Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'éducation, mirage et espoir
Publié dans Les ECO le 19 - 09 - 2018

On ne le répétera jamais assez : l'éducation est à la fois le présent et l'avenir de la Nation. Un pays sans éducation de base est voué au sous-développement, à la décadence voire à la disparition. Au Maroc, cette thématique resurgit cette semaine suite à cette activité royale qui vise à donner un coup de fouet à un système que l'on n'arrive pas à relancer. Le ministre de tutelle a fait une présentation porteuse de beaucoup d'espoirs avec à la clé un avenir lumineux. Est-ce suffisant pour redonner confiance ? Car, c'est de cela qu'il s'agit : sans la confiance du citoyen et sa contribution directe, il ne saurait y avoir de refonte du système éducatif.
Les responsables de ce dossier semblent conscients de l'importance de l'adhésion populaire et il n'est pas anodin qu'en guise de conclusion, le ministre glisse une recommandation lourde de sens : le succès du projet est tributaire de l'adhésion de tous les intervenants dans le cadre d'un effort national - collectif donc - et dépendra de la qualité et de la gouvernance de ce projet. Tout est dit. Sauf que c'est justement de cette non-qualité et de ces défauts de gouvernance que le système éducatif souffre depuis l'Indépendance.
Aujourd'hui, il paraît que cette rentrée renvoie à une volonté politique de prendre le taureau par les cornes et de s'attaquer sérieusement à cette problématique. Les axes de la présentation du ministre donnent de l'espoir. Cependant, on ne pourrait mener une réforme à bon port lorsque ses pilotes sont ceux-là mêmes qui ont fait couler le bateau. Or, ces vieux démons sont toujours là, bien installés à leurs postes, et on leur confiera le pilotage de la mise en œuvre. Une bonne partie des 43 MMDH évaporés au cours de l'ancienne réforme est passée par les académies, celles qui conduiront la réforme Amzazi. Peut-on donc s'attendre à un miracle ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.