Mortelle incertitude    Aïd Al-Mawlid : Le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, célèbre une veillée religieuse dans un cadre privé    Algérie : Tebboune en Allemagne pour des «examens médicaux»    Evolution du coronavirus au Maroc : 3985 nouveaux cas, 207.718 au total, mercredi 28 octobre à 18 heures    La France se reconfine pour affronter la deuxième vague du COVID-19    L'artiste-peintre Mohamed Melehi tire sa révérence    Grâce royale à l'occasion de l'Aïd Al Maoulid    Jack Ma, le retraité milliardaire d'Alibaba    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Les Verts visent l' exploit au pays du Nil    Création d' un centre de contrôle du coronavirus aux JO    CRI de Casablanca-Settat : un plan 2020-2022 qui promet plus de 22.000 emplois directs    Installation des membres de la commission régionale des droits de l'Homme de Casablanca-Settat    Devant le silence du gouvernement, les blouses blanches montent au créneau    CFG Bank revoit à la baisse ses perspectives d'évolution de la masse bénéficiaire des sociétés cotées    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    VACCINS ANTI COVID-19 : BIENTÔT LA DELIVRANCE ?    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Andalousies Atlantiques d'Essaouira. Une édition 2020 virtuelle    Ahmed Belhassan, PDG des Huileries du Souss, n'est plus    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Agadir : Inauguration du 5ème Sela Park    Brahim Nekkach s'est trouvé un club    Le Prix de la littérature arabe : Deux auteurs marocains entrent en lice    Le PLF2021, un projet en deçà des attentes et des défis que le pays affronte    Communiqué du bureau politique du PPS    Nos vœux    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    FC Barcelone: Bartomeu démissionne!    Reda El Hajhouj signe au FUS pour trois ans    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Rapatriement : où en est-on avec les Marocains bloqués à l'étranger ?    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Régionalisation: Laftit a fait une annonce    Les EAU décident d'ouvrirr un Consulat général à Laâyoune    Fitch Ratings: le Maroc perd son «Investment grade»    Air Arabia lance une nouvelle liaison au départ de Casablanca    Vaccin anti-Covid: Sanofi et GSK font des promesses    Aïd Al Mawlid: le nord du Maroc renforce les contrôles    Nadine Morano: « le Maroc est un pays ami, mais… »    Gérald Darmanin. De quoi je me mêle!    Coronavirus : l'immunité acquise par les personnes guéries diminue rapidement [Etude]    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    Atteinte aux sacralités de l'Islam : Le RNI exprime son indignation    France-Turquie. Les « fils de chiennes » ont encore frappé.    L'Intérieur veillera à son instauration dans plusieurs villes L'analyse des eaux usées, un nouveau protocole anti-Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stratégie digitale : Comment les artistes monnayent-ils leur image sur YouTube?
Publié dans Les ECO le 31 - 08 - 2015

La plateforme de partage de vidéos de Google est le seul réseau social rémunérant les chaînes des différents artistes. Au Maroc, il faut atteindre 500.000 vues pour décrocher 3.000 DH. Au-delà du prix, certes dérisoire, l'artiste sait que son succès dépend très souvent de son image sur les réseaux sociaux.
Pour décrocher sa place dans le star-system local ou même régional, les chanteurs marocains sont de plus en plus conscients de la nécessité d'être présents -voire omniprésents- sur les réseaux sociaux, particulièrement YouTube, d'autant plus que c'est le seul réseau social qui offre aux artistes une rémunération plus au moins attrayante, et surtout une aura qui peut dépasser les frontières. Aujourd'hui, l'artiste marocain qui rafle la mise est Saad Lamjarred, avec 200 millions de vues de l'ensemble de ses vidéos sur YouTube et ce, depuis le lancement de sa chaîne le 22 décembre 2012. C'est le tube Enty (ft DJ Van) qui a véritablement permis l'ascension fulgurante qu'il connaît aujourd'hui.
