Les pays réfractaires campent sur leur position    Karim El Aynaoui : «Nous avons constitué au fil du temps une communauté qui a une force de proposition»    Une délégation du PPS se recueille sur la tombe de feu Sa Majesté Hassan II    Affaires des deux touristes assassinées : Une personne arrêtée    La misère!    Insolite : Un braconnier contraint de regarder "Bambi"    Les autorités françaises ferment une école clandestine salafiste    Zagora: Le film indien «La chanson des scorpions» décroche le Grand prix    Laaraj : Pour une présence plus marquée de l'amazigh dans les chaînes publiques    Taroudant danse au rythme de la Taskiwin    Sidaction 2018: Nouvel appui d'Intelcia à l'ALCS    BENATIQ: « La migration est un facteur d'enrichissement »    #International.. Cinq actus qu'il ne faut pas avoir raté    TUI fly renforce ses dessertes France-Maroc    Un acteur du «Prince de Bel Air» accuse le jeu Fortnite d'avoir plagié sa danse    Le secteur bio fait sa promotion à Rabat    Efficacité énergétique : Said Mouline appelle l'Afrique à renforcer ses capacités    Le gotha de la formation professionnelle en Afrique réuni à Dakhla    Accord de coopération entre la MAP et l'agence russe Sputnik    Une Norvégienne et une Danoise retrouvées mortes dans la commune d'Al Haouz    GB-Brexit : Theresa May assaillie de toutes parts…    Espagne : Les restes de Franco seront bien exhumés du mausolée de Valle de los Caidos    Le Souverain préside une veillée religieuse en commémoration du 20e anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    Agriculture Triple A : M. Akhannouch reçoit Mme Kalibata    «Financial Times» : Cinq raisons pour vivre à Casablanca    Edito : PLF    Saham Assurance : MHE s'engage financièrement pour honorer le deal avec Sanlam    Double meurtre près de Toubkal    Le Maroc à l'heure de la Journée internationale du migrant    Le dirham reste stable par rapport à l'euro et se déprécie vis-à-vis du dollar    La place du diplôme des écoles de textile dans le système industriel débattue à Tanger    Des experts marocains débattent de la durabilité et de l'innovation dans le secteur touristique    Madagascar: Le PDG et le "dandy", dix ans d'une rivalité politique féroce    Insolite : Un stagiaire pas comme les autres    Les réseaux sociaux, une occupation à grands risques pour les enfants Comment les en protéger    Les sanctions américaines menacent la dénucléarisation de la Corée    Coupe de la CAF : Le Raja cartonne d'entrée    La bonne opération du CAYB et de l'AS. FAR    CAN-2019 : Forces et faiblesses des candidatures sud-africaine et égyptienne    Démarche unioniste des syndicats des collectivités locales    "T-Jonction", lorsque la mort mène à une nouvelle vie    Spider-Man s'accroche en haut du box-office    Marwan Hamed, lauréat du Festival du film arabe    Mohamed Salah à nouveau élu joueur africain de l'année par la BB    Allemagne : Achraf Hakimi, un «élément clé» du Borussia Dortmund    Africa Gaming Fest : Le premier événement du genre en Afrique avec un Cash Prize de 150.000$    Vidéo – Coupe de la CAF : Les cinq buts du Raja face au Cercle Mberi Sportif du Gabon    En vidéo – Moulay El Hassan préside la finale de la Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIFM: Hommage à Jillali Ferhati
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2018

Le 17e Festival international du film de Marrakech, prévu du 30 novembre au 8 décembre, rendra hommage à Jillali Ferhati, acteur, scénariste et réalisateur marocain pour en saluer l'œuvre et la carrière.
Jillali Ferhati, une grande figure du cinéma marocain, recevra ainsi l'Etoile d'or du festival aux côtés de Robert de Niro, de Robin Wright et d'Agnès Varda, indique-t-on dans un communiqué, soulignant que le cinéaste, avec une carrière de plus de 30 ans, jalonnée de prix et de récompenses prestigieuses, aussi bien au Maroc qu'à l'international, fait partie des pères fondateurs du cinéma marocain contemporain, dont il est l'un des piliers.
Né en 1948 à Aït Ouahi près de Khemisset, Ferhati grandit à Tanger qui l'adopte et qui façonne sa personnalité. Diplômé en Lettres et en Sociologie en France, il se passionne d'abord pour le théâtre avant de passer au cinéma en réalisant son premier long-métrage "Brèche dans le mur" en 1977, qui ne passe pas inaperçu lors de "La Semaine de la critique" à Cannes. Le réalisateur marocain revient d'ailleurs sur la croisette en 1982, mais cette fois dans le cadre de "La Quinzaine des réalisateurs", avec son film "Poupées de roseau" qui décroche le Grand Prix du Festival de Valence, le Prix de la mise en scène et le Prix de la meilleure interprétation féminine (Souad Ferhati) au premier Festival national du film.
Jillali Ferhati porte les préoccupations et la dynamique de sa société à l'écran avec sobriété et poésie. "La Plage des enfants perdus" (1991), drame social poignant, émeut critique et public. Il est sélectionné dans le cadre de la compétition officielle du Festival de Venise et remporte le Grand Prix du Festival national du film au Maroc. À la Biennale du cinéma arabe (Paris-1992), le film décroche le Grand Prix et le Prix d'interprétation féminine en plus du Grand Prix du cinéma africain de Milan, le Prix du jury au Festival de Namur (Belgique) et le Bronze au Festival de Damas en 1993.
Tout en restant fidèle à sa fibre sociale et à sa haute exigence esthétique, Ferhati ne creuse jamais le même sillon. En 1995, il signe "Chevaux de fortune" où il s'attaque à la thématique de l'émigration. Le film obtient le Grand Prix du Festival national du film (Maroc 1995), la Mention spéciale du jury au Festival de Carthage 1996 et le Grand Prix au Festival du cinéma africain à Milan (1997).
Suit le film "Tresses" en 2000 avec Salima Benmoumen, où encore une fois, l'interprétation est remarquable. L'actrice reçoit le prix de la meilleure interprétation féminine au Festival de Carthage 2000, alors que le film reçoit le 3e prix au Festival international de Rabat 2000 et le Prix spécial du jury au Festival méditerranéen de Tétouan 2001.
Dans "Mémoire en détention" en 2004, le réalisateur initie une vague de films qui traitent des sujets de l'histoire contemporaine et de la mémoire. Le film est accueilli avec enthousiasme aussi bien au Maroc qu'à l'international. Il collectionne plusieurs prix et récompenses, à savoir le prix du meilleur scénario au Festival international du Caire (2004), le Grand Prix au Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan (2005), la mention spéciale du jury de la jeunesse au festival de Montpellier (2005), le Grand Prix et le prix du meilleur acteur au Festival Panafricana de Rome (2006) et le prix du public au Festival africain de Tarifa (Espagne).
En 2010, son long-métrage "Dès l'Aube" remporte le prix du scénario au Festival international du film de Dubaï, tandis que "Secrets d'oreiller" (2013) séduit le jury du Festival national du film qui lui accorde le prix du meilleur scénario et celui de la meilleure image.
Dans son dernier film "Ultime révolte" (2018), Ferhati traite, comme à son habitude, de grands thèmes sociaux avec humanisme et sobriété.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.