10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la corruption : Peut mieux faire !
Publié dans Les ECO le 26 - 02 - 2018

La moyenne annuelle des affaires traitées a presque doublée, alors que depuis le lancement du numéro vert en 2015, 31 condamnations judiciaires ont été prononcées. Le Maroc doit muscler sa stratégie pour éradiquer ce fléau.
Le bilan d'étape de la lutte contre la corruption montre une nette évolution quantitative des affaires soulevées, sans que les condamnations judiciaires ne suivent la hausse des plaintes. Ce sont les deux grands indicateurs à retenir des déclarations du porte-parole du gouvernement à ce propos, dans un contexte marqué par l'amélioration de la place du Maroc dans le classement 2018 de Transparency Maroc. Le Maroc a en effet gagné 9 places durant l'année 2017 après que plusieurs mécanismes institutionnels ont été établis durant l'année écoulée, essentiellement la création de la CNAC et la forte implication de la société civile. Pour attester les efforts déployés, Mustapha El Khalfi a déclaré, à l'issue de la réunion hebdomadaire du Conseil du gouvernement que «la moyenne annuelle des affaires divulguées via le numéro vert du ministère de la Justice est passée de 7.000 à 13.000». Une hausse qui signifierait avant tout que les dénonciateurs des actes de corruption ont été encouragés par le mécanisme mis en place depuis deux années et qui avaient pour but de les protéger, tout en permettant aux pouvoirs publics d'ouvrir des enquêtes pour les plaintes qui s'avèrent fondées.
Encore des efforts à faire
Le chef de gouvernement s'est longtemps arrêté sur la question, selon le compte-rendu du Conseil du gouvernement. «Malgré l'avancée réalisée, passant de la 90e à la 81e place, cela reste insuffisant. Si nous maintenons cette cadence pour les prochaines années, le Maroc pourra faire un saut important en matière de lutte contre la corruption», a-t-il déclaré. «C'est un chantier sociétal grandiose et une responsabilité partagée, même si le gouvernement assume une part importante de cette responsabilité et lui réserve, depuis son investiture, une grande importance avec l'opérationnalisation de la Commission nationale de lutte contre la corruption», a-t-il insisté. El Othmani a dévoilé également que la 1re réunion de la CNAC «se fera dans un mois». Jusqu'à présent, les interventions des autorités judiciaires ont été opérées via deux procédés, selon les données du gouvernement. Il s'agit des plaintes directes adressées au parquet ou via le numéro vert qui a été mis à la disposition des citoyens par le ministère de la Justice. «Seule la justice a le droit de trancher dans les dossiers soulevés à partir des plaintes des citoyens ou à partir des rapports des inspections générales et des rapports de la Cour des comptes, et qui sont transférés à la justice lorsque les critères exigés sont réunis. Le gouvernement ne peut rien annoncer en raison de son engagement à respecter la présomption d'innocence», a indiqué El Othmani. Parmi les nouvelles pistes préconisées pour garder la même cadence de lutte, la révision de plusieurs décrets et lois qui intéressent le domaine de la transparence, ainsi que la mise en œuvre des programmes relevant du gouvernement ouvert, ainsi que la délimitation des délais de traitement des dossiers par la justice. Le suivi des plaintes par leurs déposants sera aussi renforcé afin de permettre un traitement transparent des affaires dénoncées. À noter qu'un rapport d'étape de la stratégie sera bientôt finalisé et qui portera sur les projets prévus dans le cadre de la 1re phase». Depuis la signature des conventions de mise en œuvre de la stratégie en mai 2016, le suivi qui était assuré par le secrétariat permanent de la commission de lutte contre la corruption intègre les représentants de l'OCDE, dans l'optique de définir des plans d'ajustements. Plusieurs axes de la stratégie devront figurer dans le rapport préparé, notamment le rendement du portail dédié au financement public des associations qui est opérationnel depuis mars 2016, l'impact de la simplification des procédures relatives à la délivrance des permis de construire et le processus de la mise en place des guichets électroniques pour demander les documents administratifs.
Quel rôle pour l'instance de probité ?
L'instance prévue par la Constitution devra aussi passer à la vitesse supérieure durant cette étape. L'enjeu de l'harmonisation des missions de la commission nationale et celles de l'instance de probité représente le principal challenge du gouvernement qui doit combiner les mesures décidées par cette instance et celle programmée par la CNAC, et qui regroupe plusieurs départements, ainsi que des ONG et des représentants du secteur privé. En plus de la convergence, la mise en œuvre des mesures prévues par la Stratégie nationale de lutte contre la corruption reste aussi fondamentale durant cette 1re moitié de l'année 2018, notamment le volet portant sur l'amélioration des services administratifs. Les collectivités territoriales et les entreprises publiques seront aussi intégrées dans le champ d'intervention de la commission nationale nouvellement créée, avec comme objectif l'implication de la justice dans la dissuasion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.