La stratégie web cautionne l'image
Selon Jannate Haddadi, manager de DJ Van, c'est depuis fin 2012 que la stratégie digitale s'impose comme pierre angulaire de l'«image» d'un artiste. «Avec Enty, nous avons tout misé sur le 2.0. Aujourd'hui, pour vendre un single sur iTunes ou Anghamy, il faut être présent sur le web. En ce qui concerne la commercialisation, plusieurs paramètres entrent en jeu: page Facebook, nombre de followers sur Instagram... De plus, un annonceur qui veut s'associer à notre produit nous demande généralement une base «fans». Il faut savoir qu'un partenariat signé avec YouTube nous a permis de sponsoriser toutes nos vidéos. La chaîne de DJ Van fait aujourd'hui partie du Top 5 marocain et nous permet de gagner de l'argent», explique Jannate Haddadi qui préfère taire le montant que gagne DJ Van grâce à sa chaîne YouTube, comprenant 71 vidéos ayant généré 60 millions de vues.
Heureusement, les professionnels du web nous ont éclairés sur le sujet. D'après Jérôme Mouthon, président et fondateur de Buzzeff, plateforme de social video advertising opérant dans la région MENA, YouTube rémunère les hébergeurs de vidéo grâce aux publicités. «Avant de visionner une vidéo sur YouTube, apparaît une publicité. C'est ce qu'on appelle le pre-roll. Un produit que vend YouTube à différents annonceurs comme Inwi, Méditel ou encore Pantene au Maroc. Néanmoins, 96% des gens ignorent l'annonce. Avec seulement 4% de nombre de vues, une vidéo de 250.000 vues ne générera que 10.000 vues effectives rémunérées à hauteur de 0,4 dirhams la vue. C'est le prix facturé par YouTube à l'annonceur. Au final, l'hébergeur de la vidéo ne perçoit qu'un ou 2 centimes au maximum», poursuit-il. Mais plus le trafic et la notoriété d'une chaîne YouTube sont importants, meilleur est le gain.
Mieux vaut visionner la vidéo aux USA
Il faut savoir que la plateforme de partage de vidéos américaine rémunère les vues de chaque artiste selon leur nombre et le pays où a été visionnée la vidéo. Ainsi, 500.000 vues effectuées à partir du Maroc rapportent à l'artiste 3.000 DH. «Ce prix est justifié par le poids du marché publicitaire dans notre pays. À l'opposé, une vidéo visionnée 500.000 fois aux Etats-Unis ou au Moyen-Orient rapportera plus d'argent à son hébergeur car ces pays-là jouissent d'un marché publicitaire plus important», remarque Mehdi Benslim, DG fondateur de On-off, agence de communication digitale. À titre d'exemple, avec ses 49 millions de vues et une partie de visionneurs au Moyen-Orient, Asma Lmnawar est sûre d'être mieux rémunérée grâce à l'intérêt qu'elle a suscité chez ses fans émiratis à travers YouTube. En tout cas, seuls les artistes et leurs managers connaissent le véritable montant perçu grâce à leur chaîne YouTube qui, elle-même ne divulgue pas ses chiffres au public. Pourtant, pour les artistes, le cash généré par leur chaîne YouTube ne revêt pas autant d'importance que la stratégie digitale en elle-même.
Et pour cause, celle-ci offre une notoriété certaine et gratuite à l'artiste marocain doté généralement de très peu de moyens. En effet, le manager de DJ Van affirme que 70% du travail de promotion de l'artiste durant la saison 2015-2016 s'effectue via le digital. «Jusqu'à un certain temps, pour lancer un artiste, il fallait faire le tour des radios et envoyer des communiqués de presse qui coûtent cher. Dorénavant, il suffit d'un teasing sur YouTube. Internet donne l'accès aux jeunes talents afin de se doter d'une base de fans, de monnayer leurs chaîne web pour arriver enfin à créer leur propre CD. Le digital a complètement transformé l'industrie musicale. D'ailleurs, nous expérimentons très souvent les expériences de l'industrie musicale américaine au Maroc», dévoile Haddadi. Dans ce cadre, celle-ci a été la première à introduire le # (hashtag) pour le tube Enty, permettant de booster le succès de la chanson, notamment dans les pays du Golfe. Ce même hashtag a été exploité pour une reality web TV nommée #WithVan, lancée sur YouTube, immersion 30 jours durant dans le quotidien de l'artiste. Le succès était au rendez-vous. DJ Van a même bénéficié gratuitement d'échanges entre sponsors, notamment pour la fête de son anniversaire, filmée pour l'épisode 2. Hellofood a ainsi offert le gâteau d'anniversaire reçu chez Hitradio et Maison B a «hébergé» la fête.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.