Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exploration, le Maroc attire les majors
Publié dans Les ECO le 09 - 06 - 2013

Parmi les axes de la stratégie énergétique nationale figure la mobilisation des ressources nationales fossiles par l'intensification de l'exploration pétrolière, la mise en valeur des schistes bitumineux. Intervenant lors de la séance des questions orales, fin mai dernier à la Chambre des représentants, Fouad Douiri, ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement a indiqué que le nombre des sociétés pétrolières internationales qui opèrent à travers les différents bassins marocains onshore et offshore a atteint 32 entreprises contre 27 fin décembre 2011 et uniquement 11 en 2000. Une nette progression qui traduit l'intérêt des compagnies pétrolières étrangères pour le Maroc. Le ministre a expliqué également que les investissements atteindront cette année 3 milliards de DH contre moins d'un milliard durant les cinq dernières années. En effet, l'Etat, à travers l'ONHYM, investit entre 60 et 70 millions de DH par an alors la moyenne des investissements consentis ces dernières années par ses partenaires varie entre 600 millions et 1,2 milliard par an, soit 10 à 15 fois l'effort que déploie le Maroc. Les efforts de l'Etat et plus particulièrement de l'ONHYM sont louables. Dès le début de la décennie 2000, le Maroc a mis en place un nouveau code des hydrocarbures qui a permis de mieux organiser le secteur et d'attirer des majors de la recherche et l'exploration pétrolière. Pour attirer davantage d'investisseurs et de partenaires, l'ONHYM a élaboré, en novembre 2011, un projet de cadre légal incitatif par amendement du code des hydrocarbures pour y inclure les schistes bitumineux destinés à l'extraction des hydrocarbures liquides et gazeux. Aujourd'hui, selon les sources de l'ONHYM une trentaine d'entreprises explorent le sous-sol marocain. Le budget de l'Etat accordé pour encourager l'exploration pétrolière excèdera les 3 milliards de DH cette année. De grands forages en «offshore» sont prévus en 2014. De grosses pointures de l'exploration pétrolière et gazière ont signé des contrats avec l'ONHYM dont notamment les américains Chevron et Kosmos Energy. Si ces compagnies viennent au Maroc, c'est parce qu'il y a des indices positifs et des probabilités non nulles au Maroc. A ce jour aucun gisement n'a été découvert et la recherche continue. Pour le gaz schiste, le potentiel existe étant donné que dans certaines roches il y a du gaz. Mais techniquement ce gaz n'est rentable et l'exploration est longue. Selon Amina Benkhadra, directeur de l'ONHYM, il faut encore plusieurs années de travail avant de se prononcer réellement sur le potentiel en gaz schiste.
interview
Jean Pierre Favennec
Professeur à l'Institut français du pétrole (IFP)
«Gaz de schistes, une option à long terme au Maroc»
Les ECO : Compte tenu des changements majeurs qui s'opèrent en matière de choix énergétiques, avec notamment l'importance accordée aux énergies non conventionnelles, quels sont aujourd'hui les scénarios possibles pour les années à venir ?
Jean Pierre Favennec : Au niveau mondial, les énergies fossiles pourraient encore couvrir beaucoup plus de 50% des besoins en énergie en 2050. Bien entendu, de nombreux scénarios existent et certains scénarios volontaristes prévoient une forte croissance des énergies renouvelables et une part plus faible des énergies fossiles. Au Maroc, les énergies fossiles continuent de couvrir une part majeure des besoins en énergie. Les produits pétroliers issus de la raffinerie de Mohammédia font face aux besoins en carburant. Gaz et charbon sont largement utilisés pour la production d'électricité. Le potentiel du Maroc en énergies renouvelables est important. Des «gisements» d'énergie éolienne existent dans le nord (Tétouan). De nombreux projets solaires existent dans le sud (Ouarzazate).
Les schistes bitumineux et le gaz de schistes pourraient-ils devenir dans un avenir proche une bonne source d'énergie pour le Maroc, sachant qu'il dispose de grandes réserves, selon les études réalisées ?
L'exploitation des schistes bitumineux dont le sous-sol marocain est riche et dont les ressources sont connues depuis longtemps, est complexe et polluante. C'est une option à long terme et dont le succès dépendra des contraintes d'environnement. En ce qui concerne les gaz de schistes, l'expérience américaine qui permet la production d'énormes quantités de gaz naturel aux Etats Unis reste pour l'instant cantonnée au continent nord-américain. En dehors des Etats-Unis, le développement sera sans doute lent.
Selon plusieurs études, le sous-sol marocain recèlerait de richesses pétrolières et gazières, à tel point que de plus en plus de compagnies internationales de renom sollicitent des permis d'exploration au Maroc, comme le cas du géant américain Chevron Texaco. À votre avis, cet intérêt est-il justifié ?
Pour l'instant les découvertes sont très limitées, mais une nouvelle approche géologique des bassins marocains pourrait conduire à la mise à jour de gisements intéressants.
Quel serait l'impact économique et géopolitique de la découverte de pétrole au Maroc ?
Des découvertes de pétrole allègeraient la facture énergétique qui pèse très lourdement sur l'équilibre budgétaire du royaume. Une production raisonnable serait très importante, mais le pétrole n'apporte pas automatiquement richesse et prospérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.