Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    Face au virus, Taïwan mise sur des mascottes et une communication apaisée    Affaire «Hamza monbb»: Saida Charaf répond aux rumeurs    Rémi Bonhomme, nouveau directeur artistique du FIFM    Rabat désignée capitale africaine de la culture    Résultats financiers : Une année 2019 au vert pour Mutandis    Syrie : le régime de Damas reprend le contrôle de « près de 30 villages et localités » entourant la ville d'Alep    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Météo: ce qui est prévu à partir du mardi au Maroc    Mais quelle mouche a piqué El Moutaraji    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Pros marocains d'Europe    Panique à bord d'un vol Oujda-Bruxelles (VIDEO)    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    La DTFE dévoile le classement 2019 des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline en Egypte au match aller    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Mohamed Benabdelkader inaugure le siège du tribunal de première instance de Tinghir    Etats-Unis: un « parrain de la désinformation » se joue des conservateurs    Le Burkina Faso décide d'ouvrir un consulat général à Dakhla    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    L'Agence Bayt Mal Alqods Acharif sensibilise les élèves aux "Couleurs d'Al Aqsa" au SIEL    Al Jayl Al Akhdar projette l'agriculture marocaine en 2030    Le Maroc dans l'opinion publique espagnole : Imaginaire, préjugés et stéréotypes    La province de Midelt, ébranlée par deux secousses sismiques    De retour en Afrique du Sud, Miss Univers "inspire" les jeunes Noires    Deux romans de Loubna Serraj et Valérie Morales-Attias font escale au Salon du livre    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Clôture de la 6ème édition du raid solidaire "Sahraouiya"    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    L'AS FAR sanctionnée de quatre matchs à huis clos    La police d'Agadir fait tomber un trafiquant de Chira    Un chauffe-eau défectueux fait 3 victimes à Fès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USA : Une fin d'année marquée par troisième "shutdown"
Publié dans Les ECO le 22 - 12 - 2018

Les Etats-Unis sont entrés samedi dans une période de turbulences à quelques jours de Noël avec la fermeture partielle des administrations fédérales faute de compromis entre le Congrès et la Maison Blanche sur le financement d'un mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump.
Depuis 00H01 (05H01 GMT), certaines administrations ne sont plus financées et vont réduire leurs activités dans les prochains jours. Environ 800.000 fonctionnaires ont été mis en congé sans solde ou, pour les services jugés essentiels, forcés de travailler sans être payés.
Les parlementaires doivent reprendre leurs négociations samedi à midi (17H00 GMT) mais le président Trump s'est montré jusqu'ici inflexible.
C'est le troisième "shutdown" de l'année, après deux blocages en janvier (trois jours) et en février (quelques heures), déjà à cause de la question migratoire.
Ce classique de la vie politique à Washington intervient dans un contexte déjà tendu avec la démission jeudi du ministre de la Défense Jim Mattis qui a sonné comme un coup de tonnerre et choqué beaucoup d'élus républicains.
La fermeture partielle affecte des ministères importants comme la Sécurité intérieure, la Justice, le Commerce, les Transports, le Trésor ou l'Intérieur, qui gère les parcs nationaux très visités pendant les fêtes, comme le Grand Canyon.
"Quelques zones des parcs nationaux sont accessibles mais les accès pourraient changer sans avertissement", a mis en garde le ministère sur son site internet.
La Statue de la Liberté va toutefois rester ouverte au public grâce au financement de ses opérations par l'Etat de New York. "Le parc reste ouvert pour accueillir les visiteurs venus de tout le pays et du monde entier", indique son site internet.
De son côté, l'agence de supervision du transport aérien américain (FAA) a assuré sur Twitter que le trafic aérien était "pleinement opérationnel" et que le blocage n'avait "pas d'effet sur la sécurité" des passagers.
Malgré d'ultimes tractations vendredi soir, les parlementaires n'ont pas trouvé de compromis sur le financement de la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique, l'un des principaux engagements de campagne de l'occupant de la Maison Blanche.
"Le président Trump a fait un caprice et a convaincu les républicains de pousser notre pays dans un +shutdown+ destructeur", ont dénoncé dans un communiqué les dirigeants démocrates au Sénat, Chuck Schumer, et à la Chambre, Nancy Pelosi.
Le principal syndicat de fonctionnaires, l'AFGE, a pour sa part fustigé un blocage "honteux, inacceptable et un gaspillage tout à fait évitable des dollars des contribuables".
M. Trump, qui s'était dit prêt à un "très long" blocage, a néanmoins espéré vendredi soir que "ce shutdown ne durera pas longtemps".
Auparavant, il en avait rejeté la responsabilité sur l'opposition démocrate.
Le milliardaire républicain, qui a fait de la lutte contre l'immigration clandestine son cheval de bataille, a rejeté jeudi un texte de compromis concocté au Sénat car il ne comprenait pas une enveloppe de 5 milliards de dollars pour financer la construction du mur.
La majorité républicaine à la Chambre des représentants a bien approuvé une proposition contenant les exigences du président, mais celle-ci a été bloquée par le Sénat.
Avec seulement 51 sièges sur 100 à la Chambre haute, les républicains ne disposent pas des 60 voix nécessaires pour l'adoption d'une loi budgétaire. Et ils ne peuvent pas compter sur un appui des démocrates qui refusent catégoriquement l'idée de ce mur.
Pour Donald Trump, il reste peu de temps car les démocrates seront de nouveau majoritaires à la Chambre basse en janvier après leur victoire électorale de novembre.
Une marge de négociations semble toutefois exister si, à défaut des 5 milliards, un montant substantiel est consacré à la sécurité aux frontières.
Mais la proposition démocrate d'y allouer 1,6 milliard de dollars "n'est pas acceptable", a fait savoir vendredi soir Mark Meadows, chefs des parlementaires ultra-conservateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.