L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Administration publique. Une étude pour améliorer la qualité de service    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Maroc-Sénégal. La régulation de l'audiovisuel à l'ordre du jour    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Raja: apaiser la tension du staff technique    Le Wyadad et le Hassania en tête    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    10 ans de prison pour les vendeurs de la viande de chiens    Edito : Défenseur de migrants    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Hamieddine rattrapé par son passé, le PJD en situation difficile    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Le secteur financier africain doit aller vers plus de convergence    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    News    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Lutte contre le diabète : La Fondation Mohammed VI lance une campagne de dépistage    Le chanteur Hamid Zahir n'est plus !    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    Festival international du Film de Marrakech : L'Etoile d'Or revient au film autrichien Joy de la réalisatrice Sudabeh Mortezai    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'éducation, mirage et espoir
Publié dans Les ECO le 19 - 09 - 2018

On ne le répétera jamais assez : l'éducation est à la fois le présent et l'avenir de la Nation. Un pays sans éducation de base est voué au sous-développement, à la décadence voire à la disparition. Au Maroc, cette thématique resurgit cette semaine suite à cette activité royale qui vise à donner un coup de fouet à un système que l'on n'arrive pas à relancer. Le ministre de tutelle a fait une présentation porteuse de beaucoup d'espoirs avec à la clé un avenir lumineux. Est-ce suffisant pour redonner confiance ? Car, c'est de cela qu'il s'agit : sans la confiance du citoyen et sa contribution directe, il ne saurait y avoir de refonte du système éducatif.
Les responsables de ce dossier semblent conscients de l'importance de l'adhésion populaire et il n'est pas anodin qu'en guise de conclusion, le ministre glisse une recommandation lourde de sens : le succès du projet est tributaire de l'adhésion de tous les intervenants dans le cadre d'un effort national - collectif donc - et dépendra de la qualité et de la gouvernance de ce projet. Tout est dit. Sauf que c'est justement de cette non-qualité et de ces défauts de gouvernance que le système éducatif souffre depuis l'Indépendance.
Aujourd'hui, il paraît que cette rentrée renvoie à une volonté politique de prendre le taureau par les cornes et de s'attaquer sérieusement à cette problématique. Les axes de la présentation du ministre donnent de l'espoir. Cependant, on ne pourrait mener une réforme à bon port lorsque ses pilotes sont ceux-là mêmes qui ont fait couler le bateau. Or, ces vieux démons sont toujours là, bien installés à leurs postes, et on leur confiera le pilotage de la mise en œuvre. Une bonne partie des 43 MMDH évaporés au cours de l'ancienne réforme est passée par les académies, celles qui conduiront la réforme Amzazi. Peut-on donc s'attendre à un miracle ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.