Algérie    «Gilets jaunes»: La Belgique touchée aussi?    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Enseignement du français: Un nouveau concept dès septembre    Les Marocains du monde au SIEL    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Maroc: la CDG se dote d'une branche « Investissement »    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La petite blague de George Clooney    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    L'ours grognant russe inquiète les ministres de la Défense allemand et britannique    Hydrocarbures : Le Conseil de la concurrence recommande une « refonte globale » du secteur    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Un drame humanitaire occulté    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    « Le bilan des banques participatives est réjouissant ». Entretien avec Mohammed Maarouf, Directeur général de BTI Bank filiale BMCE BANK    Bourita met au point au sujet des ambassadeurs marocains au Golfe    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    Lanceurs d'alerte dans la fonction publique. Bientôt un régime spécifique ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIFM: Hommage à Jillali Ferhati
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2018

Le 17e Festival international du film de Marrakech, prévu du 30 novembre au 8 décembre, rendra hommage à Jillali Ferhati, acteur, scénariste et réalisateur marocain pour en saluer l'œuvre et la carrière.
Jillali Ferhati, une grande figure du cinéma marocain, recevra ainsi l'Etoile d'or du festival aux côtés de Robert de Niro, de Robin Wright et d'Agnès Varda, indique-t-on dans un communiqué, soulignant que le cinéaste, avec une carrière de plus de 30 ans, jalonnée de prix et de récompenses prestigieuses, aussi bien au Maroc qu'à l'international, fait partie des pères fondateurs du cinéma marocain contemporain, dont il est l'un des piliers.
Né en 1948 à Aït Ouahi près de Khemisset, Ferhati grandit à Tanger qui l'adopte et qui façonne sa personnalité. Diplômé en Lettres et en Sociologie en France, il se passionne d'abord pour le théâtre avant de passer au cinéma en réalisant son premier long-métrage "Brèche dans le mur" en 1977, qui ne passe pas inaperçu lors de "La Semaine de la critique" à Cannes. Le réalisateur marocain revient d'ailleurs sur la croisette en 1982, mais cette fois dans le cadre de "La Quinzaine des réalisateurs", avec son film "Poupées de roseau" qui décroche le Grand Prix du Festival de Valence, le Prix de la mise en scène et le Prix de la meilleure interprétation féminine (Souad Ferhati) au premier Festival national du film.
Jillali Ferhati porte les préoccupations et la dynamique de sa société à l'écran avec sobriété et poésie. "La Plage des enfants perdus" (1991), drame social poignant, émeut critique et public. Il est sélectionné dans le cadre de la compétition officielle du Festival de Venise et remporte le Grand Prix du Festival national du film au Maroc. À la Biennale du cinéma arabe (Paris-1992), le film décroche le Grand Prix et le Prix d'interprétation féminine en plus du Grand Prix du cinéma africain de Milan, le Prix du jury au Festival de Namur (Belgique) et le Bronze au Festival de Damas en 1993.
Tout en restant fidèle à sa fibre sociale et à sa haute exigence esthétique, Ferhati ne creuse jamais le même sillon. En 1995, il signe "Chevaux de fortune" où il s'attaque à la thématique de l'émigration. Le film obtient le Grand Prix du Festival national du film (Maroc 1995), la Mention spéciale du jury au Festival de Carthage 1996 et le Grand Prix au Festival du cinéma africain à Milan (1997).
Suit le film "Tresses" en 2000 avec Salima Benmoumen, où encore une fois, l'interprétation est remarquable. L'actrice reçoit le prix de la meilleure interprétation féminine au Festival de Carthage 2000, alors que le film reçoit le 3e prix au Festival international de Rabat 2000 et le Prix spécial du jury au Festival méditerranéen de Tétouan 2001.
Dans "Mémoire en détention" en 2004, le réalisateur initie une vague de films qui traitent des sujets de l'histoire contemporaine et de la mémoire. Le film est accueilli avec enthousiasme aussi bien au Maroc qu'à l'international. Il collectionne plusieurs prix et récompenses, à savoir le prix du meilleur scénario au Festival international du Caire (2004), le Grand Prix au Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan (2005), la mention spéciale du jury de la jeunesse au festival de Montpellier (2005), le Grand Prix et le prix du meilleur acteur au Festival Panafricana de Rome (2006) et le prix du public au Festival africain de Tarifa (Espagne).
En 2010, son long-métrage "Dès l'Aube" remporte le prix du scénario au Festival international du film de Dubaï, tandis que "Secrets d'oreiller" (2013) séduit le jury du Festival national du film qui lui accorde le prix du meilleur scénario et celui de la meilleure image.
Dans son dernier film "Ultime révolte" (2018), Ferhati traite, comme à son habitude, de grands thèmes sociaux avec humanisme et sobriété.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.