«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stratégie : les visées africaines d'engie
Publié dans Les ECO le 29 - 03 - 2016


Bruno Bensasson
Directeur général d'ENGIE pour l'Afrique
ENGIE, nouveau nom du Français «GDF Suez», voit grand en Afrique. Son département dédié au continent ambitionne d'étendre sa présence, sur celui-ci, aux pays de la région subsaharienne. Pour Bruno Bensasson, directeur général d'ENGIE pour l'Afrique, le Maroc constitue un bel exemple en termes de gestion du secteur électrique.
Les Inspirations ECO : Pourquoi ENGIE décide-t-elle de mettre le cap sur l'Afrique ?
Bruno Bensasson : Ce n'est pas aujourd'hui que nous nous lançons en Afrique. Cela fait 10 ans que nous sommes sur le continent. Nous sommes particulièrement heureux des activités que nous développons ici, au Maroc, en partenariat avec Nareva, ainsi que dans les services. Malgré cette présence, nous avons aujourd'hui l'ambition d'accélérer notre développement sur le continent. En dehors de l'Afrique du Nord et du Sud, ENGIE entend être plus présent dans la partie subsaharienne du continent africain. Nous sommes dans une vision partenariale, de valeurs partagées avec les clients africains, ainsi qu'avec les collectivités locales et les entreprises.
Quels types d'investissements comptez-vous effectuer en Afrique ?
Nous ambitionnons de nous développer dans trois types d'activités. D'abord, dans les services d'efficacité énergétique, c'est-à-dire dans l'accompagnement de nos clients dans leurs besoins en matière de fournitures de services, notamment les entreprises industrielles, ainsi que celles opérant dans le domaine agricole et le secteur tertiaire. Ensuite, ENGIE vise la production d'électricité centralisée, principalement dans les énergies renouvelables et le gaz. Il s'agit d'un secteur dans lequel nous avons une grande expertise, surtout pour tout ce qui concerne l'exportation et le transport de gaz naturel, sans oublier la production d'électricité à partir du gaz naturel. D'ailleurs, c'est un très bon complément aux énergies renouvelables car ils se marient parfaitement sur la base d'un nouveau mix énergétique conçu dans certains pays comme le Maroc. Enfin, notre dernière activité concerne l'offre de solutions pour satisfaire une certaine partie des besoins des populations. Les cibles principales sont les régions les plus distantes et les moins denses.
Quels sont les principaux pays ciblés par ENGIE ?
Cette question est très délicate. Je n'aimerais pas faire de jaloux en y répondant (rires). Ce que je peux dire, c'est que nous sommes très heureux de notre présence au Maroc et dans d'autres pays du Maghreb, ainsi qu'en Afrique du Sud. Désormais, nous voulons aller au-delà de ces pays en pénétrant de nouveaux marchés en Afrique de l'Ouest, du centre et de l'Est. Dans cette logique, nous avons déjà ouvert deux bureaux à Abidjan et à Nairobi. Nous ne comptons pas nous arrêter là, car vu les enjeux de l'électricité sur le continent, il nous faudra développer des projets locaux en fonction des pays. Il est encore très tôt pour livrer une liste exhaustive de pays, mais nous sommes à la recherche de cadres institutionnels ouverts à des partenariats avec des acteurs locaux. Ainsi, il serait intéressant d'avoir des cadres réglementaires qui permettraient aux investisseurs privés de nouer des partenariats avec des acteurs locaux afin d'investir dans la durée. Cela permettrait une profitabilité raisonnable avec des risques limités.
Quelles solutions préconisez-vous pour l'électrification du continent ?
L'Afrique fait face à de nombreux défis, mais il y a aussi une raison de penser que ces défis peuvent être relevés. On note une très forte demande et des progrès dans la gouvernance du secteur électrique. Certains pays, à l'instar du Maroc, sont exemplaires dans ce domaine. Moyennant une bonne gouvernance, il y a une bonne raison de penser que l'offre satisfera la demande. Dans un autre sens, les progrès des énergies renouvelables peuvent contribuer à un mix énergétique pour arriver au bout du défi de l'électrification. À l'image du secteur des télécoms, l'électricité peut également développer des modèles de business rentables.
Tags: stratégie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.