Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Psycause: Carte de résident    Partenariat stratégique entre l'Université Mohammed VI Polytechnique et MassChallenge    Zoom: Laisser aimer    Boxe. La sélection marocaine féminine remporte 5 médailles d'or au Gabon    ONSSA. Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires    Aéroports du Maroc : Le trafic commercial en forte hausse    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Vidéo – Le WAC s'en sort avec un nul face à l'IRT (2-2)    Aji T'hdm. "Les Inqualifiables" enflamment la scène    Fès/Tourisme: Jnane Sbil sur les traces du Jardin de Majorelle    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 5: Les fondements de la Loi juive    Golfe: Les tensions montent d'un cran    Guerre commerciale: Trump semble prêt à aller jusqu'au bout…    Comment les familles perçoivent l'école marocaine    «Arabæsque», une synthèse subtile entre traditions musicales orientales et occidentales    Le nombre des directrices de publication des journaux électroniques en hausse    Le Raja jouera, jouera pas son match contre le MAT ?    Le WAC et le Raja sanctionnés financièrement    Quatre Marocains nommés membres des commissions du CIO pour 2019    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Les recettes douanières franchissent la barre des 100 MMDH en 2018    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Insolite : Champignons hallucinogènes    Ces tournages qui ont tourné au drame : Taxi 2    Comment les céréales complètes protègent des maladies    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    Kantar intègre le Maroc    Plaidoyer pour la réduction des délais de paiement    Malek : Tout ce qui tend à accompagner les jeunes talents est primordial    A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues    Le ministère annonce l'ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume    #9hartouna: le hashtag contre les gilets jaunes casablancais    Propositions de loi. Les dispositions législatives vont enfin être activées    29ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le sprint final lancé    La «Nakba» qui interpelle le monde    Indice de perception de la corruption : Le Maroc a gagné 17 places en deux ans    Casablanca. Coups de feu dans l'arrestation d'un trafiquant de drogues    Hervé Renard félicite les internationaux marocains    Vidéo – Un avion de combat F-16 s'écrase contre un entrepôt en Californie    Angelillo moins chanceux que les Lions    Abdellah Amrani, un artiste tout simplement…    Boeing : La mise à jour du système anti-décrochage du 737 MAX est prête    Hamid Lechhab : L'ouverture des médias sur les intellectuels est sélective    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur du Yémen à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La subsidiarité
Publié dans Les ECO le 15 - 11 - 2018

Après la constitutionnalisation des collectivités territoriales et l'adoption des lois organiques relatives à ce sujet, il ne manquait que la mise en œuvre d'une véritable déconcentration pour boucler la boucle de l'émergence d'un Etat territorial. C'est désormais chose faite avec l'adoption récemment par le gouvernement du décret portant charte de déconcentration administrative, décret dont les orientations générales ont été approuvées en Conseil des ministres du 30 août 2018.
Le Maroc vient d'accomplir une révolution en douce dans son architecture institutionnelle qui aura des retombées sur les relations entre l'administration centrale et les pouvoirs déconcentrés. Une fois la charte de la décentralisation mise en œuvre, on sera en face d'une nouvelle configuration du Maroc faisant de la région un véritable espace de développement économique et social et un lieu privilégié de traitement des problèmes et doléances de la population. Il faut dire que les conditions pour passer à cette étape qualitative de notre démocratie locale ont suffisamment mûri.
Le «couple décentralisation-déconcentration» donnera aux territoires l'efficacité, l'attractivité et l'harmonie qui leur a manqués jusqu'à présent. Ladite Charte est fondée sur deux principes de base : considérer la région comme étant l'espace adéquat de mise en œuvre de la politique nationale de la déconcentration administrative ; faire du wali de la région le pivot de cette politique en tant que représentant du pouvoir central au niveau de la région, lequel sera chargé de coordonner les activités des services décentralisés et de veiller à leur bon fonctionnement sous l'autorité des ministres concernés. Il va sans dire que cette réorganisation de l'administration n'est pas sans poser quelques problèmes qu'il convient de régler ex-ante. C'est le cas des rapports des services déconcentrés et des services de l'administration centrale. C'est le cas également des rapports de ces mêmes services avec les walis et gouverneurs. C'est le cas enfin des relations de ces services avec les collectivités territoriales. Les objectifs assignés par la charte sont clairement annoncés. Ils consistent à territorialiser les politiques publiques en prenant en considération les spécificités régionales et provinciales, à mettre en œuvre les fondements d'une meilleure complémentarité entre les prérogatives des administrations déconcentrées et les instances décentralisées, à garantir la convergence et la complémentarité des politiques publiques aux niveaux régional et local, à réaliser plus d'efficacité et d'efficience des programmes et projets publics et «last but not least» rapprocher les services publics des usagers. Il s'agit bel et bien de doter les services déconcentrés de pouvoirs de décision en respectant le principe de subsidiarité, tout en dotant les chefs de ces services du statut d'ordonnateurs. Au chapitre gouvernance, il est prévu notamment la création d'une commission interministérielle de la décentralisation administrative.
Les mauvaises langues diraient : «encore une commission» ! La même structure est déclinée au niveau régional avec la création d'une «commission régionale de coordination» qui se compose, outre son président en la personne du wali, des gouverneurs, du secrétaire général des affaires régionales (dont le rôle, comme son nom l'indique, est d'épauler le wali en faisant le travail du secrétariat et du suivi), des chefs des services déconcentrés de l'Etat et des responsables des CRI et des établissements publics implantés dans la région. Reddition des comptes oblige, des rapports d'évaluation sur l'avancement de l'exécution des politiques publiques et sectorielles seront élaborés d'une façon régulière. Tout comme l'évaluation de la politique de la décentralisation administrative au niveau national, tâche dévolue à la commission interministérielle précédemment citée. Telle est l'économie de ce décret portant charte de la décentralisation. Le texte est là. Qu'il soit bon ou mauvais, ce n'est pas le moment de le critiquer. Il faut attendre son entrée en vigueur et son application sur le terrain. Cependant, il faut reconnaître que l'exercice n'est pas facile et d'autres pays, avant nous, sont passés par là. Avec des résultats tantôt favorables, tantôt déplorables. Inscrivons-nous dans une logique optimiste pour espérer une réussite de ce vaste chantier tant attendu et dans lequel le pays dans son ensemble aura tout à gagner ! Une politique de proximité, une meilleure responsabilisation des acteurs, des services publics au moindre coût, plus de justice territoriale et d'homogénéité nationale, une valorisation des spécificités locales, un développement de la démocratie participative, tels sont les quelques bienfaits cités pêle-mêle de ce chantier. Il faut y croire et œuvrer dans ce sens et tout deviendra possible !
Abdeslam Seddiki
Ex-ministre de l'Emploi et des affaires sociales


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.