Vidéo – Achraf Bencharki signe un magnifique doublé et délivre Lens    LdC : Le Wydad laisse des plumes en Afrique du sud    La DGSN se dote d'un système informatisé pour les amendes    Buzz – Bill Gates, le milliardaire qui fait la queue    Tunisie : Une deuxième grève générale prévue pour février    Pargneaux : La Maroc, exemple africain dans la lutte contre le chômage des jeunes    LdC : Le Wydad ne pourra pas aligné son meilleur joueur de l'année    Diapo – Un fourgon transportant 17 millions de dirhams se renverse    Ghazali : La stratégie énergétique du Maroc est fondée sur les énergies renouvelables    Création d'un registre national pour organiser les médias numériques    Organisation du programme jeunes Marocains ambassadeurs des Nations-Unies à Casablanca    Bourita appelle à la création d'un "G10 Méditerranée"    Benchamach œuvre à renforcer les relations maroco-saoudienne    Le Forum international de l'étudiant fait escale à Dakhla    "Gilets jaunes" : A nouveau dans les rues malgré le "Grand débat" lancé par le gouvernement    Fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume    "Afrique du Rire" : Deuxième édition ouverte ce vendredi à Abidjan    VIDEO - Corniche Aïn Diab : Le cri de colère d'une femme à mobilité réduite    2,4 MMDH consacrés à la gestion des déchets ménagers en 10 ans    Casablanca : 5 ans de prison pour chacun des membres d'une bande de malfrats    Deux jeunes hommes se suicident à Nador et Chtouka Aït Baha    El Othmani : Le Maroc « parie sur la transformation digitale »    Fespaco 2019 : «Indigo» de Selma Bargach en lice pour l'Etalon d'or de Yennenga    Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année    Marrakech : Localisation d'une ressortissante danoise portée disparue    Triple candidature pour l'organisation du Mondial-2030 : Le verdict dans quatre ans    Divers sportifs    Le scénario à 48 équipes toujours en gestation    Federica Moghrerini reçue en audience par S.M le Roi Mohammed VI    Habib El Malki : Le Royaume est attaché à sa stratégie de partenariat avec l'UE    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Donald Trump, le show et le chaos    Andy Murray aura bientôt droit à sa statue à Wimbledon    Trump et Pelosi à couteaux tirés autour du "shutdown"    L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique    Le prix du cannabis au Canada en hausse après la légalisation    Le Kluster CFCIM labellisé par la CCG    Des investisseurs italiens saluent les performances économiques réalisées au Maroc    Ligue des champions : Le WAC en force à Pretoria    Brad Pitt moqué sur la Toile    Selena Gomez fière de la personne qu'elle devient    Kim Kardashian bientôt maman pour la quatrième fois    « Chantons Notre Patrimoine Commun », le spectacle placé sous le signe du vivre ensemble    Algérie : la date de l'élection présidentielle fixée le 18 avril    Le Zamalek ne lâchera pas Hamid Ahaddad    SM le roi Mohammed VI reçoit Federica Mogherini au Palais Royal    Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?    Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Narjiss Nejjar. "Martin Scorsese est le parrain de la Cinémathèque de Rabat"
Publié dans Les ECO le 13 - 12 - 2018


Narjiss Nejjar. Cinéaste et peintre
En prenant les rênes de la Cinémathèque de Rabat, la cinéaste marocaine Narjiss Nejjar s'engage envers le cinéma marocain et le patrimoine national. Elle était loin de s'imaginer que Martin Scorsese en serait le parrain. Confidences d'une passionnée.
Martin Scorsese est parrain de la Cinémathèque marocaine. Qu'est ce que cela va lui apporter concrètement ?
