Impôts: Peu utilisé, le rescrit n'a pas réduit la peur du contrôle    Douane: Le Brexit ne change rien avec le Royaume-Uni    Athlétisme: Les griefs de la mission parlementaire    Un Monde Fou    Hooligan    Du théâtre improvisé pour challenger les comédiens    Coronavirus: nouvelle sortie rassurante de l'OMS    Ouverture d'un consulat à Laâyoune : la Côte d'Ivoire refuse qu'on lui dicte sa conduite dans les relations internationales    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Mise en place d'un mécanisme de dialogue parlementaire entre le Maroc et le Chili    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    Divers sportifs    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    L'OMS opposée à toute prise de mesure disproportionnée contre le coronavirus    Divers Economie    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    Bon début d'année pour les aéroports marocains, Casablanca en tête    Béni Mellal: ils falsifiaient les dossiers de couverture médicale    Banque : des dizaines de milliers de suppressions de postes annoncées dans le monde    Virus : en Chine, le « cauchemar logistique » des entreprises étrangères    Escalade dans l'est de l'Ukraine: un soldat tué, cinq blessés (Kiev)    FIFM : Rémi Bonhomme nouveau directeur artistique de la 19ème édition    L'Oriental Fashion Show : Rajae Lahlou dévoile sa quête de soi    Un paysage politique recroquevillé!    Secousses telluriques: Au Maroc, la terre a tremblé    Le Raja s'incline en Egypte sur un petit score jouable à domicile    Liga: le Real Madrid accroché par le Celta Vigo    La constitution chilienne au cœur de la contestation populaire…    GPBM : le programme d'appui des PME connaîtrait déjà un engouement de la part des porteurs de projet    Maroc Telecom: un RNPG fortement impacté par la sanction de l'ANRT    Le thème est axé sur le terrorisme    Maroc-Guinée Equatoriale : Rencontre à Rabat pour «mettre en route» la coopération dans les domaines des mines et des hydrocarbures    Le Japon premier employeur privé étranger au Maroc    Un joueur du Wydad hospitalisé en urgence (PHOTO)    Starlink : Space X rate l'atterrissage en mer du premier étage de sa fusée    Parlement, l'action des commissions tourne au ralenti    « Biohacking » et transhumanisme : des Russes expérimentent avec leur corps    Deuxième édition de la Conférence sur les défis de l'Union africaine : Objectif, renforcer l'intégration et l'émergence du continent    La SNRT rend hommage à Feu Abderahmane Achour    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment les fonds sont affectés
Publié dans Les ECO le 15 - 04 - 2016

En 2014, le Maroc a bénéficié de 21MMDH d'aides publiques au développement, majoritairement en provenance de France, des institutions de l'UE et d'Allemagne. L'essentiel des fonds a été affecté aux infrastructures à caractère économique et social.
En matière d'aide publique au développement, le Maroc est plutôt bien loti. En effet, les dernières statistiques de l'Organisation de développement et de coopération économique (OCDE) placent le Maroc en 7e position des pays bénéficiaires sur le continent africain, derrière des pays aux revenus par habitant moins élevés. Le royaume a ainsi reçu en 2014 (dernière année incluse dans les statistiques de l'OCDE), l'équivalent de 21MMDH (2,25 MMUSD) d'aides publiques au développement (APD). Deux années plus tôt, le montant d'APD reçues se chiffrait à 14MMDH, soit une augmentation de 50% entre 2012 et 2014. Il est à noter que les dons «exceptionnels» des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ne sont pas comptabilisés comme APD dans les calculs de l'organisation. Contrairement au caractère ponctuel des dons octroyés par le CCG, les aides au développement ont un caractère relativement régulier, ce qui en fait une source de financement que le Maroc peut inclure dans la construction de son budget.
Les infrastructures d'abord
Il faut dire qu'en se penchant sur l'affectation des APD reçues, il ressort que le Maroc présente une particularité frappante : près de la moitié (48%) de ces sources de financement se retrouve dans la rubrique «infrastructures et services économiques». Du coup, les APD dont nous bénéficions sont d'une précieuse utilité pour soutenir l'investissement dans les infrastructures publiques.
À titre d'illustration, le deuxième programme national de routes rurales prévoyant la remise en état ou la modernisation de 12.560 kilomètres de routes rurales affiche un coût global de 14MMDH, à comparer aux 10MMDH d'APD affectés à la rubrique «infrastructures et services économiques» en 2014. La seconde affectation est destinée à ce que l'OCDE appelle : «Autres infrastructures et services sociaux», qui capte 21% des APD perçues par le royaume. Vient en troisième position le domaine de l'éducation, qui a bénéficié en 2014 de près de 4MMDH, soit près de 19% des aides publiques captées par le Maroc alors que les aides transversales multisectorielles ont eu une part de 7,7% du total.
Les plus gros donateurs
Sur les 21MMDH d'APD perçus par le Maroc en 2014, près de 7,6MMDH ont été octroyés par l'Etat français, plaçant ainsi l'Hexagone à la tête des contributeurs. Viennent ensuite les institutions de l'Union européenne avec une contribution de 5,5 MMDH, puis l'Allemagne avec des aides de 2,9MMDH, juste devant les Emirats arabes unis qui ont injecté près de 2,7MMDH en 2014. À eux seuls, ces trois pays donateurs sont derrière les deux tiers de l'APD dont a bénéficié le royaume en 2014. Viennent ensuite les Etats-Unis, le Fonds arabe, le Fonds d'investissement pour le climat, le Koweit et le Japon, avec des montants d'aide variant entre 1,5MMDH pour les USA et un milliard de dirhams pour le Japon, les contributions des autres donateurs cités étant comprises entre ces deux montants.
Du mieux, mais encore loin du compte
Seuls six des 28 pays membres du Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE, à savoir le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède, ont atteint l'objectif fixé par les Nations Unies consistant à maintenir un niveau d'APD supérieur ou égal à 0,7% du Revenu national brut. Si pour le Maroc ces aides sont précieuses, elles ne sont par bonheur pas aussi vitales pour d'autre pays. En effet, l'APD représente plus des deux tiers des financements extérieurs pour les pays les moins avancés et le CAD incite à plus utiliser l'APD comme un levier pour mobiliser les investissements privés et les recettes fiscales intérieures dans les pays pauvres. Le CAD souhaite également clarifier les règles selon lesquelles le coût de l'accueil des réfugiés serait compté dans l'APD. Comme l'affirme le président du CAD, Erik Solheim : «Nous devons garder à l'esprit que le meilleur moyen de réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement et d'éviter des crises comme celle des migrants à l'avenir, c'est de maintenir la dynamique actuelle des apports d'aides, notamment vis-à-vis des pays les plus pauvres et les plus fragiles. Je suis heureux que la récente tendance à la baisse de l'APD soit renversée et que la plupart des pays ne dépense pas dans de grandes proportions leurs budgets pour l'accueil des réfugiés.»
Tags: Aide publique au développement


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.