Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    Tholot : “Aït Bennasser a perdu son niveau”    Larache, capitale des fruits rouges    Le BTP termine l'année sur une bonne note    Ces routes migratoires et ceux qui les empruntent    Chikayates: 194.000 réclamations reçues    Projets de lois votés aujourd'hui par les conseillers    Comment sommes-nous devenus si cons?    Plus d'un milliard de DH pour la réhabilitation d'écoles en 2019    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    La corruption endémique fait florès    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Les députés russes approuvent les amendements constitutionnels de Poutine    S.M le Roi reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Le Bahreïn réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ziyech victime d'une déchirure musculaire au mollet    Yassin Ayoub signe au Panathinaïkos    Mohamed Wahab désigné meilleur officiel technique africain 2019 par la CAA    Ecologique pendant son utilisation, la trottinette électrique l'est un peu moins lors des phases de production et de recyclage    Le Conseil de la concurrence et l'IFC renforcent leur partenariat    La ménopause prématurée augmente le risque d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    A Essaouira, le travail de mémoire commune des juifs et des musulmans    Parution de l'ouvrage "Renouveau pour le Maroc" de ses coauteurs Abdelaâli Benchekroun et Nour-Eddine Saoudi    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Programme national d'approvisionnement en eau potable et d'irrigation 2020-2027 : La communication se renforce autour du dispositif    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Exil médical: Une véritable hémorragie    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droit d'accès à l'information : La loi toujours en gestation
Publié dans Les ECO le 19 - 12 - 2017

Le projet de loi 31.13 relatif au droit d'accès à l'information serait sur le point d'être définitivement adopté. Après une gestation qui n'a que trop duré, les discussions devaient être entamées hier, lundi 18 décembre, par la Commission de justice, de législation et des droits de l'Homme au parlement. L'adoption de cette loi est une condition sine qua non à l'adhésion au «Partenariat pour un gouvernement ouvert» (PGO).
Adopté par le Conseil du gouvernement en juillet 2014, soumis à la Chambre des représentants en juin 2015, adopté en juillet 2016 et qui ne passera pas par la Chambre des conseillers avant plus d'une année, le projet de loi 31.13 devait être sorti, hier lundi, du tiroir pour être discuté et modifié en vue de son adoption définitive.
En effet, disposer d'une loi sur l'accès à l'information s'avère impératif pour le Maroc s'il aspire concrètement à se joindre aux pays membres du PGO. En outre, l'adoption définitive de la loi sur le droit d'accès à l'information validera son caractère constitutionnel (Article 27) qui favorise sa mise en œuvre.
Dans ce sens, Me Abdellatif Ouamou nous a affirmé que «cette loi vise à assurer un droit. Elle formalise la manière d'accéder à l'information». «La Constitution ouvre la porte au concept de «gouvernance ouverte». En cas d'application de cette loi, le citoyen deviendra acteur officiel et institutionnel parmi d'autres», a-t-il ajouté.
De son côté, Mohammed Benabdelkader, ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de la réforme de l'Administration et de la fonction publique, avait estimé que la détention de l'information par le citoyen «permet d'asseoir la transparence, d'interpeller les services de l'administration et de renforcer les principes de la bonne gouvernance».
Benabdelkader avait souligné dernièrement que le projet de loi 31.13 relatif au droit d'accès à l'information constitue un pilier fondamental pour consolider les bases d'ouverture et de transparence et développer la conscience juridique et administrative chez les citoyens. Cela leur permettra de contrôler l'action de l'Administration et rendre plus concret le concept de reddition des comptes.
C'est donc une «citoyenneté réactive» qui est requise pour justifier l'avancée du Maroc dans le domaine des libertés et de la démocratie participative. Une fois validé, ce pas permettra ainsi au royaume de figurer parmi les pays membres du PGO et d'être partisan d'une «gouvernance ouverte».
Aussi, ce projet de loi est un levier essentiel pour la recherche scientifique et la connaissance, comme l'avait souligné Benabdelkader, lors d'une rencontre sous le thème «Le droit d'accès à l'information», organisée le 28 septembre 2017 en collaboration avec l'Unesco.
L'engagement du Maroc avec la société internationale, via son adhésion au PGO, ne pourra que l'aider à asseoir les processus effectifs de la modernisation et de la démocratisation. Pour ce faire, il va falloir rendre saillante la confiance entre l'Administration et le Citoyen en adoptant la loi relative au droit d'accès à l'information.
À noter que pour devenir membre, et selon le site du PGO, un pays doit répondre à une série de critères correspondant aux valeurs du partenariat, dont la transparence budgétaire et fiscale (mise à disposition du public et mise à jour régulière des documents fondamentaux relatifs à la dépense publique), l'accès à l'information, la divulgation du revenu et des avoirs des élus et responsables publics, la participation et l'engagement des citoyens dans l'action publique.
Un pays doit remplir au moins 75% de ces obligations pour pouvoir rejoindre ledit partenariat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.