Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?
Publié dans L'Economiste le 19 - 02 - 2020

Grâce à la numérisation par lasergrammétrie et photogrammétrie, il a été possible de reconstituer la célèbre mosquée inachevée Hassan à Rabat en 3D, et même de la compléter pour la présenter sous sa forme finalisée. Ce travail d'universitaires pourrait bénéficier au grand public et aux touristes qui se déplacent pour visiter le monument, si le ministère de la Culture décide de le mettre à profit pour promouvoir le site (Source: MIS )
Au Maroc, des milliers de patri­moines historiques et de trésors archi­tecturaux, classés et non classés, sont en déperdition. Un gâchis gigantesque! Pour­quoi ne pas les préserver au moins sur le plan numérique? C'est l'idée que défend El Mustapha Mouaddib, un professeur en robotique, originaire de Béni Mellal, qui a mené une brillante carrière universitaire en France.
Mouaddib, enseignant à l'université de Picardie, est derrière le programme de nu­mérisation de la cathédrale d'Amiens. Un projet titanesque démarré en 2010, s'étalant sur 15 ans (clôture en 2025). Il a également été la cheville ouvrière de la numérisation de la mosquée Hassan à Rabat, démarrée en 2015, et qui a impliqué plusieurs éta­blissements de l'enseignement supérieur marocains (l'université Mohammed V, l'ENSIAS de Rabat, l'IAV et l'INPT), en plus du Laboratoire de recherche en infor­matique et télécoms (associé au CNRST), du laboratoire Modélisation, information et systèmes (MIS) d'Amiens et de l'Ecole nationale des sciences géographiques (EN­SG-IGN) à Paris. Fort de son expertise, il est actuellement en «négociation avancée» pour la réalisation d'une copie numérique de la plus ancienne université au monde, Al Qaraouiyyine à Fès.
«L'enjeu est impor­tant, car la sauvegarde du patrimoine est onéreuse. La solution numérique n'a pas vocation à se substituer à la sauvegarde réelle, mais elle permet à la fois de préser­ver le patrimoine de manière virtuelle, et de faciliter sa restauration ultérieure. Elle rend aussi les monuments plus accessibles et plus attrayants pour les touristes», relève Mouaddib.
Dans le cas de Hassan, dont la construction n'a jamais été achevée, le pro­jet a permis de reconstituer le monument et de le présenter sous sa version complète. «Il est possible d'installer deux ou trois bornes sur place, où les visiteurs peuvent trouver des informations sur le site dont on ne trouve que peu de documentation. Beaucoup croient que les piliers autour de la mosquée sont des vestiges romains! J'ai proposé l'idée au ministère de la Culture, malheureusement, je n'ai reçu aucune réponse», regrette le spécialiste en robo­tique.
En France, dans le cadre du projet de la cathédrale, les visiteurs peuvent se promener à l'intérieur du bâtiment grâce à des lunettes d'immersion. Des applications interactives sur internet ont, par ailleurs, été développées. Les avantages de ce genre de projet ne s'arrêtent pas là. «L'initiative peut également servir à former les étudiants sur des technologies de pointe, et à les sensibiliser au patrimoine national», rajoute Mouaddib.
Réalité virtuelle et imagerie 3D, robotique, reverse enginee­ring, photogrammétrie… Au­tant de technologies auxquelles des étudiants, en informatique, histoire de l'art, archéologie, architecture…, peuvent être formés. Ils peuvent aussi s'ini­tier à la recherche scientifique autour de ces thématiques.
C'est donc du win-win: préservation et rentabilisation du patrimoine, formation des étudiants, production profes­sionnelle de data et promotion de la recherche. Encore faut-il que tous les intervenants y adhèrent: universités et écoles, autorités locales, ministères…, et même les entreprises qui pourraient à la fois être spon­sors ou prestataires de services (développement de logiciels et plateformes numériques, com­merce autour des sites…).
En novembre 2018, le ministère de la Culture avait annoncé un plan pour la documentation du patrimoine architectural et archéologique à l'aide des nouvelles technologies. Mais peu de détails en ont été révélés. En attendant, des patrimoines continuent d'être perdus. D'autres, non classés, comme des mos­quées datant de plusieurs siècles, sont restaurés (ou massacrés!) de manière arbi­traire par des mécènes.
Notre Dame de Paris aurait pu être sauvée par le numérique
Numériser de grands patrimoines peut nécessiter plusieurs années de mobilisation, car les mesures y sont prises millimètre par millimètre. «Et cela coûte cher. D'où l'intérêt de passer par les universités. Nous pouvons construire des partenariats pluridisciplinaires avec des étudiants, en informatique, archi­tecture, histoire de l'art… et monter des task-forces pour travailler sur des monuments pendant une période donnée», suggère El Mustapha Mouaddib. Le professeur de robotique est également membre du groupe chargé de la numérisation de la cathédrale Notre Dame de Paris. Un site pour le moins dif­ficile (contamination au plomb, des échafaudages déformés par le feu, risques d'accidents…). «La numérisation de Notre Dame n'a jamais été réalisée com­plètement, après quelques tentatives, y compris américaines et allemandes. Aujourd'hui, on le regrette. Si nous avions un modèle numérique précis de l'ensemble du bâtiment, nous aurions pu comparer le site avant et après l'incen­die, mieux évaluer l'ampleur des dégâts et tout reproduire», confie l'expert.
Ahlam NAZIH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.