J'ai eu le plaisir il y a quelques années de faire partie du jury de Martin Scorcese lors de la 14ème édition du FIFM. Ces dix jours d'échanges passionnés et de réflexion sur le devenir du cinéma en prise avec une évolution technologique revitalisée par le numérique m'ont fait prendre soudain conscience de l'importance de l'archive filmique. Conserver nos images et nos récits c'est permettre aux générations futures de s'approprier «l'Histoire». Car que lèguerons-nous sans mémoire ? J'ai donc travaillé sur un projet pour une cinémathèque vivante, interactive et immersive. Sarim Fassi-Fihri, directeur du Centre Cinématographique Marocain avait déjà entrepris une opération de numérisation assez conséquente mais cela ne pouvait se faire à l'avenant, nous avons donc mis ensemble nos compétences et avons construit une vision structurelle. Puis j'ai rêvé en grand et décidé que nous pouvions nous arroger le droit d'être légitimes sur la scène internationale, c'est alors que j'ai pensé à Martin Scorcese, imparable cinéphile, figure tutélaire du cinéma mondial, et fondateur de la film fondation à New-York qui a pour mission la restauration patrimoniale. Martin m'a reçu à Cannes en mai dernier lors du festival, m'a félicitée et s'est engagé avec enthousiasme, conviction et beaucoup de chaleur à être le parrain officiel de la cinémathèque Marocaine. Après l'émotion est arrivée la question «Tu es vraiment sûr Martin ? Il me répond «Oui car nous partageons toi et moi le même amour fou pour le cinéma, je sais le reconnaître et je le vois en toi !».
Pourquoi l'on n'entend plus parler de la Cinémathèque marocaine ?
La Cinémathèque marocaine est née en 1995 sous la direction de Souhail Ben Barka à qui je rends hommage pour cette grande initiative dont je reprends le flambeau. En 2001, un congrès de la Fédération internationale des archives du film a même été organisé à Rabat, puis le projet a malheureusement été mis au placard au moment de son départ et ce pendant plus d'une décennie jusqu'à l'arrivée de Sarim Fassi-Fihri. Aujourd'hui nous devons nous pencher sur le statut juridique de la Cinémathèque afin qu'elle puisse avoir une autonomie qui lui permettrait de grandir et d'occuper la place qui lui est dévolue, à savoir une locomotive du savoir par le biais de l'art et de la culture.
Pourquoi avoir acceptée reprendre la Cinémathèque ?
Parce que j'ai réalisé qu'il est inutile de fabriquer des films s'ils disparaissent faute de politique de conservation. J'ai décidé de m'atteler à cette tâche, ingrate par moment, mais nécessaire. Rassurez-vous je vis des moments de joie avec mon équipe lorsque nous extirpons des décombres de pellicules qui ont presque traversé le siècle dernier.
Concrètement, quel va être votre travail au quotidien ?
D'abord, il a fallu faire un état des lieux exhaustif. Vérifier l'état sanitaire et physique des bobines. Mettre en place une cellule afin de récupérer toutes les images tournées au Maroc depuis les frères Lumières jusqu'à l'avènement de notre cinématographie contemporaine, car beaucoup de nos œuvres sont éparpillées dans des laboratoires à travers le monde et les récupérer a forcément un coût. Le plus difficile pour moi est de convaincre nos décideurs et les enjoindre à agir. C'est une action d'utilité publique, ne pas la considérer c'est nier ce qui nous constitue. Mais j'ai bon espoir, les alliés sont nombreux et les partenariats se multiplient.
Quelles seront les activités proposées ?
La ligne éditoriale se veut éclectique avec comme mission prioritaire, l'éducation à l'image. La cinémathèque travaille sur un dispositif dédié aux élèves du primaire au lycée, dans le secteur public et privé permettant un rapprochement de l'école et du cinéma en utilisant ce dernier comme canal de transmission et d'apprentissage. D'autres activités se feront hors les murs, à travers des expositions itinérantes et des caravanes pour les zones enclavées. La Cinémathèque proposera également des rendez-vous avec les cinéastes, critiques et les professionnels du cinéma afin de rapprocher spectateurs et créateurs.
Quelles ambitions avez-vous pour ce projet ?
La cinémathèque constituera une collection d'œuvres fondatrices du cinéma marocain afin de diffuser notre culture à grande échelle. Le monde se délite, les replis identitaires nourrissent des terreaux de rejet et d'incompréhension, et le cinéma reste à mon sens un territoire ou l'on peut apprendre rencontrer l'autre dans sa différence, sans jugement, simplement avec humanité. Alors actons un premier pas vers l'apaisement et vive le cinéma !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.