Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Catastrophes et colère divine, un fantasme à la peau dure    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Chambre des représentants : l'ouverture de la 2ème session législative est prévue pour le 10 avril prochain    El Otmani : « Le gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures à même de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus»    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Le Policy Center for the New South analyse la pandémie de coronavirus sous diverses perspectives    Chez le Crédit Agricole du Maroc : Aucune perception d'échéances des crédits habitat et à la consommation pour 4 mois    Coronavirus : 534 cas confirmés au Maroc, ce lundi à 18H    Covid-19/Maroc: enquête après la diffusion d'une liste sur les réseaux sociaux    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    Les soldats de l'ombre du confinement    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Groupe Bank of Africa : les bénéfices en hausse de 5% en 2019    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Opération de soutien provisoire : les demandes se font uniquement via le numéro vert "1212"    Maroc: les prix de certains légumes ont baissé    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Le coronavirus baisse la valeur des joueurs    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USA : Une fin d'année marquée par troisième "shutdown"
Publié dans Les ECO le 22 - 12 - 2018

Les Etats-Unis sont entrés samedi dans une période de turbulences à quelques jours de Noël avec la fermeture partielle des administrations fédérales faute de compromis entre le Congrès et la Maison Blanche sur le financement d'un mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump.
Depuis 00H01 (05H01 GMT), certaines administrations ne sont plus financées et vont réduire leurs activités dans les prochains jours. Environ 800.000 fonctionnaires ont été mis en congé sans solde ou, pour les services jugés essentiels, forcés de travailler sans être payés.
Les parlementaires doivent reprendre leurs négociations samedi à midi (17H00 GMT) mais le président Trump s'est montré jusqu'ici inflexible.
C'est le troisième "shutdown" de l'année, après deux blocages en janvier (trois jours) et en février (quelques heures), déjà à cause de la question migratoire.
Ce classique de la vie politique à Washington intervient dans un contexte déjà tendu avec la démission jeudi du ministre de la Défense Jim Mattis qui a sonné comme un coup de tonnerre et choqué beaucoup d'élus républicains.
La fermeture partielle affecte des ministères importants comme la Sécurité intérieure, la Justice, le Commerce, les Transports, le Trésor ou l'Intérieur, qui gère les parcs nationaux très visités pendant les fêtes, comme le Grand Canyon.
"Quelques zones des parcs nationaux sont accessibles mais les accès pourraient changer sans avertissement", a mis en garde le ministère sur son site internet.
La Statue de la Liberté va toutefois rester ouverte au public grâce au financement de ses opérations par l'Etat de New York. "Le parc reste ouvert pour accueillir les visiteurs venus de tout le pays et du monde entier", indique son site internet.
De son côté, l'agence de supervision du transport aérien américain (FAA) a assuré sur Twitter que le trafic aérien était "pleinement opérationnel" et que le blocage n'avait "pas d'effet sur la sécurité" des passagers.
Malgré d'ultimes tractations vendredi soir, les parlementaires n'ont pas trouvé de compromis sur le financement de la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique, l'un des principaux engagements de campagne de l'occupant de la Maison Blanche.
"Le président Trump a fait un caprice et a convaincu les républicains de pousser notre pays dans un +shutdown+ destructeur", ont dénoncé dans un communiqué les dirigeants démocrates au Sénat, Chuck Schumer, et à la Chambre, Nancy Pelosi.
Le principal syndicat de fonctionnaires, l'AFGE, a pour sa part fustigé un blocage "honteux, inacceptable et un gaspillage tout à fait évitable des dollars des contribuables".
M. Trump, qui s'était dit prêt à un "très long" blocage, a néanmoins espéré vendredi soir que "ce shutdown ne durera pas longtemps".
Auparavant, il en avait rejeté la responsabilité sur l'opposition démocrate.
Le milliardaire républicain, qui a fait de la lutte contre l'immigration clandestine son cheval de bataille, a rejeté jeudi un texte de compromis concocté au Sénat car il ne comprenait pas une enveloppe de 5 milliards de dollars pour financer la construction du mur.
La majorité républicaine à la Chambre des représentants a bien approuvé une proposition contenant les exigences du président, mais celle-ci a été bloquée par le Sénat.
Avec seulement 51 sièges sur 100 à la Chambre haute, les républicains ne disposent pas des 60 voix nécessaires pour l'adoption d'une loi budgétaire. Et ils ne peuvent pas compter sur un appui des démocrates qui refusent catégoriquement l'idée de ce mur.
Pour Donald Trump, il reste peu de temps car les démocrates seront de nouveau majoritaires à la Chambre basse en janvier après leur victoire électorale de novembre.
Une marge de négociations semble toutefois exister si, à défaut des 5 milliards, un montant substantiel est consacré à la sécurité aux frontières.
Mais la proposition démocrate d'y allouer 1,6 milliard de dollars "n'est pas acceptable", a fait savoir vendredi soir Mark Meadows, chefs des parlementaires ultra-conservateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.