Glovo s'associe à Marjane    Coronavirus : voici les nouvelles mesures prises par l'ONEE    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : l'OFEC de Casablanca accueillera un hôpital de campagne de 700 lits    Le Maroc de tous les espoirs!    Immigration clandestine : Arrestation de 32 Subsahariens à Dakhla    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les ménages ramédistes indemnisés à partir de ce lundi    L'indemnisation démarre aujourd'hui    Le dirham se déprécie de 4,56% face à l'euro    Covid-19: L'Exécutif réduit ses dépenses    Benatia et Renard scandalisés par les propos racistes sur LCI    Le monde diplomatique ou le journalisme à la carte    La prolongation d'Achraf Hakimi, le Vrai du Faux    Coronavirus : 961 cas confirmés, trois nouveaux décès et une guérison ce dimanche à 13h    «Quelle lecture des résultats annuels de 2019?»    Covid-19 : Tanger Med au chevet de la population locale    Orchestra Maroc touché par le coronavirus    Pèlerinage de Pâques inédit à Lourdes, sans fidèles    L'OTAN entre en guerre contre le coronavirus…    Un député français d'origine marocaine saisit la justice    Amnistie Royale : un acte hautement humanitaire    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Fonds anti-coronavirus : Le Groupe Allali apporte sa contribution    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Fonds spécial : procédure de retrait des aides financières pour le secteur informel    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mécanismes opaques de la grâce royale
Publié dans L'Economiste le 14 - 03 - 2007

· Un des kamikazes de Casablanca en avait bénéficié
· Des ONG dénoncent des dérapages
Abdelfettah Raydi, le kamikaze dont le corps a été déchiqueté par sa propre bombe dans «l'attentat» du 11 mars, n'était pas une nouvelle recrue des terroristes. Condamné à 5 ans de prison ferme en 2003 dans le cadre de la loi antiterroriste, il n'en a purgé que deux. Il avait fini par bénéficier d'une grâce royale. A elle seule, cette situation résume les failles qui marquent une procédure dont le bien-fondé n'est pas discutable mais dont la pratique peut donner lieu à des libérations pas toujours justifiées et pouvant même mener au pire. Et le pire a failli se produire à Casablanca.
Au Maroc, la grâce fait partie des prérogatives du Souverain. Elle revêt deux formes principales. La première concerne les grâces ponctuelles, au nombre de sept. Celles-ci interviennent à l'occasion de trois fêtes religieuses (Aïd El Kébir, Aïd Al Fitr, Aïd Al Mouloud) et quatre nationales. Il s'agit de l'anniversaire du manifeste de l'indépendance (11 janvier), de la fête du trône (30 juillet), de la commémoration de la révolution du Roi et du peuple (20 août) et de la fête de la jeunesse (le 21 août). La seconde formule revêt un caractère spécial. C'était notamment le cas à la naissance de la princesse Lalla Khadija (8.836 graciés) et lors de la célébration du cinquantième anniversaire de l'Indépendance (10.000 bénéficiaires). La grâce royale porte sur une remise de peine, une grâce totale ou une annulation de peine. Elle peut concerner les peines de prison ou les amendes, ou encore les deux à la fois. Elle est valable pour les mis en cause déjà emprisonnés ou ceux se trouvant en état de liberté provisoire. Les demandes de grâce sont formulées soit par les mis en cause eux-mêmes, soit par leurs avocats, familles ou des ONG.
Pour statuer sur les demandes, une commission spéciale a été créée. Il s'agit d'un organe permanent relevant de la direction des affaires pénales et des grâces (ministère de la Justice). Il est présidé par son directeur et est composé de représentants du cabinet royal, de la Cour Suprême, du Parquet Général à la Cour Suprême et de l'Administration pénitentiaire, avec la présence d'un magistrat de la défense. La commission des grâces se base dans son travail sur les dossiers élaborés par les assistants sociaux des divers centres pénitentiaires du pays.
Théoriquement, plusieurs critères sont pris en considération dans l'arbitrage. «Au comportement du détenu et la nature de son forfait, s'ajoutent son état de santé, sa situation familiale et sa disposition à réintégrer la société», explique Mohamed Abdennabaoui, le nouveau directeur des Affaires pénales et des grâces. Les demandes retenues par la commission sont par la suite transmises au Cabinet royal pour validation.
La machine est rôdée, mais les dérapages existent bel et bien et sont aujourd'hui dénoncés.
Pour Azzeddine Akesbi, secrétaire général de Transparency Maroc, le processus d'octroi des grâces est trop opaque pour ne pas donner lieux à des arbitrages discrétionnaires et prêter le flanc à des pratiques de corruption. «Les informations dont nous disposons, sans qu'elles soient confirmables, font état d'un grand recours à l'argent par un certain nombre de bénéficiaires», dit-il. La corruption intervient ainsi à toutes les échelles précédant la soumission du dossier à la commission. A commencer par celle des assistants sociaux. Chargés de rédiger les dossiers des prisonniers, ils sont à même d'augmenter les chances de certains parmi eux d'obtenir la grâce. Akesbi considère que tout le système judiciaire est à mettre à plat: «Le fonctionnement actuel de la justice fait que ce secteur est plus exposé à la corruption».
Autre entrave, «aucun suivi des grâces et des personnes qui en bénéficient n'est effectué», déplore Youssef Madad, secrétaire général de Relais société et prison, ONG opérant dans le domaine des droits des prisonniers.
«Seconde chance pour les bénéficiaires et moyen de réduire le surpeuplement des prisons, les grâces royales ne sont pas prises dans une optique de motivation des détenus, encore moins intégrées dans une démarche de réinsertion», ajoute t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.