l'ambassade marocaine en Chine    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Le Maroc reconnaît le gouvernement de Bolivie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cour de cassation : 51.591 affaires enregistrées en 2019    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Le Crédit du Maroc lance les travaux de son nouveau siège social    Boeing : Le 737 MAX ne revolera pas avant le milieu de l'année    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Le Maroc établit sa compétence juridique sur l'ensemble de son domaine maritime    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9
Publié dans L'Economiste le 10 - 12 - 2019

Mohamed Benchaâboun aura réussi l'exploit de faire adopter le projet de loi de finances dans un délai record. La Chambre des conseillers l'a approuvé le 6 décembre. La deuxième lecture (Commission des finances et plénière) est programmée pour ce mercredi 11 décembre. Suivront la promulgation et la publication au Bulletin officiel.
En attendant, en plénière chez les conseillers, sur les 37 amendements de l'opposition, quatre ont été adoptés. Toutefois, ils pourraient passer à la trappe en 2e lecture sachant que la Chambre des représentants a le dernier mot. L'un porte sur la défiscalisation des retraites.
L'impact immédiat sur le budget s'élève à plus de 1 milliard de DH. Un autre concerne les postes destinés au ministère de la Santé. Les conseillers ont proposé de l'augmenter d'un millier de postes compte tenu de nombreux départs à la retraite l'année prochaine, 1.655 personnes au total.
Par ailleurs, l'amendement relatif à la hausse de l'abattement de l'IR sur les pensions de retraite, qui passera de 55% à 60%, sera maintenu. A condition que le montant concerné ne dépasse pas 168.000 DH annuellement. Le ministre s'est dit prêt à faire ce geste «pour améliorer leur pouvoir d'achat».
Un autre amendement accepté par le ministre des Finances concerne la création d'un Fonds destiné à la diversification du financement de la réforme de l'enseignement. Ce compte sera alimenté par 50% des recettes attendues de la contribution libératoire au titre des avoirs et liquidités détenus à l'étranger. L'autre moitié ira au Fonds de cohésion sociale.
Toutefois, le revers de la médaille de cette «main tendue» réside ailleurs: un grand nombre de budgets sectoriels sont tombés au niveau des commissions spécialisées: Education nationale, Santé, Jeunesse et Sport, Solidarité et Emploi, programmés au sein de la Commission de l'enseignement, des affaires culturelles et sociales. Idem pour 4 budgets sectoriels (Agriculture, Commerce et Industrie, Tourisme et Energie et Mines) dont le vote était au menu de la Commission de l'agriculture et des secteurs productifs. A part la symbolique politique, cet épisode n'aura pas d'impact sur le processus d'adoption du PLF.
Comme attendu, l'article 9, qui interdit la saisie sur les biens de l'Etat et des collectivités territoriales après les jugements définitifs de la justice, a suscité un débat passionné. Mohamed Benchaâboun a été sensible aux arguments avancés et a fait des propositions concrètes en conséquence.
«De cette tribune et face aux citoyens, je m'engage à prendre toutes les mesures pour garantir l'exécution rapide des jugements et interdire de toucher le foncier d'autrui sans recourir à la procédure légale de l'expropriation», a-t-il martelé. Parmi les dispositions prises, le ministre en a énuméré trois.
La première consiste dans la refonte du décret des marchés publics à travers l'intégration d'une disposition fixant aux ordonnateurs un délai de 4 ans pour le paiement des montants objets des jugements définitifs. La deuxième porte sur l'exécution de tous les jugements contre l'Etat, dont le montant ne dépasse pas 1 million de DH, au cours de 2020.
La troisième mesure porte sur la création d'une unité spéciale au sein du ministère de l'Economie et des Finances chargée d'assurer le suivi des jugements contre l'Etat et de veiller à leur exécution selon les délais fixés par l'article 9. Dans cet élan, Mohamed Benchaâboun a insisté sur une donnée décisive: tous les ordonnateurs au niveau de l'Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics sont responsables sur l'exécution des jugements de la justice et sur la mise en place des dotations nécessaires.
Cette responsabilité est une obligation au vu de la loi. Il s'engage à mettre en œuvre toutes les mesures annoncées pour garantir l'exécution des jugements contre l'Etat. Il exprime par la même occasion son respect de la justice et sa détermination à garantir les droits des citoyens.
Puis il interpelle les parlementaires: «Allez-vous accepter la saisie sur les salaires des fonctionnaires, sur les dotations pour la mise en œuvre du dialogue social ainsi que sur d'autres projets importants lancés comme notamment le CHU de Laâyoune et le port de Dakhla»?
La majorité divisée
Lors de la plénière de la Chambre des conseillers, l'article controversé a été approuvé par 30 voix pour, 9 contre et 26 abstentions. Les parlementaires du PJD et de l'USFP se sont abstenus. Il est à préciser que le secrétaire général de la FDT, membre du groupe parlementaire de l'USFP, a voté contre cet article.
Dans cette affaire, Mustapha Ramid, qui était à la manœuvre, n'a pas dissimulé son opposition à cet article. Le ministre d'Etat des droits de l'homme et des relations avec le Parlement a eu l'occasion de l'exprimer publiquement et au sein du Conseil de gouvernement. Les deux groupes ont choisi de tourner le dos à la majorité et au consensus trouvé au niveau de la Chambre des représentants qui avait impliqué le PJD et l'USFP. Hasard du calendrier, au moment du vote, les avocats organisaient un sit-in devant le Parlement pour demander la suppression de cet article. En tout cas, la séquence du vote met à nue les contradictions qui minent la majorité au point que le groupe parlementaire du RNI a publié un communiqué de presse dans lequel il interpelle Saâdeddine El Othmani pour remettre de l'ordre dans son parti le PJD et dans sa majorité.
M.C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.