Voici la date du début de Rajab au Maroc    Le père de Dounia Batma arrêté ivre dans les rues de Marrakech, puis hospitalisé pour une crise de diabète    Les belligérants libyens élaborent un projet d'accord de cessez-le-feu à Genève    Quand le monde a les yeux rivés sur le coronavirus, la Chine en profite pour persécuter les Ouïghours    Virus : l'Italie confine onze villes du Nord pour endiguer la contagion    Une conférence scientifique internationale organisée par l'association Ibn Battouta    Lydec : Un chiffre d'affaires en hausse et une année marquée par de forts investissements    Rabat: Nasser Bourita s'est entretenu avec un responsable saoudien    Jumelage Maroc-UE, quel apport pour la loi-cadre sur l'éducation ?    Eliminatoires africaines de taekwondo : La Marocaine Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO-2020    17ème journée de la Botola Pro D1 : Qu'arrive-t-il au Wydad ?    Arabie saoudite: une Marocaine interdite d'entrée au stade (VIDEO)    Parution de l'ouvrage «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Le Real Madrid se fait surprendre par Levante,    Décision du Conseil de la concurrence: les notaires réagissent    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilisé pour Al Moustatmir Al Qaraoui    Italie : 100.300 Marocains mis en quarantaine    Lampard remporte le derby londonien face à Mourinho    Encadrement des jeunes talents: et de quatre pour le projet OMMA !    La Résidence Francophone d'écriture pour le Film d'Animation de Meknès : 5 ans déjà !    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Maîtriser la question religieuse!    Twitter suspend 70 comptes pro-Bloomberg pour non-respect des règles contre la manipulation    La justice britannique examine la demande d'extradition d'Assange vers les USA    Paris : Une ambiance rétro-futuriste pour l'hiver 2020 à La Vallée Village    La finance participative, une piste prometteuse pour la réalisation des ODD    CIH Bank affiche un PNB consolidé en hausse    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Une dynamique positive des OPCVM en Bourse    La Palestine réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Ouverture du SIAP avec la participation du Maroc    "L'Autre Voix", un "road movie" émouvant sans argent et sans un mot    Zouhair Bahaoui au Top mondial YouTube    Le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Beni Mellal : le Club équestre de L'ERC des FAR domine le classement du Concours national de Saut d'obstacles    Région d'Agadir: il tue accidentellement son fils de 2 ans    Quand l'ambassadeur Hassan Naciri encense Fassi Fihri    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Saisie de 500 kilos de Chira dans la région de Marrakech    Notre confrère L'Opinion présente une nouvelle maquette    Météo: averses et risque d'orages ce lundi au Maroc    La Kechoise Marrakech    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la corruption : Peut mieux faire !
Publié dans Les ECO le 26 - 02 - 2018

La moyenne annuelle des affaires traitées a presque doublée, alors que depuis le lancement du numéro vert en 2015, 31 condamnations judiciaires ont été prononcées. Le Maroc doit muscler sa stratégie pour éradiquer ce fléau.
Le bilan d'étape de la lutte contre la corruption montre une nette évolution quantitative des affaires soulevées, sans que les condamnations judiciaires ne suivent la hausse des plaintes. Ce sont les deux grands indicateurs à retenir des déclarations du porte-parole du gouvernement à ce propos, dans un contexte marqué par l'amélioration de la place du Maroc dans le classement 2018 de Transparency Maroc. Le Maroc a en effet gagné 9 places durant l'année 2017 après que plusieurs mécanismes institutionnels ont été établis durant l'année écoulée, essentiellement la création de la CNAC et la forte implication de la société civile. Pour attester les efforts déployés, Mustapha El Khalfi a déclaré, à l'issue de la réunion hebdomadaire du Conseil du gouvernement que «la moyenne annuelle des affaires divulguées via le numéro vert du ministère de la Justice est passée de 7.000 à 13.000». Une hausse qui signifierait avant tout que les dénonciateurs des actes de corruption ont été encouragés par le mécanisme mis en place depuis deux années et qui avaient pour but de les protéger, tout en permettant aux pouvoirs publics d'ouvrir des enquêtes pour les plaintes qui s'avèrent fondées.
Encore des efforts à faire
Le chef de gouvernement s'est longtemps arrêté sur la question, selon le compte-rendu du Conseil du gouvernement. «Malgré l'avancée réalisée, passant de la 90e à la 81e place, cela reste insuffisant. Si nous maintenons cette cadence pour les prochaines années, le Maroc pourra faire un saut important en matière de lutte contre la corruption», a-t-il déclaré. «C'est un chantier sociétal grandiose et une responsabilité partagée, même si le gouvernement assume une part importante de cette responsabilité et lui réserve, depuis son investiture, une grande importance avec l'opérationnalisation de la Commission nationale de lutte contre la corruption», a-t-il insisté. El Othmani a dévoilé également que la 1re réunion de la CNAC «se fera dans un mois». Jusqu'à présent, les interventions des autorités judiciaires ont été opérées via deux procédés, selon les données du gouvernement. Il s'agit des plaintes directes adressées au parquet ou via le numéro vert qui a été mis à la disposition des citoyens par le ministère de la Justice. «Seule la justice a le droit de trancher dans les dossiers soulevés à partir des plaintes des citoyens ou à partir des rapports des inspections générales et des rapports de la Cour des comptes, et qui sont transférés à la justice lorsque les critères exigés sont réunis. Le gouvernement ne peut rien annoncer en raison de son engagement à respecter la présomption d'innocence», a indiqué El Othmani. Parmi les nouvelles pistes préconisées pour garder la même cadence de lutte, la révision de plusieurs décrets et lois qui intéressent le domaine de la transparence, ainsi que la mise en œuvre des programmes relevant du gouvernement ouvert, ainsi que la délimitation des délais de traitement des dossiers par la justice. Le suivi des plaintes par leurs déposants sera aussi renforcé afin de permettre un traitement transparent des affaires dénoncées. À noter qu'un rapport d'étape de la stratégie sera bientôt finalisé et qui portera sur les projets prévus dans le cadre de la 1re phase». Depuis la signature des conventions de mise en œuvre de la stratégie en mai 2016, le suivi qui était assuré par le secrétariat permanent de la commission de lutte contre la corruption intègre les représentants de l'OCDE, dans l'optique de définir des plans d'ajustements. Plusieurs axes de la stratégie devront figurer dans le rapport préparé, notamment le rendement du portail dédié au financement public des associations qui est opérationnel depuis mars 2016, l'impact de la simplification des procédures relatives à la délivrance des permis de construire et le processus de la mise en place des guichets électroniques pour demander les documents administratifs.
Quel rôle pour l'instance de probité ?
L'instance prévue par la Constitution devra aussi passer à la vitesse supérieure durant cette étape. L'enjeu de l'harmonisation des missions de la commission nationale et celles de l'instance de probité représente le principal challenge du gouvernement qui doit combiner les mesures décidées par cette instance et celle programmée par la CNAC, et qui regroupe plusieurs départements, ainsi que des ONG et des représentants du secteur privé. En plus de la convergence, la mise en œuvre des mesures prévues par la Stratégie nationale de lutte contre la corruption reste aussi fondamentale durant cette 1re moitié de l'année 2018, notamment le volet portant sur l'amélioration des services administratifs. Les collectivités territoriales et les entreprises publiques seront aussi intégrées dans le champ d'intervention de la commission nationale nouvellement créée, avec comme objectif l'implication de la justice dans la dissuasion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.