Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FIFM: Hommage à Jillali Ferhati
Publié dans Les ECO le 19 - 11 - 2018

Le 17e Festival international du film de Marrakech, prévu du 30 novembre au 8 décembre, rendra hommage à Jillali Ferhati, acteur, scénariste et réalisateur marocain pour en saluer l'œuvre et la carrière.
Jillali Ferhati, une grande figure du cinéma marocain, recevra ainsi l'Etoile d'or du festival aux côtés de Robert de Niro, de Robin Wright et d'Agnès Varda, indique-t-on dans un communiqué, soulignant que le cinéaste, avec une carrière de plus de 30 ans, jalonnée de prix et de récompenses prestigieuses, aussi bien au Maroc qu'à l'international, fait partie des pères fondateurs du cinéma marocain contemporain, dont il est l'un des piliers.
Né en 1948 à Aït Ouahi près de Khemisset, Ferhati grandit à Tanger qui l'adopte et qui façonne sa personnalité. Diplômé en Lettres et en Sociologie en France, il se passionne d'abord pour le théâtre avant de passer au cinéma en réalisant son premier long-métrage "Brèche dans le mur" en 1977, qui ne passe pas inaperçu lors de "La Semaine de la critique" à Cannes. Le réalisateur marocain revient d'ailleurs sur la croisette en 1982, mais cette fois dans le cadre de "La Quinzaine des réalisateurs", avec son film "Poupées de roseau" qui décroche le Grand Prix du Festival de Valence, le Prix de la mise en scène et le Prix de la meilleure interprétation féminine (Souad Ferhati) au premier Festival national du film.
Jillali Ferhati porte les préoccupations et la dynamique de sa société à l'écran avec sobriété et poésie. "La Plage des enfants perdus" (1991), drame social poignant, émeut critique et public. Il est sélectionné dans le cadre de la compétition officielle du Festival de Venise et remporte le Grand Prix du Festival national du film au Maroc. À la Biennale du cinéma arabe (Paris-1992), le film décroche le Grand Prix et le Prix d'interprétation féminine en plus du Grand Prix du cinéma africain de Milan, le Prix du jury au Festival de Namur (Belgique) et le Bronze au Festival de Damas en 1993.
Tout en restant fidèle à sa fibre sociale et à sa haute exigence esthétique, Ferhati ne creuse jamais le même sillon. En 1995, il signe "Chevaux de fortune" où il s'attaque à la thématique de l'émigration. Le film obtient le Grand Prix du Festival national du film (Maroc 1995), la Mention spéciale du jury au Festival de Carthage 1996 et le Grand Prix au Festival du cinéma africain à Milan (1997).
Suit le film "Tresses" en 2000 avec Salima Benmoumen, où encore une fois, l'interprétation est remarquable. L'actrice reçoit le prix de la meilleure interprétation féminine au Festival de Carthage 2000, alors que le film reçoit le 3e prix au Festival international de Rabat 2000 et le Prix spécial du jury au Festival méditerranéen de Tétouan 2001.
Dans "Mémoire en détention" en 2004, le réalisateur initie une vague de films qui traitent des sujets de l'histoire contemporaine et de la mémoire. Le film est accueilli avec enthousiasme aussi bien au Maroc qu'à l'international. Il collectionne plusieurs prix et récompenses, à savoir le prix du meilleur scénario au Festival international du Caire (2004), le Grand Prix au Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan (2005), la mention spéciale du jury de la jeunesse au festival de Montpellier (2005), le Grand Prix et le prix du meilleur acteur au Festival Panafricana de Rome (2006) et le prix du public au Festival africain de Tarifa (Espagne).
En 2010, son long-métrage "Dès l'Aube" remporte le prix du scénario au Festival international du film de Dubaï, tandis que "Secrets d'oreiller" (2013) séduit le jury du Festival national du film qui lui accorde le prix du meilleur scénario et celui de la meilleure image.
Dans son dernier film "Ultime révolte" (2018), Ferhati traite, comme à son habitude, de grands thèmes sociaux avec humanisme et sobriété.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.