Arkane Afrika revient pour une 4ème édition    Elysée : La marocaine Safaa Nmila et l'AMSAT à l'honneur    Engrais : OCP projette de construire une usine au Ghana    La Russie renforce la défense antiaérienne syrienne au risque de fâcher Israël    Migrants : L'Aquarius « en route vers Marseille », demande l'autorisation de débarquer    De retour à l'ONU, Trump évoque sa prochaine rencontre avec Kim    Le Beach Trail Sidi Rahal Eco pour ce week-end    10è Congrès National de la Route à Al Hoceima    Casablanca, quand nos taxis font preuve de générosité    Une délégation marocaine aux Rencontres Africa 2018 à Paris    Marrakech : Arrestation d'un policier impliqué dans une affaire de vol qualifié    CIH Bank. «Avis favorable sur le titre»    Tanjazz 2018. Vive le jazz !    Corruption : Arrestation de deux gendarmes et deux agents d'autorité    El Jadida : 8 ans de prison pour avoir kidnappé, séquestré et violé une jeune fille    Fès : Une juge enceinte met fin à sa vie    Maroc-Mauritanie: des relations au beau fixe    Déjeuner Express/60 minutes au Kenzi Tower Hotel    «Sofia» de Meryem Benm'Barek dresse les contrastes de la société marocaine    «Le Maroc d'ombre et de lumière», exposition de Daoud Aoulad Syad à Fès    Ligue des Champions: Le WAC domine et s'éclipse    La marine royale avorte une opération d'émigration clandestine à Martil    Bamako: Le Président malien reçoit Saâd Eddine El Othmani    Le derby du Nord sans vainqueur ni vaincu    Coupe de la CAF : Le Raja au dernier carré, après sa victoire face au CARA Brazzaville    Le prince Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise du Grand Prix Mohammed VI de saut d'obstacles    Le Haras Royal de Bouznika domine le Championnat national des chevaux Pur-sang arabe    La 2ème édition des journées portes ouvertes de la DGSN, du 26 au 30 septembre à Marrakech    Une commission du Parlement européen recommande l'approbation du nouvel accord agricole Maroc-UE    Plus de 4.000 jeunes à la 2ème Université des jeunes indépendants : Le RNI ne pratique pas le double langage    Achoura: Taroudant vibre au rythme de la Dakka    France : L'Appel des 88, Non aux violences conjugales !    Le CESE publie son rapport sur le Maroc    Une campagne de consultations gratuites pour les réfugiés subsahariens    Agroalimentaire : Le salon CFIA revient pour une 6eme édition    Le médecins du privé en ont ras-le-bol    Un Fajr de Haute volée    La coopération judiciaire sino-marocaine examinée à Rabat    L'article 70 ou l'article épouvantail    Attentat d'Ahvaz: l'Iran remonté contre les Occidentaux et les Saoudiens    Le gouvernement libyen reconnu appelle l'ONU à agir face aux troubles    Theresa May humiliée à Salzbourg    Succès concluant de la journée d'étude de l'USFP "Régionalisation et déconcentration"    La poésie arabe en fête à Marrakech    Les sages de la Ligue des écrivaines du Maroc en conclave à Marrakech    Le chapeau d'Indiana Jones adjugé près de 450.000 euros aux enchères    Arrestation de l'ancien Premier ministre de Malaisie    Message de condoléances de SM le Roi aux membres de la famille de feu Mohammed Karim Lamrani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La crise de la livre turque : est-ce vraiment un complot ?
Publié dans Les ECO le 17 - 08 - 2018

Pour le président, Recep Tayyip Erdoğan, les récentes turbulences que connaît la monnaie turque face au dollar américain sont dues à un complot occidental contre son pays et son leadership mais les analystes sont presque unanimes sur le fait que les raisons sont aussi bien structurelles que géopolitiques ; même si l'idée du complot existait, elle n'a fait qu'exacerber une situation macro-économique et structurelle déjà fragile.
Avec une inflation qui avoisine les 16%, un déficit du compte courant de presque 6% du PIB (seuil intolérable pour un pays émergent selon le journal français Les Echos), une dette externe qui ne cesse d'exploser (466,67 milliards de dollars, dont 69,7% pour le privé (Actualité News juin 2018)) et une livre qui a perdu presque 40% de sa valeur face au dollar depuis presque un an, la situation est plus que conjoncturelle.
La fuite des investisseurs se confirme chaque jour ; la contagion de la chute de la livre (qui a négativement impacté le Rand sud-africain et le Peso mexicain la semaine dernière) a créé une fuite loin des monnaies des marchés émergents. Le fond de toile de cette fuite des investisseurs «court-termistes» est l'effondrement des investissements directs, surtout de la part des Européens soucieux de l'attitude pugnace d'Erdogan, ses prétendues «tendances autoritaires» et sa rhétorique.
L'économie a certes connu une croissance de 7,4% en 2017 (la plus forte des 20 premières économies de la planète) grâce au dynamisme du secteur privé et la compétitivité des entreprises turques (connues sous le nom de «tigres anatoliens») mais c'est grâce à l'effondrement de la valeur de la livre que les exportations ont été dopées et que les flux de touristes ont connu un développement important. La croissance a connu une facture sociale assez lourde : le pouvoir d'achat des Turcs baisse et l'emploi n'a pas été positivement impacté par la croissance (le taux de chômage des jeunes est de
20%, presque deux fois la moyenne nationale).
Une situation macro-économique instable a été rendue pire par une guerre commerciale perdue d'avance avec les Etats-Unis (la force et la bonne santé de l'économie américaine rendent toute réaction de la part des Turcs presque insignifiante). Déclenchée par Trump, qui a augmenté les tarifs douaniers des importations de l'aluminium et de l'acier turc à cause du refus d'Ankara de relâcher un pasteur américain accusé de terrorisme, la guerre commerciale turco-américaine risque d'affaiblir davantage l'économie turque au moment où elle a besoin d'être soutenue par ses «alliés traditionnels» occidentaux. Les bouées de sauvetage lancées par le Qatar, la Russie et la Chine peuvent avoir des effets (comme on l'a vu cette semaine avec le regain de la livre de plus de deux points face au dollar), mais ils restent insuffisants.
Face à cette crise, Erdogan crie à la conspiration étrangère. Il est vrai que beaucoup en Occident aimeraient bien le voir partir mais les causes sont beaucoup plus profondes. L'inflation à deux chiffres doit être maîtrisée grâce à l'augmentation du taux directeur par la Banque centrale (dans la foulée de son inclinaison à centraliser le pouvoir, Erdogan l'a rendue politiquement dépendante de lui, contrairement aux normes et aux pratiques internationales). Le président turc refuse d'augmenter le taux directeur, disant que ce serait une recette fatale pour l'économie turque.
D'autres réformes concernent la restructuration de la dette privée et publique (en partenariat avec le FMI), un programme d'austérité afin de freiner l'effondrement du compte courant, rassurer les investisseurs (comme l'a fait cette semaine le ministre de l'Economie, Kayhan Ozer), revoir la loi sur la Banque centrale (la rendre plus indépendante du pouvoir politique)...
Ces réformes assorties de mesures rendant le climat politique et des droits de l'homme plus saints et une meilleure gestion des relations avec les alliés européens et américains pourront sortir la Turquie de la zone de turbulence actuelle. Sinon, loin de s'effondrer complètement, l'économie turque survivra mais malade et handicapée par des considérations géostratégiques et nationalistes qui ne sont dans l'intérêt ni de la Turquie, ni de ses alliés occidentaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.